"Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières" - Barney Norris

"Le monde est plein de choses remises à plus tard pour de mauvaises raisons, qui un jour deviennent soudain impossibles".

Le roman de Barney Norris peut sembler déroutant, à sa façon d'accoler ces histoires a priori sans rapport les unes avec les autres, si ce n'est qu'elles sont liées par de fugaces coïncidences qui n'ont finalement guère d'importance.

Il y a bien cet accident de la circulation, que l'on pourrait considérer comme point central du récit, puisque les cinq personnages sur lesquels il s'attarde y sont tous impliqués de manière plus ou moins lointaine, mais il n'est que le prétexte qu'utilise l'auteur pour s'emparer du destin de ces cinq individus, destins dont il extrait la dimension intime et bouleversante.

Rita est une vieille femme usée et solitaire, qui tient un stand de fleurs face au cimetière de Salisbury. Pour arrondir ses fins de mois, elle deale du cannabis. Ce n'est pas là sa première transgression, elle a toujours vécu en se laissant porter par les événements, au gré de rencontres rarement bénéfiques, sans réfléchir à l'avenir ou à ses responsabilités. Le seul homme qu'elle ait jamais aimé la méprise, son fils, devenu père, refuse qu'elle fasse partie de sa vie. Même sa mère ne la supporte plus. 

Sam aussi est un solitaire. Timide, laconique, il ne ressemble pas à ces garçons bruyants, vantards, grossiers qui peuplent son lycée, et qu'il fréquente avec parcimonie. En cet été de ses quinze ans, il connaît à la fois les émois d'un premier amour et la culpabilité de ne pas passer suffisamment de temps auprès d'un père gravement malade, qui s'achemine vers la mort comme il toujours vécu, avec dignité et discrétion, et pour lequel il a toujours éprouvé une grande fascination. 

On suivra également Alison, femme de militaire, encore une esseulée, qui confie à son journal son désarroi face au non-sens qu'est devenue sa vie, ou encore George, qui vient de perdre son épouse, en même temps que tous ses repères...

Tous vivent à Salisbury, une de ces villes de province où tout le monde se connait depuis l’enfance, tantôt charmante et tantôt mortifère, selon l'humeur avec laquelle on la considère, point de confluence de cinq rivières, à l'image du récit qui fait se rejoindre ces cinq destins par ailleurs indépendants les uns des autres... Tous sont à un moment douloureux de leurs existences, marqué par la perte, les regrets, la culpabilité. Et à chacun d'entre eux, Barney Norris prête une voix singulière, nous fait pénétrer dans l'intime complexité de leurs pensées, entrelacs de considérations anodines et d'états d'âme. Il rend bouleversants ces héros ordinaires, insignifiants même, parce qu'il fait du lecteur le confident de leurs angoisses, de leur détresse, de leurs espoirs aussi, et de leur courage.

On retient de ces témoignages la force de leur sincérité, et l'émotion que suscite en nous cet équilibre entre sobriété et poésie que parvient à maintenir l'auteur tout au long de son texte.

A lire, bien sûr !


J'ai pioché cette excellente idée de lecture chez Sandrine.

Commentaires

  1. Bon, ben voilà, jusque là je résistais à ce titre ! Trop de tentations par ailleurs, bon ben, là, voilà, je le veux maintenant ! Pff ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque sûre que tu aimeras, il m'a par moments fait penser à Russell Banks...

      Supprimer
  2. Encore un roman que j'aimerais lire. L'unité de ces histoires est finalement le cadre, Salisbury, que j'ai visitée il y a bien longtemps. Mais aussi d'après ce que tu en dis, la solitude , la mélancolie, la difficulté de vivre. J'aime à priori.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est surtout que l'écriture est très belle, sensible et poétique, elle rend les personnages touchants, en respectant la complexité de chacun. Vraiment, à découvrir...

      Supprimer
  3. Je l'ai vu sur pas mal de blogs ce livre mais je n'ai pas trop l'impression qu'il me corresponde. Les thèmes de la perte, des regrets, de la culpabilité, j'avoue, ça ne me motive pas trop.^^ Mais je passe peut-être à côté de quelque chose. Tant pis. Il faut bien que je préserve un peu ma PAL.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage tout de même, peut-être plus tard ?

      Supprimer
  4. J'ai entendu beaucoup de bien de ce titre qui me fait évidemment envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sa réputation est méritée. Je crois qu'en plus il s'agit d'un premier roman, c'est très prometteur !

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Je pense que oui ! Rien à voir mais je viens de terminer Les furies, lu sur tes conseils, et je t'en remercie j'ai vraiment apprécié (j'ai juste trouvé que la fin cumulait un peu trop de lapins sortis de chapeaux !!)

      Supprimer
  6. Superbe roman. Un de mes coups de cœur 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas, il est en effet très beau !

      Supprimer
  7. Bien envie, mais tellement d'autres à lire, et ceux là tout proches!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaie de le garder dans un petit coin de liste, pour plus tard, il en vaut vraiment la peine !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire