"Les 21 jours d'un neurasthénique" - Octave Mirbeau

Drôles mais cruels.

Fin du XIXème siècle...
A l'occasion d'un séjour dans une ville d'eaux des Pyrénées où il se rend davantage pour satisfaire aux usages mondains que pour traiter d'éventuels maux, le narrateur, journaliste, se distrait de son horreur de la montagne en observant ses pairs...

"Les 21 jours d'un neurasthénique" se présente ainsi comme une suite d'anecdotes dressant le portrait de bourgeois, ministres, médecins, aristocrates, succession de courts contes cruels mettant en scène les travers de ses contemporains.

Dire que l'auteur porte sur ces derniers un regard cynique est un euphémisme... la fatuité des uns, la mauvaise foi des autres, la misère cachée, les tares, les manies, les obsessions, sont révélées à l'occasion d'épisodes tantôt rocambolesques, tantôt dramatiques, voire atroces, mais toujours assaisonnés d'un humour empruntant à l'ironie, à la grandiloquence ou la caricature, le narrateur simulant pour les victimes de sa plume éreintante une admiration ou une empathie qui rendent son propos d'autant plus grinçant.

La bourgeoisie, la classe politique, le clergé, l'armée... aucun milieu n'est épargné par l'irrévérencieuse acuité de son regard. Et malgré la drôlerie qu'il instille à ces historiettes, le lecteur est atterré par le tableau amer et désespéré qu'il dresse de la société et de ses concitoyens. Une société inique, corrompue, dont les institutions sont aux mains d'individus sans scrupules ni valeurs, convaincus de leur supériorité, et qui au nom d'un soi-disant patriotisme appelé à défendre la grandeur de la France, s'enrichissent et satisfont parfois leurs plus vils désirs aux dépens des plus faibles.

Le peuple victime de cette injustice n'échappe pas à cette sévère analyse, dépeint comme une dupe se laissant trop facilement fourvoyer, éblouir par la faconde rusée et malveillante que les puissants dissimulent derrière une fausse bonhomie pour mieux les abuser, quand ils ne font pas appel au pire des chantages ou des menaces pour extorquer à "leurs pauvres" le peu qu'ils possèdent encore.

En découvrant après ma lecture d’autres avis sur ce roman, j'ai appris qu'il était la juxtaposition d'une cinquantaine de textes qu'Octave Mirbeau avait publié dans la presse... je comprends mieux l'aspect décousu que certains reprochent à ce titre. En ce qui me concerne, cela ne m'a pas gênée, j'ai même trouvé que cela conférait au récit une sorte de dynamique rythmant agréablement la lecture... tout comme le caractère parfois un peu désuet de son écriture, associé à son élégance et sa cocasserie, le dote d'un charme incontestable !

Cette lecture entre dans le cadre de l'activité Un mois un éditeur, organisée par Sandrine : L'arbre vengeur est l'éditeur du mois de janvier.

>> D'autres titres pour découvrir Octave Mirbeau :

Commentaires

  1. Voilà qui a l'air tout à fait succulent. Beaucoup d'auteurs "Arbre vengeur" partagent ce regard pointu et cynique sur la société et je me disais bien que Mirbeau se consacrait plus aux maux des autres qu'aux siens, malgré la neurasthénie annoncée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit pour moi d'une découverte de cet éditeur... et le Mirbeau me faisait de l’œil depuis si longtemps... c'était l'occasion rêvée !
      Et en effet, la neurasthénie du narrateur est complètement reléguée à l'arrière-plan. A lire, vraiment, pour la férocité du trait..

      Supprimer
  2. Comme Goran, je suis assez bon public du cynisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Mirbeau élève le cynisme au rang d'art !

      Supprimer
  3. Excellent article !
    Je vous conseille aussi Dingo (1913) paru au "Serpent à Plume" ainsi que
    "La 628-E8" (1907), uniquement dispo en numérique malheureusement :-( , hilarant! (critique de la voiture (déjà! en 1907 et plutôt juste!) avec ironie et des pays limitrophes à la france, la Belgique en prend pour son grade (même si c'est gratuit...)
    En bref toujours aussi féroce!
    QQes liens pour finir :
    http://www.leboucher.com/vous/mirbeau/romans.html

    http://www.mirbeau.org/publications.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà noté "Dingo"... j'ajoute donc à ma liste "La 628-E8". Si c'est féroce, je suis preneuse !!

      Supprimer
    2. QQes extraits pour donner le ton...
      http://thebinarycoffee.blogspot.fr/2017/01/ils-sont-soudards-criards-ridicules.html

      Supprimer
    3. Je te conseille ses articles "s'i pas cher" ! (si t'as un kindle) :

      http://www.amazon.fr/gp/product/B00S2L71JM/ref=oh_aui_d_detailpage_o05_?ie=UTF8&psc=1

      écrits toujours d'actualité!

      Supprimer
    4. Non, je n'ai pas de Kindle...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire