"Tangente vers l'est" - Maylis de Kérangal

Транссибирская магистраль.

C'est à bord du Transsibérien que nous faisons la connaissance d'Aliocha, jeune appelé Moscovite, qui se rend sur les lieux de son affectation. Il n'en mène pas large : la perspective d'un service effectué dans une caserne du fin fond de la Sibérie, celle des bizutages et de la cohabitation avec des conscrits aussi misérables et malchanceux que lui, l'incitent à la désertion.

Hélène est elle aussi à bord du train mythique. Cette française installée depuis peu à Krasnoïarsk fuit son amant russe, qu'elle avait accompagné lors de sa prise de poste comme directeur du barrage de Divnogorsk. Elle avait présumé de ses capacités d'adaptation en pensant qu'elle supporterait le vide brut et sauvage de la Sibérie.

Ces deux individus que tout séparent -la culture, l'histoire personnelle, la personnalité- vont, le temps de quelques heures, à peine quelques jours, cohabiter dans l’exiguïté du wagon cabine d'Hélène, où Aliocha se cache de son contingent.

Je commence à croire qu'un roman de Maylis de Kérangal ne peut pas être mauvais...
Même si je n'ai pas retrouvé dans "Tangente vers l'est" le souffle de "Naissance d'un pont", ou le rythme quasi organique de "Corniche Kennedy", j'ai une fois de plus été charmée par son écriture. J'aurais certes aimé qu'elle approfondisse davantage la transcription des émotions de ses héros, qu'elle lâche davantage la bride à son imagination pour dépeindre ce troublant face-à-face.
Mais j'ai tout de même apprécié sa maîtrise des mots, sa façon de faire coller son texte à l'environnement glacial et figé qui sert de cadre au récit. Elle nous fait ressentir le rythme laborieux du voyage, la glauque austérité de cette nation qui défile derrière les fenêtres, elle nous imprègne de la promiscuité qui règne à l'intérieur du train, nous faisant subir les odeurs, la brutalité des contacts physiques qu'elle provoque.

J'oublierai sans doute assez vite "Tangente vers l'est", mais j'ai malgré tout passé à le lire un moment agréable.

Commentaires

  1. Tout à fait d'accord avec ton avis, un livre peut-être plus en sourdine que certains autres de la même auteure, mais de la même auteure, et donc toujours cette écriture fine qui trouve le rythme juste. Il ne me reste que le dernier à lire, qui me file un peu la frousse, vu le sujet .... !

    RépondreSupprimer
  2. Tu as de l'avance sur moi, en ce qui concerne sa bibliographie.. j'ai dans ma PAL Ni fleurs ni couronnes. J'ai lu quelque part qu'elle avait écrit un livre sur Kate Bush et Blondie ? Cela te dit quelque chose ?
    Son dernier titre m'attire beaucoup aussi, je crois que je n'en ai lu que des éloges pour le moment.

    RépondreSupprimer
  3. Kate Bush et Blondie ? Non, cela ne me dit rien du tout ... Je pensais pourtant connaître tous les titres de cette auteure. Je vais me lancer dans une recherche effrénée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que j'ai lu cela sur une de ces présentations de l'auteur que l'on peut lire en début de roman...
      Apparemment, c'est un livre classé jeunesse... voilà ce que j'ai entre autres trouvé à son sujet :
      http://biblioado.canalblog.com/archives/2013/10/11/28194670.html

      Supprimer

Enregistrer un commentaire