"La taverne du doge Loredan" - Alberto Ongaro

"Essaie d'imaginer, (...) qu'un écrivain est en train d'écrire un livre sur Untel qui lit un livre..."

"La taverne du doge Loredan" est de ces romans dans lesquels on s'engouffre avec délice, pour s'y installer ensuite confortablement, savourant d'avance le plaisir dont les premières pages nous laisse deviner les prémisses.

Schultz a laissé derrière lui une obscure carrière maritime, pour se consacrer à l'édition. Il vit dans un vieux palais vénitien, dont les arcades bordent l'un des nombreux canaux de la ville. Il a pour uniques compagnons Paso Doble, alter ego facétieux et bavard, et une mystérieuse statue de cire revêtue d'un manteau en poils de chameau. Est-ce le farceur Paso Doble qui a dissimulé sur le haut de son armoire cet étrange manuscrit dont la couverture, vide, ne mentionne ni titre ni auteur ?

Avec la lecture dudit manuscrit, l’aventure commence, pour Schultz comme pour le lecteur. Rédigé soi-disant par un certain Jacob Flint, il relate les péripéties vécues au XIXème siècle par ce jeune anglais qui, ayant dû fuir son village après avoir tué en duel le mari de sa maîtresse, s'éprend passionnément de Nina, la superbe et sulfureuse tenancière de la Taverne du doge Loredan... Un amour a priori réciproque mais compliqué à concrétiser : la belle a pour amant l'odieux Fielding, chef du plus important réseau de contrebande anglais, homme certes beau et riche, mais affublé d'une tare rédhibitoire, une odeur pestilentielle qu'il dégage en permanence, suscitant à la fois crainte et répulsion.

Au fil de la lecture, Schultz découvre de troublantes similitudes avec sa propre histoire.

"Certains livres ont quelque chose de diabolique (...). Tout ce que l'on écrit existe quelque part... Ou simultanément avec l'écriture ou avant ou après... C'est pourquoi parfois on trouve des livres auxquels on s'identifie aussi profondément... L'écriture est un fait magique ou devrait l'être... Qui peut exclure que celui qui a écrit le livre que tu lis a au moins en rêve glissé du siècle passé jusqu'à toi en capturant cette parcelle du futur dont tu fais partie ?"

Comme lui, c'est avec avidité que nous nous immergeons dans l'histoire de Jacob Flint, dont les descriptions minutieuses et imagées nous transporte à ses côtés, qu'il joue du clavecin au coeur de la taverne bruyante et enfumée, ou qu'il erre dans les rues d'une Venise désertée, car empuantie par l'odeur de Fielding... Les personnages, même secondaires, sont toujours affublés de caractéristiques qui les rendent palpables, ancrés dans le récit. Les épisodes picaresques alternent avec des scènes d'amour torrides voire parfois grivoises (mais jamais vulgaires), le tout étant nimbé d'une atmopshère inquiètante et mystérieuse qui flirte avec le surnaturel.

"La taverne du doge Loredan" est un récit de faux-semblants, de masques, dont certains tombent et d'autres non, une sorte de gigantesque jeu de pistes libéré de ces vulgaires et futiles contraintes que sont le temps ou la réalité.

Doublement impliqué, le lecteur suit à la fois les aventures du jeune Flint, et la progression de la lecture de Schultz, entrecoupée d'échanges souvent piquants avec son alter ego ou de coups de téléphone incongrus, l'absence de certaines pages -ou les non-dits volontaires- l'obligeant parfois à combler les manques du récit.

"Une page non écrite, une scène qui n'est pas racontée et qui pourtant est là, même si elle n'est pas racontée, dans les espaces de ce livre. C'est cela qui le fascine et qui d'une certaine façon l'émeut même si des tentations d'autres émotions plus anciennes cherchent confusément à remonter à la surface. (...) La lecture s'articule en lui, grandit, se ramifie comme une plante, avance comme un voilier dans les espaces de son esprit". 

Alberto Ongaro nous livre une belle déclaration d'amour à la littérature, exprimée avec la volonté de divertir et de passionner, un théâtre englobant plusieurs perspectives qui s'imbriquent les unes dans les autres, sans jamais toutefois perdre le lecteur. Un récit habile, intelligent, et absolument réjouissant.

A lire... évidemment !


>> D'autres titres pour découvrir Alberto Ongaro :

Commentaires

  1. Nous avions partagé un grand intérêt pour Rumba. Alors dès que possible je vais rendre visite à cette taverne. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Eeguab,

      Oui, il faut vraiment le lire, c'est une aventure passionnante, à la fois riche et divertissante.. J'espère que tu ne seras pas déçu..

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. Ouh c'est exactement le genre d'intrigue que j'aime !! Tu m'as mise l'eau à la bouche ! Je le veux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il faut le lire !!
      Il me tarde de connaître ton avis...

      Supprimer
  3. Houla c'est tentant ça :-) pourrais-je résister ? le devrais-je ? ou céder tout de suite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le mieux est de céder... et tout de suite !!
      J'espère que tu ne le regretteras pas !!! En fait, je suis persuadée que non..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire