"911" - Shannon Burke

De toute urgence...

Ollie Cross a échoué à l'oral de médecine. Pour se donner des chances de le réussir lors de la prochaine session, il intègre pour une année l'équipe d'ambulanciers de la station 18, à Harlem, la plus importante, la plus débordée et la plus difficile de New-York.

En ce début des années 90, intervenir, en tant qu'ambulancier, dans Harlem, c'est s'immerger dans un monde à part, où la pauvreté et l'insécurité rendent la plupart des habitants agressifs, voire violents. L'urgence est la règle, les tragédies, multipliées par l'omniprésence de la drogue et des armes à feu, constituent la routine.

Faire sa place parmi des collègues endurcis par leurs conditions de travail, peu gratifiantes, épuisantes, et leur confrontation avec un quotidien sordide n'est pas non plus facile pour le jeune homme, dont l'évidente volonté d'être utile et d'aider son prochain est l'objet des railleries.

Mais assez vite, Ollie apprend à se faire accepter, respecter, et peu à peu il s'endurcit lui aussi, se familiarise avec l'horreur et l'urgence, supporte le rythme éreintant et la nécessité d'être en permanence dans l'hyper réactivité.

"911"est constitué d'une succession d'épisodes qui plongent le lecteur dans ce quotidien sordide, aux prises avec le côté obscur de l'existence. Rien ne nous est épargné : les descriptions presque cliniques et très visuelles des interventions sont fortement évocatrices et donnent au récit une dimension très réaliste*. Au fil des scènes déroulées sur un rythme quasi frénétique, nous suivons ainsi l'évolution d'Ollie Cross, jusqu'au moment où, à la limite de la démence, il devra lutter pour ne pas laisser le cynisme et l'indifférence annihiler son humanisme.

"911" est, vous l'aurez compris, un récit très fort, oppressant, qui impose au lecteur son leitmotiv hypnotique. Mais ce n'est pas pour autant un récit désespéré. Parce qu'au final, l'auteur parvient à donner du sens à l'action de ces hommes qui, malgré le découragement, et l'insensibilité apparente de la plupart d'entre eux, n'en continuent pas moins d'assurer leur mission...

>> C'est l'avis de Jean-Marc qui m'a donné envie.
Ray et La Petite Souris en parlent aussi.


*Shannon Burke a lui-même été ambulancier à New-York.

Commentaires

  1. ah que cela me fait plaisir que tu aies aimé ce bouquin ! ( et merci pour le lien) . C'est effectivement un roman particulièrement fort qui a déjà comme premier avantage de démolir cette image lisse et fausse de l'urgentiste héros sans faille, capable de faire face à toute les situations et plein d'empathie pour les gens qu'il prend en charge. L'envers du décors que nous décrit Burke est évidemment tout autre, voire par moment particulièrement glauque mais il a le mérite de décrire une réalité que nous ignorons tous pour la plupart ! En plus c'est très bien écrit ce qui ne gâche rien ! vivement son prochain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ses héros sont très crédibles, et j'ai bien aimé les différentes personnalités qu'il leur attribue.
      J'ai vu qu'il avait écrit un autre titre avant celui-là : Manhattan grand angle. Est-ce que tu l'as lu ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire