"Le festin de John Saturnal" - Lawrence Norfolk

Bon appétit !

La légende prétend qu'en des temps immémoriaux, hommes et femmes de la vallée de Buckland vivaient en parfaite harmonie, liés par une saine et sincère amitié, goûtant la générosité d'une nature luxuriante au cours de fastueux banquets, grâce à la sorcière Buccla qui y avait apporté le Festin. St-Clodock et ses prêtres mirent fin à cette félicité, en détruisant les tables du festin, taxant leur bonne entente de luxure, leur hédonisme de paresse...

XVIIème siècle... il ne reste du Festin que quelques bribes, vieux mythe aux interprétations multiples dont on a perverti le sens et les valeurs. Quelques superstitieux maintiennent une vague célébration annuelle, histoire, on ne sait jamais, de ne pas froisser la sorcière... De rares fidèles entretiennent sa mémoire avec plus de ferveur, garants d'une transmission secrète.

Susan Sandal est de ceux-là, qui détient le Livre dans lequel le peuple de Saturne a consigné tous les éléments du festin, dont les mots transcrivent ses délices et ses vertus, dont les images restituent l'exubérance des paysages. Elle enseigne à son fils John, doté d'un odorat exceptionnel, le savoir ancestral des plantes qui soignent, la magie qui préside à la célébration du Goût. Guérisseuse pour les uns, sorcière pour les autres, sa réputation, associée à la suspicion et l'obscurantisme qu'exhaussent les sermons d'un obscur et malveillant prêtre moraliste dont l'emprise se fait croissante, la désigne comme un bouc émissaire idéal lorsque la maladie s'abat sur le village.

Envoyé au manoir de la vallée de Buckland, dont le maître, Sir Williams, se terre dans son manoir depuis la mort de sa bien aimée Lady Ann, John en intègre les cuisines, d'abord comme simple commis... Il y fera son chemin, pendant que l'Histoire s'emballe. A la montée du puritanisme, de la rigidité religieuse prônés par Cromwell et son parlement, qui a condamné à mort le roi Charles 1er, introduisant la guerre civile dans les campagnes anglaises, s'oppose le foisonnement que fait régner dans les cuisines du manoir de Buckland sa grouillante armée de marmitons, ranimant les fastes d'antan...

"Le festin de John Saturnal" est de ces romans qui vous transportent dans un tourbillon de sensations, d'odeurs et de couleurs, une ode à la générosité de la nature, un hymne à l'épicurisme et aux plaisirs sensuels et raffinés de la bonne chère, mais aussi au pouvoir des mots qui nourrissent le cœur et l'esprit.

Ajoutez-y une pincée de passion, une bonne rasade d'intrigues, un zeste d'aventure, imbibez le tout d'une écriture chatoyante... la tenue de l'ensemble est parfaite, l'assaisonnement merveilleusement dosé...

RÉGALEZ-VOUS !

Commentaires

  1. Très belle critique, je vais peut-être me laissé tenter... Goran de https://deslivresetdesfilms.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, c'est vraiment à lire ! On est à la fois dans une ambiance un peu gothique, et porté par une écriture moderne et très vivante..

      Supprimer
  2. J'ai vérifié le titre anglais et le héros s'appelle John Saturnall. La disparition de ce l en français est certainement justifié. En tout cas, ton billet donne vraiment envie de le lire. Alors, c'est noté. (http://monesie.canalblog.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait le nom de John est Sandal, et il prend le patronyme de Saturnal en l'honneur du peuple de Saturne, dont il perpétue le festin... Saturnal est ainsi considéré comme une sorte d'adjectif... ce qui explique peut-être la différence d'orthographe dans les deux langues.
      J'espère en tous cas qu'il te plaira autant qu'à moi..

      Supprimer
  3. Ce roman me tente - je suis en plein dans une crise de romans qui se passent dans le passé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'occasion... ce que j'ai apprécié avec ce titre, c'est que le contexte est ancien, mais que l'écriture, moderne, lui donne une dimension intemporelle.

      Supprimer
  4. Tes deux derniers paragraphes me mettent l'eau à la bouche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A table, dans ce cas !! Et je pense que ce roman ne peut que te plaire..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire