"Radeau" - Antoine Choplin

Une douce petite musique...

Antoine Choplin, c'est avant tout un style. Reconnaissable en un clin d’œil. On s'y installe, avec la confortable certitude que l'on passera forcément un moment agréable... Et on savoure, ce sens de l'ellipse qui donne le sentiment que l'écriture colle aux silences, aux respirations. Ces phrases courtes, dégraissées de tout mot superflu. Cette douceur pourtant, qui se dégage de l'ensemble, liée à la façon dont l'auteur évoque ses personnages, avec pudeur et tendresse.

"Radeau" est l'histoire d'une rencontre. En ce printemps 1940, lui sillonne les routes au volant de son camion, chargé d'une précieuse cargaison : il s'agit de sauvegarder les trésors du Louvre, de les sauver des griffes des allemands qui progressent inéluctablement... Elle, elle marche, pieds nus, seule, sans destination précise, avec pour seul but de fuir ce qu'elle laisse derrière elle.

Leur rencontre est comme un instant figé en plein chaos, un moment de grâce et d'humanité. Non pas que ces individus soient dépeints comme des êtres exceptionnels. Il suffit qu'Antoine Choplin évoque, presque du bout de la plume, la retenue sous laquelle affleure leur grande sensibilité, la sincérité avec laquelle ils appréhendent l'autre, pour que le lecteur soit aussitôt conquis, la facilité avec laquelle ils s'acceptent, se reconnaissent...

Le récit fait ensuite un bond en avant jusqu'en 1943, et est, dans chacune de ses parties, ancré dans le présent : l'auteur capte un court moment de vie, sans fournir de précisions sur l'avant, l'après. 

Le charme s'estompe un peu au fil de la lecture : malgré sa brièveté, "Radeau" compte quelques longueurs. Sa deuxième partie est en effet moins prenante que le début du roman, même si elle offre quelques beaux moments, notamment celui qui explique le titre de l'ouvrage. 

"Radeau" est l'un des premiers romans de l'auteur, et je l'ai trouvé moins abouti, moins fort, que d'autres de ses titres écrits par la suite.
Ceci dit, je confirme : ce fut un moment agréable. 

>> D'autres titres pour découvrir Antoine Choplin :

Commentaires

  1. Je viens juste de lire mon premier roman d'Antoine Choplin avec "Le héron de Gernica", que j'ai beaucoup aimé. Un style épuré, économe en mots mais très suggestif... Un beau roman ! Mais... j'hésite sur ce "Radeau" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le héron de Guernica" est en effet un très beau texte. Si tu souhaites continuer ta découverte d'Antoine Choplin, ce n'est pas Radeau que je te conseillerais, mais La nuit tombée, sans doute mon préféré à ce jour de cet auteur, qui parvient à nous servir avec ce titre une histoire d'un glauque absolue avec beaucoup de poésie !!

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec toi sur le fait que la seconde partie est moins réussie et que ce roman n'est pas le meilleur de sa production.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, il a fait bien mieux, mais cela prouve sans doute qu'il se bonifie avec l'expérience, c'est plutôt bon signe !

      Supprimer
  3. Je note donc "La nuit tombée" ! :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire