"Orphelins de Dieu" - Marc Biancarelli

Voyage au bout de l'enfer ?

C'est l'histoire d'un duo improbable, de la rencontre de deux êtres que tout oppose, et qui, le temps d'une quête brève et macabre, vont unir leur destin et leur solitude.

Elle s'appelle Vénérande, créature maigrichonne et insignifiante dans un monde d'hommes frustes et brutaux. Mais elle est aussi entêtée et courageuse, portée par une vengeance à assouvir, au nom d'un frère laissé pour mort, la langue coupée, par un groupe de brigands qui en voulait à ses brebis. Un frère pour lequel elle n'éprouve plus qu'un vague sentiment de dégoût... mais la défense de l'honneur familial, sur ces rudes et archaïques terres corses, passe avant tout.

Lui, c'est Ange Colomba. Drôle d'ange en vérité, d'ailleurs rebaptisé L'Infernu, célèbre pour ses décapitations et son passé d'hors-la-loi rebelle, qui après s'être battu contre les Bleus pour l'indépendance puis contre la Conscription, a connu les dérives de la vie de bandit. Il n'est plus qu'un mythe en bout de course, ombre d'un passé à la fois glorieux et rebutant, perclus de douleurs et d'amertume, qui à l'occasion se fait mercenaire pour assurer sa subsistance. 

C'est vers cet inquiétant personnage que Vénérande se tourne pour l'aider à accomplir ses funestes projets.

C'est l'histoire d'une chevauchée, à travers la Corse du XIXème siècle, sa misère crasse, ses paysages rocailleux et désertiques, une sorte de western âpre, désespéré, qui transcende les frontières entre Bien et Mal, pour laisser s'exprimer, comme générée par un inéluctable instinct, la propension de l'homme à la violence. Évoluant dans un monde de sauvagerie, où l'existence et la dignité d'un individu n'ont aucune valeur, où la mort est omniprésente et quasiment palpable, les héros de Marc Biancarelli ont développé dès l'enfance leurs aptitudes à la haine et à la cruauté. Consumés par l'énergie destructrice et acharnée qu'ils déploient pour survivre, ils sont hermétiques à toute croyance, à toute espérance.

Et pourtant... par une étrange alchimie opérant entre la frêle jeune fille prématurément vieillie, et le bourru quinquagénaire dénué de toute capacité à l'empathie, perce une brève illumination, comme une prise de conscience subite et inattendue de la vacuité de toute cette rage.

"Orphelins de Dieu" est un texte à la beauté ténébreuse, porté par un lyrisme macabre, dont on ne sait trop s'il est une ode aux héros éphémères que l'Histoire a préféré oublier, ou la peinture sans complaisance d'une humanité incorrigiblement barbare.

Commentaires

  1. Réponses
    1. J'espère qu'il te donnera envie de découvrir ce roman original, et à l'atmosphère très prégnante..

      Supprimer
    2. Je viens d'acheter En étrange pays de Karel Schoeman suite à tes conseils, le mois prochain j'ai prévu de prendre Nocturne du Chili. Pour celui-là, ce sera pour plus tard :-)

      Supprimer
  2. un livre vraiment particulier, d'un auteur qui gagne à être connu...il m'en reste une atmosphère très sombre - un roman que j'imaginerais bien porté au cinéma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadée qu'avec le recul, c'est en effet son ambiance qui me laissera le plus fort souvenir, même si j'en parle assez peu dans mon billet (à tort, d'ailleurs).

      Supprimer
  3. On m'a conseillé ce livre à sa sortie... et puis je suis passée à autre chose, mais tu me redonnes envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui ou celle qui te l'a recommandé était de bon conseil... c'est vraiment un roman qui vaut que l'on s'y attarde, avec une ambiance étrange, presque gothique, et de drôles de personnages.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire