"Les nuisibles" - Pascal Garnier

Historiette douce amère...

Les romans de Pascal Garnier ne me déçoivent jamais -ou tout au moins, ne m'ont pour l'instant jamais déçue.
Même si certains de ses titres sont moins remarquables que d'autres (comme c'est le cas de ces "Nuisibles"), il y apporte toujours sa touche personnelle, ce ton aigre doux si reconnaissable, et cette propension à bouleverser le quotidien de ses héros en y introduisant les manifestations les plus inattendues de la folie ou de la cruauté humaines.

Le récit débute par une scène digne des pires films de série B : les deux personnages principaux se rencontrent lors d'une panne d'ascenseur...
L'intérêt du roman de Pascal Garnier résidant en grande partie dans les chemins inattendus qu'il fait prendre à son intrigue, je ne vous dirai pas comment ni pourquoi Daniel, le héros, passe ensuite de la trépidation et de la superficialité de la vie parisienne (il est le compagnon d'une femme bien plus âgée que lui et opportunément fortunée) à une existence quasi contemplative dans un coin reculé de France, où il partage la maison campagnarde d'une modeste employée de mairie et de son garçon pas comme les autres.

Là, faisant l'éloge de la passivité, il entraîne le lecteur dans une sorte de torpeur, qu'accentue la tranquillité des lieux et la chaleur implacable de l'été. Torpeur dont on sort assez brutalement, lorsque l'auteur dévoile la part obscure que dissimulait jusque-là l'apparente sérénité de ses personnages attendrissants.
C'est un peu le principe de la douche écossaise : Pascal Garnier nous installe dans la quiète tiédeur d'un quotidien plutôt banal, pour nous glacer soudain avec la survenance d'un événement macabre... 

Même si "Les nuisibles", ainsi que je le mentionne en préambule à ce billet, n'est pas l'un des meilleurs romans de Pascal Garnier, et même s'il ne me laissera pas un souvenir impérissable, j'ai une fois de plus apprécié son humour noir et l'originalité de ses petites histoires à la fois tendres et sordides (c'est vrai, c'est un drôle de mélange, mais il sait faire...) qui se dévorent d'une seule traite !


>> Trois autres titres pour découvrir Pascal Garnier :

Commentaires

  1. Réponses
    1. Si tu ne connais pas cet auteur, ce n'est peut-être pas avec celui-là que je conseillerai de le découvrir.
      "Lune captive dans un œil mort" et "L'A26" sont à mon avis meilleurs...

      Supprimer
  2. Tiens, je ne connaissais pas ce roman (mais je sais qu'il me reste plusieurs Pascal Garnier à lire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je ne le connaissais pas, je suis tombée dessus par hasard lors du déstockage annuel de la médiathèque de ma commune... une plutôt bonne surprise !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire