"L'alliance de sel" - Martine Desjardins

Un parfait assaisonnement...

Québec, début du dix-neuvième siècle...

Lily McEvoy -ou Black Lily, ainsi que la surnomment les gens du canton- fait régner sur le domaine d'Armagh, depuis la mort de son père, le contre-amiral Magnus McEvoy, sa sèche autorité. A son image, le vaste manoir endeuillé dont elle a hérité est un lieu de ténèbres et de solitude, comme plongé dans une torpeur malsaine.

Et pourtant, une certaine effervescence vient soudain secouer ces mornes lieux : Lily a annoncé à Ursule et Perpétue, ses deux domestiques, qu'un invité serait présent pour le dîner, événement qui ne s'est produit depuis bien des années. L'heureux élu est le vieil Anselme, un sculpteur que la jeune femme héberge dans une maisonnette située près de la mine de sel qui a fait la fortune paternelle, mais qui désormais n'est plus exploitée. 

En attendant son hôte, le lecteur découvre, par flash backs, les événements -dont certains sont antérieurs à la naissance de Lily- qui ont fait d'elle une recluse amère et cruelle.

La passion pour le sel, alors considéré par certains comme le cinquième élément, source de fortune, objet de convoitise, est au cœur du récit, et, sans mauvis jeu de mot, contribue à lui donner son piquant ! Consommé comme une drogue par l'héroïne, qui a par ailleurs interdit sous son toit la consommation de sucre, il assèche à la fois son corps et son âme.

J'ai découvert Martine Desjardins avec le troublant "Maleficium", et "L'alliance de sel" a également exercé sur moi son charme vénéneux...

Bien que relativement court, son récit est d'une richesse étonnante, original, nourri à la fois d'Histoire et de superstitions, aussi sombre que fabuleux, mêlant violence et surnaturel en une subtile alchimie qui le rend fascinant. Son imagination féconde lui permet d'étoffer son texte de détails et d'anecdotes marquants, et de rendre d'autant plus lourde et prenante son atmosphère gothique et mystérieuse.

Commentaires