"Les jours Kaya" - Carl de Souza

Récit erratique.

C'est le récit d'une errance à travers les rues de Rose-Hill, ville importante de l'île Maurice. Pour Santee, qui vit dans un village hindou, elle doit sembler immense et labyrinthique.
Santee y cherche Ram, son petit frère, qui n'est pas rentré de l'école. Toujours bredouille à la fin de la journée, elle chemine sans direction précise, au gré de l'agitation qui trouble la nuit de Rose-Hill : des émeutes et des pillages font suite à la mort, lors de sa garde à vue, d'un chanteur rasta arrêté pour consommation de cannabis.

A l'image de cette atmosphère de chaos, le récit de Carl de Souza est à la fois obscur et décousu. Il faut un certain temps pour ordonner les éléments qui le composent, et appréhender le contexte de l'intrigue. La relation des errements de Santee, qui subit les événements avec une relative placidité, se mêle à la transcription des pensées de la jeune fille, et celles aussi, parfois, des personnages qu'elle croise. Les quelques bribes de dialogues se fondent, sans distinction, au reste du texte.

Le lecteur capte, par fragments, la gravité d'un contexte rendu explosif par les inégalités sociales et les tensions inter communautaires. De même, en faisant d'une jeune indienne son héroïne, l'auteur évoque, par le truchement des réflexions exprimées par Santee sur son quotidien, la condition féminine d'une part de la population mauricienne. Déscolarisée dès la fin du primaire, Santee est consciente de son insignifiance au sein même de son environnement familial, et de l'importance qui a contrario est accordée à la réussite de son cadet.

La thématique des "Jours Kaya", pourtant intéressante, et son cadre inhabituel (je crois que c'est la première fois que je lit un roman se déroulant à l'île Maurice) n'ont pas suffi à me séduire...
La narration, chaotique et inutilement énigmatique, m'a laissé en-dehors du texte, a rendu cette lecture ennuyeuse, et si je l'ai malgré tout menée à son terme, c'est uniquement parce qu'il s'agit d'un récit très court !

Commentaires

  1. Il m'aurait beaucoup tenté s'il n'y avait tes bémols....et j'aime bien cet éditeur aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les Éditions de l'olivier proposent des titres en général intéressants, mais bon... on ne peut pas plaire à tout le monde. Je pense que ce roman peut avoir ses adeptes, mais moi je suis restée complètement en dehors...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire