"L'aiguille creuse" - Maurice Leblanc

C'est bien le plus grand...

Mes envies de relectures sont relativement limitées, car inversement proportionnelles à la longueur de la liste des livres à découvrir pour la première fois, qui incessamment s'allonge...
L'une d'entre elles me titillait pourtant depuis un certain temps. J'étais collégienne lors de ma première lecture de "L'aiguille creuse", proposée par un professeur de français dans le cadre du programme scolaire.

J'avais quasiment tout oublié de l'intrigue, mais gardais le souvenir d'une vive émotion suscitée par le personnage d'Arsène Lupin et de ce qu'il vit personnellement dans cet épisode de ses aventures, ainsi que du déroulement de l'épisode final (fait remarquable pour moi qui oublie en l’espace de quelques jours, la fin de presque tous les romans que je lis). Malgré l'absence conséquente de toute surprise quant au dénouement de l'histoire, je n'ai pourtant pas été déçue. 

Je craignais de me trouver face à un texte vieilli, mais "L'aiguille creuse", bien qu'écrit en 1909, n'a pas pris une ride ! L'écriture de Maurice Leblanc, fluide et alerte, est en effet intemporelle, et n'est pas le seul de ses talents. Je me suis de nouveau passionnée pour le canevas de son intrigue parfaitement maîtrisée, riche en rebondissements, et pour les personnages qu'il met en scène, Arsène Lupin en tête. Remarquable est l'omniprésence de son charismatique héros au regard du faible nombre d'apparitions dont, finalement, il nous gratifie. Son intelligence, son inventivité et son élégance lui ont taillé une telle réputation que la seule évocation de son nom suffit à alimenter les conversations et à échauffer les esprits...

Il semble pourtant avoir trouvé, au début de "L'aiguille creuse", un adversaire à sa mesure. Isidore Beautrelet, lycéen doué pour la rhétorique et féru d'énigmes policières, résout avec une surprenante rapidité le mystère d'un vol commis par Arsène Lupin au château d'Ambrumésy, en Normandie. Ce qu'il ignore, c'est que cette affaire n'est que le début d'une folle aventure mêlant secrets d'Histoire et passion amoureuse. La lutte entre Isidore et Arsène Lupin, sous les auspices d'un respect mutuel des deux adversaires, prendra des détours inattendus.

Je ne vous en dirai pas plus... "L'aiguille creuse" est un roman intelligent et prenant, dont on découvre peu à peu toute la complexité, et que l'on apprécie pleinement en se laissant surprendre par la succession de péripéties que l'auteur fait vivre à ses personnages.

J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec Moglug (grâce à qui j'ai enfin ressorti ce titre de mes étagères) : son avis est ICI.

Commentaires

  1. Maurice et Arsène c'est toujours un plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette (re)lecture me l'a en effet rappelé...

      Supprimer
  2. Je ne savais pas que c'était une relecture pour toi, ou alors j'avais oublié ! De mon côté c'était une complète découverte et j'ai vraiment adoré pour les mêmes raisons que toi et aussi pour les détours dans l'Indre^^
    Je n'ai pas non plus vraiment l'habitude des romans policiers et/ou d'aventures mais Maurice Leblanc est le genre d'auteur qui pourrait bien me faire revoir mes goût de lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma première lecture remonte à quelques années, mais c'est avec plaisir que j'ai rouvert mon exemplaire jauni et quelque peu malmené... Je suis contente qu'il t'ait plu, et c'est vrai que de lire des intrigues dans des endroits qui nous sont familiers a toujours une saveur particulière (il m'est même m'arrivé une fois, tout à fait par hasard, de tomber dans un roman sur l'évocation d'une personne que je connais !).
      Personnellement, j'aime beaucoup les polars, même si je n'en lis pas aussi souvent que je le voudrais (mais il y tant de livres à découvrir..), mais des auteurs comme Peace, ou Lehane, sont pour moi des incontournables ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire