"L'archiviste de Dublin" - Flann O'Brien

"La malédiction des pubs, c'est qu'on en trouvait partout et qu'ils étaient si accessibles".

Bienvenue dans un monde où vous sera offerte l'opportunité de rencontrer St-Augustin, pour lui demander, entre autres, si Judas a gagné le paradis, ou s'il souffre d'hémorroïdes. Un monde où certains soupçonnent les cellules des cyclistes de se mêler à celles de leurs bicyclettes, avec le risque, sur du long terme, de produire des créatures mi-hommes, mi-vélos.
Un monde où James Joyce, réputé mort, se terre dans un bled de la verte Erin, et ambitionne de se faire moine...

Une drôle de bal(l)ade irlandaise, en somme... 

Et pour l'apprécier, il convient de n'être pas trop attaché au bon sens, ni aux intrigues linéaires. Oh, vous ne serez jamais perdus, mais emmenés d'une scène à l'autre sans réel fil conducteur, croyant entamer une sorte de roman policier, pour vous retrouver plongés au cœur d'une discussion métaphysique entrecoupée de considérations des plus triviales, avant d'être emportés dans un tourbillon de fantaisie absolument réjouissant ! Rassurez-vous, de fréquentes étapes au pub sont prévues...

Vous aurez pour guides Mike et Hackett. Leur rencontre avec De Selby, inventeur d'une machine à suspendre le temps, qui leur avoue son intention d'anéantir l'humanité, est le point de départ d'un récit constitués de digressions, d'anachronismes, de raisonnements absurdes mais si rigoureusement construits qu'ils parviennent presque à nous convaincre de la véracité des théories qu'ils défendent !

Flann O'Brien diffuse dans son roman un humour à la fois loufoque et irrévérencieux, dont la cible peut aussi bien être la place prépondérante de l'église dans la société irlandaise, que la capacité de ses compatriotes à consommer sans modération whisky sur whisky, sans jamais être réellement ivres...
En un savoureux mélange d'érudition et de fantaisie, il nous offre un roman à la fois drôle et poétique, qui m'a permis de passer un excellent moment ! 

Commentaires

  1. Je n'ai lu que le loufoque Troisième policier mais ça semble être de la même veine,ça m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira. De mon côté, je note ce Troisième policier. J'espère que je j'aurais pas autant de mal à me le procurer que L'archiviste...
      On en trouve, des O'Brien, chez les libraires, mais Flann s'y fait bien rare...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire