"C'était hier" - Harold Pinter

"Au fait, je voudrais poser une question. Est-ce que je suis le seul ici qui commence à trouver tout ça de mauvais goût ?"

Il faut à peine une heure pour lire "C'était hier", mais ce texte possède un charme étrange et vénéneux, capable de vous hanter plusieurs jours durant...

La pièce met en scène trois personnages : Deeley et Kate, mari et femme, reçoivent Anna, une amie de jeunesse -et même la seule amie qu'elle ait jamais eue- que Kate n'a pas vue depuis vingt ans.
La discussion qui s'engage entre les protagonistes provoque d'emblée une vague sensation de malaise. Bien que tous trois soient présents presque tout au long du récit, les dialogues n'engagent jamais que deux d'entre eux à la fois, excluant l'autre. Cet autre est souvent Kate, dont le mari et l'amie parle comme si elle était absente, voire comme si elle était morte, ainsi qu'elle le suggère elle-même...

Au fur et à mesure que se déroulent ces curieux échanges, ils deviennent de plus en plus énigmatiques et troublants. Les tirades se font décalées, presque absurdes, se prêtent à de doubles interprétations à connotation sexuelle.
Il se déroule là un jeu de séduction malsain, gouverné par la volonté de maîtriser tout de l'autre, y compris un passé dont on ne sait quasiment rien, en inventant des souvenirs communs qu'on lui impose.

Mais ce qui domine avant tout dans "C'était hier", c'est cette impression que les dialogues sont vains : la communication y est parasitée par les fantasmes des uns et la détresse des autres. A aucun moment les héros ne semblent vraiment se comprendre, chacun restant retranché dans son exclusive logique, n'acceptant de voir en l'autre que le reflet de ses propres désirs.

C'est l'avis de La Lyre qui m'a permis de découvrir ce titre à la fois déroutant et envoûtant.

Commentaires

  1. Je cherchais quelqu'un capable d'égaler Reza en théâtre, je vais donc essayer Pinter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas bien ces deux auteurs. Je n'ai lu de Reza que Le dieu du carnage, que j'ai beaucoup aimé, et C'était hier est la première pièce que je découvre de Pinter.
      En tous cas, ces deux titres sont très différents. Reza est dans la mise en valeur crue et lucide d'une réalité, quand Pinter traite son sujet avec un subtil sens du mystère. Mais c'est très bon.

      Supprimer
  2. Je ne connais Pinter que dans son rôle de scénariste. Il a notamment écrit les scénarios de The Servant, L'accident et Le messager de Joseph Losey. Et il a adapté aussi le roman La Maîtresse du lieutenant français pour le réalisateur Karel Reisz. Un auteur à découvrir aussi donc, directement sur le papier ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le savais pas scénariste... qui plus est pour Losey !
      Mais je confirme : à découvrir. Je n'en ai moi-même pas terminé avec cet auteur...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire