"En attendant Bojangles" - Olivier Bourdeaut

"... quelqu'un d'aussi drôle ne peut être complètement foutu !"

Vous êtes embarqués dans une bulle pétillante de fantaisie, dans une farandole de joyeuse affabulation. 

Vous êtes vaguement avertis : l'ampleur de cette bondissante gaieté est sans doute proportionnelle à celle de la tristesse qu'elle camoufle.

Mais vous n'y pensez pas plus d'un quart de seconde, étourdis par un tourbillon de rire et de liberté. Vous assistez aux cocktails réunissant les amis rigolards jusqu'au bout de la nuit au son du Mr Bojangles de Nina Simone qui émane du vieux tourne-disque. Vous avez l'impression d'être assailli par la force de l'amour qui soude la charismatique reine de cette fête perpétuelle -dont elle est à la fois l'instigatrice et l'actrice principale- à son élégant compagnon et son petit garçon. 

A eux trois, ils peuplent un univers fantasque d'où sont bannis tous les carcans qu'imposent la bienséance et le conformisme, où il est interdit de prendre la vie au sérieux. Le prosaïsme, le martèlement délétère de la routine, sont leurs pires ennemis... Ils ont pour animal de compagnie une grue du Nil, n'ouvrent jamais leur courrier, et possèdent un véritable château en Espagne, qui accueille pendant les vacances leur multitude d'amis. 

Mais un jour, la réalité les rattrape, et le gouffre qu'abrite la reine de la fête commence peu à peu à fissurer le fragile équilibre qui lui avait jusque-là permis de surmonter cette folie née de son incapacité à s'adapter au monde réel.

Ce beau et poignant récit, riche d'images, de couleurs, et de poésie est principalement porté par la voix de l'enfant, qui mêle à la fois candeur et intelligence, riche de cette éducation faite de liesse, de jeux et de plaisirs. Celle du père et compagnon intervient également parfois, lui qui met tout en oeuvre pour permettre à sa bien-aimée de réaliser ses chimères, de garder intacte cette innocence débridée qui l'a séduit, en dépit du danger qu'elle représente aussi.

L'écriture d'Olivier Bourdeaut est en parfaite adéquation avec son propos : à la fois légère et sensible, et d'une intelligente drôlerie. Il nous fait ressentir avec justesse le poids du drame qui s'insinue progressivement dans le quotidien magique de ces trois amoureux de la liberté auxquels il nous attache irrémédiablement.

Une émouvante et réjouissante découverte.

>> L'avis de Charmant-petit-monstre, qui a beaucoup pleuré...

Commentaires

  1. Tiens, vu le succès, je ne me disais que ce devait être une bluette, genre "la liste de mes envies", d'après ce que tu en dis, cela ne semble pas être le cas. Donc, je note, finalement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu "La liste de mes envies", je ne peux donc pas les comparer. Mais oui, je suis tombée sous le charme de ce roman qui parvient à être triste et drôle à la fois. J'ai lu hier à son sujet une critique éreintante : on lui reprochait effectivement son écriture enfantine, sa brièveté et sa mièvrerie.. cela ne m'a pas sauté aux yeux au cours de ma lecture... A toi de voir !!

      Supprimer
  2. Nan nan ce n'est pas du tout le genre de "La liste de mes envies". Rien avoir, je rassure tout de suite ! Pour une fois qu'un succès public est très bon sur tous les plans, il ne faut pas s'en priver !
    Et merci pour le lien Ingannmic ! :) Je suis contente que ça t'ait plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette précision. A vrai dire, Delacourt ne m'a jamais tentée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire