"L'inondation" - Evgueni Zamiatine

Prise de tête...

Lycéenne, je me suis longtemps régalée des grands classiques russes...
J'étais emportée par le souffle romanesque de cette littérature, par la façon dont les sentiments y semblent exacerbés, par cette théâtralité qui pare chaque événement d'une dimension épique. Dans les romans russes, tout prenait un caractère extraordinaire.

"L'inondation" est un texte bien trop court pour être assimilé à une épopée, et ses héros sont plutôt du genre taiseux. Point, ici, de logorrhée à la Raskolnikov... Le tourment ronge mais reste indicible. C'est à travers les conséquences qu'il a sur le comportement et l'état psychique de Sophia, principale héroïne de "L'inondation", que l'on saisit toute son ampleur.

Et pourtant, j'ai bien eu le sentiment d'y retrouver certains des ingrédients constitutifs de ce que l'on désigne sous ce terme sans doute un peu galvaudé "d'âme russe" : ces émotions qui torturent et conduisent au bord de la démence, cette rudesse des conditions de vie, qui semble déteindre sur les rapports entre les personnages, en l'occurrence Sophia et Trofim Ivanytch, couple de quadragénaires qui en dépit de ses treize années de mariage, n'a pas eu d'enfant. Aussi, le jour où l'un de leurs voisins décède du typhus, ils n'hésitent guère avant de recueillir l'adolescente que le défunt laisse orpheline. Mais les relations entre Sophia et la jeune fille restent distantes, tandis qu'à l'inverse, Trofim s'en rapproche dangereusement, avec des intentions qui sont loin d'être innocentes.

La trahison, la rancœur et la culpabilité vont alimenter le drame qui se joue entre les trois protagonistes, les eaux débordantes de la Neva en crue se faisant l'écho du bouillonnement intérieur qui déferle dans l'esprit de Sophia, puisque c'est à travers le regard de cette dernière que le lecteur appréhende l'intrigue. 

Un texte concis mais dense et intense, grâce auquel j'ai découvert une autre facette du talent de l'auteur du célèbre "Nous autres".

Commentaires

  1. Voilà un auteur que je ne connais pas... pas plus que Nous autres, qui pourtant semble largement connu. Peut-être commencerais-je ma découverte de Zamiatine par ce court récit dont le pitch est plus que prometteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont 2 titres vraiment différents. Et si Nous autres est remarquable par ce qu'il a de précurseur, j'ai personnellement préféré L'inondation, dont l'écriture est bien plus aboutie.

      Et ça me fait très plaisir de te voir par ici...

      A bientôt..

      Supprimer
  2. Un auteur que je dois découvrir, "Nous autres" est sur ma liste depuis un bon moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman qui n'est pas sans défauts, je lui ai trouvé quelques maladresses d'expression, notamment. Mais c'est tout de même une curiosité et sans conteste un récit réellement visionnaire..

      Supprimer
  3. "Le célèbre Nous autres" .... Ben mince ! Jamais entendu parler .... Et les auteurs russes, cela fait un moment que je n'en ai pas lus, alors pourquoi pas celui-ci, il a l'air tumultueux à souhait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il te plairait. Davantage que Nous autres...

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas du tout mais voilà qui me tente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant plus qu'il s'agit d'un très court récit, qui s'avale en un rien de temps.
      J'espère, si tu cède à la tentation, que tu ne seras pas déçue...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire