"Chevrotine" - Eric Fottorino

L'amour vache.

Le narrateur nous annonce, presque d'emblée, le drame à venir : il a assassiné la femme qu'il aimait. Mais cette vérité, au début d'un récit qui décrit la félicité qu'il vécut lors de sa rencontre avec Laura -sa future victime- semble tellement incongrue, que notre curiosité est irrémédiablement éveillée.

Alcide Chapireau va probablement mourir dans quelques jours. Gravement malade, il doit subir une opération à laquelle il a peu de chances de survivre. En attendant, retiré dans sa vieille maison des Charentes, il tente d'écrire à sa fille Automne une longue lettre qui lui révélera le secret de la disparition de sa mère. La tâche est quasiment insurmontable, convoque les remords, éveille des réminiscences douloureuses... et nous y suivons Alcide, avide de connaître sa sombre et terrible histoire.

Sa vie d'adulte débute par un bonheur de courte durée avec sa première femme, la douce Nélie, qui meurt des suites d'une maladie foudroyante, le laissant veuf avec deux garçons. Après des temps difficiles, pendant lesquels il se tue quasiment à la tâche pour assurer leur subsistance, l'amour frappe de nouveau à la porte, sous la forme de la séduisante Laura, elle-même mère d'un petit Benjamin. Alcide retrouve un équilibre, la foi en un avenir qu'il imagine enfin serein, et occulte les premiers signes annonciateurs de ce qui, peu à peu, détruira cette apparente harmonie.

Il en mettra, du temps, à ouvrir les yeux... et même ensuite, il endurera tout. Fils de parents bagarreurs, se disputant constamment, il est devenu allergique au conflit, et préfère fermer les yeux sur le comportement injuste et instable de sa compagne, plutôt que de faire front. Tous les membres du foyer subissent de la part de Laura une violence sans coups, faite de manipulation, de petites humiliations, qui à la longue, suscitent haine et méfiance.
Laura éprouve pour ses proches un amour vampirisant, exclusif, qui nie l'intégrité et la liberté de l'autre. Et si Alcide se montre faible, voire lâche, aux yeux du lecteur qui peinera à toujours comprendre sa passivité, il émeut aussi, cet homme dur à la tâche et généreux, pourtant angoissé par la solitude, paralysé par la crainte de perdre celle qu'il aime, mais avec laquelle il ne supporte plus de vivre.

Eric Fottorino dépeint avec une grande sensibilité le naufrage de cette histoire d'amour et la chute de cet anti-héros à la fois agaçant et attachant, qui se montre incapable de s'affirmer face à la folie dévastatrice de celle à laquelle il semble irrémédiablement attacher, au point de lui sacrifier sa relation avec ses enfants.

Un beau roman, profond et émouvant.

"On aime en effaçant les ombres du passé. L'amour est indiscutable, à prendre ou à laisser. Alcide et Laura s'étaient unis avec leurs blessures. Elles étaient le sang noir de leur passion. En s'aimant, ils étaient tombés chacun dans les failles de l'autre".

Commentaires