"Crache les cuisses" - Benoît Sourty

"Un souvenir refait toujours surface un jour ou l'autre. Et la menace qui rôdait sans doute depuis des années débarque et balaye l'once de bonheur qui semblait s'installer il y a une seconde".

Il aura suffit de deux mails adressés par un mystérieux expéditeur lui exprimant le désir qu'elle lui inspire, pour la chambouler...
Qui peut bien se cacher derrière ces troublants messages ? Est-ce un homme ou une femme ? Se trouvait-il (ou elle) à cette soirée qu'elle a organisée, la veille, chez elle ? C'est probablement un collègue...
Peut-être Jean-Louis ? A moins que ce ne soit Simone ?

Ces messages l'obsèdent, presque malgré elle, s'insinuent dans sa vie de couple : son mari trouve inquiétantes cette bonne humeur qui lui paraît factice, ces absences rêveuses qui l'absorbent soudain.

Nous ne connaîtrons pas le contenu de ces mails, seuls comptent leur impact, le bouleversement qu'ils provoquent chez cette femme. Un début de remise en question s'insinue dans son esprit. Elle ment, un peu, à son mari, sans doute beaucoup à elle-même. Après quinze ans de vie commune, elle apprécie pourtant cette sécurité, ce confort que lui procure la routine de son couple...

Et puis l'irruption d'un souvenir vient tout bousculer, fait s'effondrer les fondations de cette existence paisible et sans surprise, rouvre des failles que l'on pensait comblées.

Le récit lui-même bascule. Le lecteur, pris à contre-pied, se perd dans de nouvelles perspectives...

Je ne vous en dis pas plus : l'intérêt est de sa laisser surprendre, séduire par l'étrange et âpre récit de Benoît Sourty. Avec une redoutable efficacité, au rythme de paragraphes brefs, constitués de faits, il nous déstabilise en nous livrant des bribes d'énigmes dont il tait les tenants et les aboutissants.

A découvrir...

Commentaires

  1. Comment ? On n'en saura pas plus ???

    RépondreSupprimer
  2. Sauf si tu le lis... ! L'un des principaux intérêts de ce court roman, est la façon dont nous surprend l'auteur, alors, mieux vaut ne pas trop en dire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire