"Tableau de chasse" - Rafael Chirbes

Autoportrait complaisant.

Je suis bien embêtée...
Voilà environ quinze jours que j'ai terminé la lecture de "Tableau de chasse", et je n'en ai gardé quasiment aucune empreinte. Je me souviens pourtant que cela n'a pas été une lecture désagréable, loin de là. L'écriture de Rafael Chirbes coule toute seule, emmène le lecteur sans peine au bout de son récit.
Heureusement, j'avais pris quelques notes... qui ont quelque peu rafraichi ma mémoire.

Le narrateur de "Tableau de chasse" est un homme vieillissant, qui vit seul avec Ramon, un domestique laconique mais efficace. Il revient sur son passé, plus précisément sur certains épisodes de celui-ci, évoque ses relations avec des personnages qui ont partagé son existence sur des périodes plus ou moins longues... 
Il exprime la nostalgie rattachée au souvenir de sa liaison avec Elena, sa maîtresse, des années durant. Il revient sur son ascension sociale, qui a démenti les a priori que ses beaux-parents nourrissaient à l'égard de ce gendre arriviste. Il avoue les rapports sans passion avec sa femme, l'incompréhension qui s'est instaurée entre lui et son fils.

On devine chez lui une grande arrogance, et peu d'empathie pour ceux qui l'ont entouré. On comprend que cet homme égoïste, intolérant, finisse sa vie dans la solitude. On subodore des non-dits, en reliant certains éléments (sa progression sociale, le contexte du franquisme), on imagine, derrière le discours de cet homme "comme il faut", les compromissions, les arrangements douteux...
Le ton est à peine mélancolique, à peine amer, notre narrateur est un homme qui ne se remet pas en question, il est trop imbu de lui-même pour se permettre des regrets.

L'une des forces de ce roman est sans doute cette façon qu'à Rafael Chirbes de suggérer plutôt qu'énoncer, de faire suffisamment confiance au lecteur pour le laisser lire entre les lignes.

Alors, c'est vrai, "Tableau de chasse" ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais je ne regrette pas de l'avoir lu...


J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec Athalie : son avis est ICI.

Commentaires

  1. Je partage complètement ta vision du personnage "trop imbu de lui même pour se permettre des regrets" et comme toi, j'ai pris plaisir à l'écriture et aussi au fait que l'on me fasse suffisament confiance pour ne pas mettre trop les points sur les i. Mais comme toi encore, ce ne sera pas une lecture marquante. Sans que je n'arrive à dire vraiment pourquoi, puisque c'est au final, une lecture que j'ai appréciée ... C'est fichtrement compliqué "le coup de coeur" !
    Rien à voir mais j'ai hâte de connaitre ton avis sur tes deux prochaines lectures communes !!!

    RépondreSupprimer
  2. Je vois qu'une fois de plus, nos impressions convergent...
    "La belle écriture" est, suite à tes conseils, dans ma PAL. Je suis curieuse de voir ce que donnera l'écriture de Chirbes sur un autre thème.
    En ce qui concerne mes prochaines LC, j'ai terminé le Gallay, qui, sans en dévoiler trop pour l'instant, n'a pas non plus été un coup de cœur. Quant à "Ma cousine Rachel", je suis sûre qu'il me plaira !!

    RépondreSupprimer
  3. Il en est des livres comme des hommes (ou femmes), certains en quelques instants vous marquent pour la vie, d'autres, bien que charmants, sont oubliés très vite....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La comparaison est juste ! Sans doute un roman interpelle-t-il de manière différente ceux qui le lisent : les expériences, la sensibilité de chacune fait que le regard porté sur l’œuvre évolue d'un lecteur à l'autre...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire