"Les secrets de Bent Road" - Lori Roy

Les grandes espérances...

Bon, je ne m'étalerai pas... d'une part, je n'ai pas pris de notes au cours de ma lecture, et d'autre part, deux semaines après l'avoir terminée, je dois avouer que son souvenir s'estompe déjà... 
L'histoire démarre pourtant sous de bons auspices. Enfin, pour les personnages, ils sont plutôt mauvais, mais laissent présager un récit dense et sous tension.

Les Scott arrivent de Détroit, où ils ont vécu ces vingt dernières années, dans un trou perdu du Kansas dont le mari (Arthur, si je me souviens bien) est originaire. Ce dernier est accompagné de sa jolie épouse et de leurs trois enfants. L'intérêt que portaient à l'aînée, Elaine, certains "nègres" de Détroit, a entre autres motivé ce retour aux sources. L'intrigue se déroule dans les années soixante, et les émeutes conséquentes aux mouvements pour les droits civiques mettent certaines grandes villes à feu et à sang. 

La fratrie est complété d'un adolescent timide et maladroit, dont son père espère faire un homme en le colletant à la rudesse rurale du Kansas, et d'une benjamine à l'esprit vif et à l'imagination débordante, qui ressemble à s'y méprendre à sa tante Eve, morte une vingtaine d'années auparavant, dans des circonstances mystérieuses qui font peser sur la famille d'Arthur (une mère rustre et froide comme la glace et une sœur vieillie prématurément sous les coups d'un mari alcoolique) un malaise secret et délétère. Ajoutez à ce contexte la disparition d'une fillette dont certains soupçonnent le beau-frère d'Arthur d'être responsable, et nous voilà en présence de parfaits ingrédients pour composer un polar bien sordide et oppressant à souhait.
De plus, la narration, en alternant divers points de vue -celui des enfants Scott et de leur intégration plus ou moins facile dans ce nouvel environnement, des relations entre leurs parents et la famille nouvellement retrouvée, parfois tendues, voire carrément houleuses-, amorce une dynamique prometteuse.

Puis il y a comme une cassure dans le rythme, peut-être parce que Lori Roy s'attelle à trop de sujets à la fois, et ne peut tous les traiter avec la même profondeur. Elle se consacre assez rapidement à l'analyse des rapports entre ses personnages, s'attardant plus particulièrement sur la manière dont le secret liée à la mort d'Eve les parasite et les gangrène. Une thématique certes intéressante, mais dans laquelle je ne suis pas parvenue à m'impliquer vraiment, gênée par les multiples éléments de l'intrigue qui viennent s'y greffer. J'ai même été prise par moments d'un vague ennui, sans doute parce que le début m'avait fait espérer un trépidant roman noir, et que je me suis surtout retrouvée face à une chronique familiale dont l'auteure déroule les étapes avec une certaine lenteur...

Commentaires

  1. Lu en 2013, ce roman m'avait ennuyée également...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rassure un peu, je n'avais lu que des éloges à son sujet jusqu'à présent...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui, c'est à mon avis un titre dispensable... mais je crois qu'il s'agit du 1e roman de l'auteur, et je ne nie pas ses qualités. A suivre, donc...

      Supprimer
  3. Lorsque l'on s'ennui ce n'est jamais bon :-) (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout quand le livre que l'on a entre les mains est estampillé "polar"... on attend un minimum d'action, ou en tous cas de suspense. On ne peut pas dire qu'il n'y en ait pas du tout, mais l'ennui a fait que même la résolution des différentes énigmes semées par l'auteur ne m'a pas vraiment captivée ..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire