"La ballade de l'impossible" - Haruki Murakami

Retrouvailles réussies...

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu Murakami. Depuis, je crois, la légère déception provoquée par 1Q84.
J'ai donc profité des vacances pour découvrir un de ses premiers titres (et peut-être l'un des plus célèbres, notamment depuis son adaptation cinématographique, diffusée dans les salles obscures françaises en 2011).
Et j'ai retrouvé, avec beaucoup de plaisir, ce qui fait le charme de ses romans. Ses atmosphères doucement mélancoliques, qui nous imprègnent presque subrepticement, et laissent en nous des échos qui résonnent parfois longtemps après la fin de la lecture. Ses personnages, riches d'une maturité et d'un esprit d'ouverture qui les rendent touchants. Son écriture limpide et poétique, qui nous porte naturellement au fil de ses récits.

Watanabe se remémore la fin de sa jeunesse, et l'étrange histoire d'amour qu'il vécut avec Naoko. Il avait fait la connaissance de cette dernière par l'intermédiaire de Kisuki, dont elle était la petite amie. Kisuki était alors le seul ami de Watanabe, adolescent solitaire et indépendant. Son suicide, le jour de ses dix-sept ans, hantera Watanabe et Naoko, qui tombera peu à peu dans la démence.

Le narrateur évoque, en même temps que lien ténu qu'il noue avec la fragile Naoko, ses années estudiantines et sa passion pour la littérature (notamment américaine : "Gatsby le magnifique", qu'il a lu trois fois, est alors son livre de chevet), les anecdotes inspirées de vie dans un foyer de garçons (certains passages à ce sujet sont d'ailleurs très drôles), et les rencontres qui l'ont marqué.

Les rencontres... cela aussi fait partie de ce qui fait le sel des romans de Murakami : on a l'impression que ses héros ne croisent que des individus atypiques, dotés de caractéristiques souvent remarquables. Aussi, il nous livre une galerie de personnages secondaires attachants, chacun étant à sa manière inoubliable. Peut-être est-ce le regard de l'auteur sur ses protagonistes qui les rend si extraordinaires : il donne le sentiment de les considérer avec tendresse, clairvoyance, et une saine curiosité dénuée de tout jugement.

Avec "La ballade de l'impossible", Haruki Murakami traite sur ce ton qui lui est propre -ce singulier mélange de mélancolie et de sérénité- de thèmes universels : l'initiation à l'amour, à la mort, et la difficulté à négocier ce délicat passage qui sépare l'adolescence de l'âge adulte, en apprenant à cohabiter, en paix, avec soi-même.


>> D'autres titres pour découvrir Haruki Murakami :
... et aussi "Kafka sur le rivage", l'un de mes préférés (non chroniqué ici).

Commentaires

  1. Aaaah j'ai adoré ce livre, il y a une sorte de "tournant" qui s'opère vers la fin qui m'a jeté par terre. Je ne peux en dire plus pour ne pas spoiler. ;) C'est à lire sans aucun doute, je crois que c'est le genre de livre qui peut changer une vie de lecteur...

    À bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois de quel "tournant" tu parles, et que je n'avais pas vu venir moi non plus. Mais Murakami aime bien, en général, remettre en question ce que l'on prenait pour une évidence..

      Le livre de Murakami qui a changé ma vie de lectrice, c'est "Kafka sur le rivage", parce que c'est le premier que j'ai lu de cet auteur, et qu'il m'a donné l'impression de n'avoir jamais rien lu de semblable auparavant... Puis les "Chroniques de l'oiseau à ressort" ont été un véritable séisme.... C'est un roman dont on n'a jamais fait le tour, qui surprend et bouscule sans cesse.
      Je ne sais pas si tu l'as lu, mais sinon, je suis persuadée qu'il te plairait..

      Supprimer
  2. Je me rends compte que je croyais l'avoir lu, mais non, finalement ! C'est une très bonne nouvelle ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a plus qu'à, alors !! J'espère que le charme prendra aussi avec toi (mais je n'en doute pas, en réalité).

      Supprimer
  3. La façon dont tu décris les atmosphères Murakami : c'est ce que j'aime dans les romans japonais. C'est sûr que c'était différent dans 1Q84.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, 1Q84 souffre de trop de "délayage", j'avais fini par trouver le temps long à sa lecture...

      Supprimer
  4. Je garde un bon souvenir de ce livre... Même si tu as été déçue, il me reste à lire 1Q84 :) on en reparlera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1Q84 m'a plu au début, puis il m'a paru interminable... Un tome aurait sans soute suffit !
      Et comparé à ce dont Murakami est capable, je l'ai en effet trouvé décevant.

      Supprimer
  5. Bon, encore un qu'il faut que je me procure... De Murakami, je n'ai lu qu'une nouvelle autofictive parue dans le magazine feuilleton. C'était d'ailleurs assez bon... Mais d'abord je vais piquer un Kawabata à ma femme, pour m'assurer de n'être pas totalement imperméable à la littérature japonaise (récemment la lecture de Shimazaki, qui n'est pas tout à fait japonaise, m'a déçu). Et puis il y a l'autre Murakami, Ryù que j'essaierai sûrement un jour...
    A plus tard, au détour des lectures !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De Haruki, je te conseille vivement "Chroniques de l'oiseau à ressort". Une œuvre dense, originale, et profondément troublante..
      De Ryu, je n'en ai lu que deux : "Les bébés de la consigne automatique", que j'ai beaucoup aimé (un roman violent), et un autre dont je ne me souviens même pas, avec "Bleu" dans le titre, que j'ai d'ailleurs chroniqué me semble-t-il, et auquel je n'ai trouvé aucun intérêt !!

      Supprimer
  6. C'est noté merci ! J'avoue que Ryu m'intrigue davantage, le prochain Murakami sera sans doute un des siens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai le billet en résultant avec intérêt...

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup Murakami, pour tout ce que tu dis en conclusion, mais comme toi j'avais été un peu déçue du 3ème tome de 1Q84 (mais plus encore par Underground que j'avais peiné à finir).
    je note celui là avec plaisir; en attendant le mois prochain avec la sortie de son nouvel opus (en espérant n'avoir pas pris un Murakami pour un autre)....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu Underground, les critiques émises ici et là m'ont incitée à la méfiance...
      Je commence à craindre que Murakami ait épuisé ses ressources !! Mais je peux aussi comprendre qu'il soit difficile d'écrire plusieurs romans de la trempe des "Chroniques de l'oiseau à ressort" ou de "Kafka sur le rivage".

      Et c'est bien un roman d'Haruki qui sort le mois prochain. A voir...

      Supprimer
  8. Moi aussi je suis restée un peu sur ma faim avec 1Q84 et j'ai laissé cet auteur de côté...
    Sais-tu qu'il est à l'honneur dans un challenge chez Bizz et Miel ?

    RépondreSupprimer
  9. En fait, je ne connais pas Bizz et Miel, mais c'est l'occasion d'aller y faire un tour..
    J'ai lu des avis plutôt positifs sur le dernier titre de Murakami, mais j'attendrais probablement sa sortie en poche.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire