"La disparition de Jim Sullivan" - Tanguy Viel

... ou comment écrire un non-roman sans en avoir l'air (ou bien le contraire...).

Dans "La disparition de Jim Sullivan", Tanguy Viel nous explique comment il écrirait un "roman américain". Pour nous livrer son mode d'emploi, il reprend ce qu'il considère comme les poncifs du genre, et les applique à l'histoire dont il élabore des bribes sous nos yeux. A d'autres moments il donne des détails sur la méthode appliquée -par exemple, pour les personnages, il fait des fiches- ou sur les questionnements qui ont présidé à la création et à la rédaction de l'oeuvre.

Il a naturellement choisi, pour planter son intrigue, la ville de Detroit, "une vraie ville remplie d'asphalte et de métal rouillé, (...) avec des gratte-ciel, (et) des avenues qui n'en finissent pas". 

Son héros, Dwayne Koster, est tout juste cinquantenaire, il a sombré dans l'alcool depuis que sa femme l'a plaqué pour un bellâtre qui, comble du malheur, était son collègue à l'université. Car, bien sûr, Dwayne est professeur de lettres... ou du moins l'était jusqu'à son divorce, à la suite duquel il a également perdu son emploi... depuis, il épie des heures durant, installé dans sa vieille Dodge, la maison de son ex.

Mais à la fragilité désespérée d'un personnage principal se traduisant par une propension à la bouteille, doivent s'ajouter d'autres critères pour que le roman de Tanguy Viel soit américain, et cela va du contexte, qui sera enrichi des échos d'une actualité tragique (la guerre en Irak), et devra tourner autour de l'adultère, cette "obsession" de la littérature américaine, aux détails les plus insignifiants : apparaîtra sans doute à un moment de l'histoire une serveuse qui selon son âge, se prénommera Milly ou Daisy.

Les préférences politiques des protagonistes seront sans doute brièvement évoquées -surtout si elles sont démocrates-, d'aucuns exerceront des métiers mélancoliques, comme représentant de produits vétérinaires ou agent immobilier dans un quartier défraîchi, et on rappellera à l'occasion d'une soirée barbecue chez l'un d'eux que leur réputation de viandards n'est pas usurpée, en faisant griller par l'hôte de la maison deux kilos de bœuf (pour quatre), pendant que son épouse fera visiter la maison à ses invités, comme cela se fait aux Etats-Unis...

Il faut, enfin, que son roman s'apparente à une fresque, de celles qui "nous entraîne dans les méandres de l'humanité",  comme l'indiquera alors la quatrième de couverture... 

La lecture de ce pseudo-roman est rendue plaisante par son ton faussement sérieux (mais véritablement ironique), l'auteur se moquant finalement non pas tant du "roman américain" que de ces écrivains qui, davantage motivés par la quête du succès que par leur inspiration, préfèrent à l'originalité et à la sincérité l'usage de recettes éprouvées. 

L'exercice a toutefois ses limites : l'accumulation de clichés finit par lasser un peu, et je me suis demandé quel était l'intérêt d'un texte qui, à force de faire semblant de, peine à laisser sa propre empreinte.

Commentaires

  1. Un pseudo roman qui nous entraîne dans les méandres de l'humanité .... C'est un peu pompeux comme accroche ... J'ai un peu de mal avec cet auteur dont les méandres de l'écriture, cette fois, me semblent quelque peu vains. Et ton avis me laisse circonspecte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est notamment le genre de formules dont il se moque. Je ne connaissais pas cet auteur et j'avais repéré son dernier titre, mais je ne sais pas si je continuerai avec lui, bien que "La disparition de Jim Sullivan" ne soit peut-être pas très représentatif du reste de son oeuvre ? Qu'as-tu lu de lui ?
      Ah et rien à voir mais mon billet sur La serpe est prêt : est-ce que le 30 janvier te convient, comme date de publication ?

      Supprimer
  2. L'idée de ce livre me plaisait bien et j'avais même commencé à le lire mais j'ai lâché au bout de quelques pages, je ne sais plus pourquoi. Je pense que je n'accrochais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aimais bien l'idée, mais c'est vrai que son texte n'est pas très accrocheur, juste agréable...

      Supprimer
  3. Ce livre m'avait bien plu. Premier que je lisais de l'auteur et depuis je suis une inconditionnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et lequel me conseillerais-tu si je souhaite persévérer ? J'avais noté Article 353 du code pénal...

      Supprimer
  4. J'ai lu Article 353 du code pénal et Paris-Brest du même auteur, sans grand enthousiasme, je crois que je vais arrêter là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah mince, alors, cela ne m'encourage pas trop à persévérer !

      Supprimer
  5. Je ne crois pas que ce livre soit fait pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est dispensable, à mon avis, sauf si on apprécie particulièrement ce genre d'exercice de style...

      Supprimer
  6. Ben heu moi j'aime bien ce qu'écrit l'auteur (même si pas chef d'oeuvre à chaque fois!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu en as tout à fait le droit, lequel as-tu préféré ?!

      Supprimer
  7. le principe d'écriture me tente... j'ai déjà "article 353..." dans ma PAL alors je réfléchis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'apprécierais peut-être, si en effet tu es adepte de ce genre d'exercice... et je lirai avec intérêt ton avis sur Article 353 du code pénal, je ne suis pas fermée à une nouvelle expérience.

      Supprimer
  8. Ton dernier paragraphe m'a refroidit (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais lu beaucoup d'avis emballés sur ce titre, mais je l'ai personnellement trouvé un peu vain...

      Supprimer
  9. J'ai beaucoup aimé, mais j'aime beaucoup en général Tanguy Viel. Celui-ci m'a paru épatant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre le ton est plaisant, et l'idée de départ est originale, mais j'ai trouvé qu'elle finissait par tourner à vide.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire