"Circus parade" - Jim Tully

"Pillant et volant, trichant et mentant, trimant, luttant et aimant, prenant tout ce que nous pouvions et rendant peu, nous cultivions l'insouciance et l'irresponsabilité. Le cœur joyeux, un sourire narquois aux lèvres, nous étions aussi sauvages que les hyènes qui ricanent à chaque changement de temps".

S'inspirant de sa propre expérience, l'auteur, qui fut dans sa jeunesse un "vagabond du rail", revient sur la période de sa vie où le hasard des rencontres l'amena à travailler comme assistant de ménagerie dans un cirque. C'était dans les années 20, il crevait alors de faim et de misère, mais avec le recul, il regretterait presque cette vie aventureuse, libre et sauvage, où chaque matin s'ouvrait sur nouveau monde, avec tant d'histoires à raconter...

Il raconte, donc. L'itinérance et ses aléas, la rudesse frugale et travailleuse du quotidien, les couches pleines de vermine, les affrontements avec "les ploucs" -les habitants des villes- devenant parfois très agressifs lorsqu'ils comprenaient que le caissier les avait roulés... 

Et surtout il raconte ceux qui composaient cette Cour des Miracles nomade, ce monde grouillant peuplé de figures souvent touchantes, dont ces "suiveurs" qui s'ajoutaient à la population des employés du cirque : mendiants, culs-de jatte, faux aveugles, poètes..., accompagnant tout événement attirant les foules et gagnant leur vie "aux dépens des gens".

Il rend ensuite plus particulièrement hommage à certains des artistes qu'il a côtoyés, dont il dresse d'émouvants et truculents portraits. Parmi eux, la Femme Forte, capable de soulever onze hommes à la fois, et dont les cent quatre-vingt kilos enrobaient la douceur d'une peau de bébé et la générosité d'un cœur en quête éperdue d'amour, la magnifique Cheveux de Mousse, à l'existence "vide comme une tombe sans locataire", ou encore Goosey, le dresseur qui comprenait même les silences de ses éléphants...

Il évoque les amitiés qu'il noua avec Bouton de Rose, le percussionniste efféminé, ou Jock, un ancien jockey "ayant connu plusieurs fois l'enfer"...

Cette troupe éclectique faisait tourner le cirque tant bien que mal sous la direction de Cameron, patron d'une avidité maladive, entouré d’acolytes aux patronymes évocateurs -"Finnerty la Massue", "Haley le Gorille"-, transformant les jours de paie en combats sans cesse renouvelés pour tenter d'obtenir en temps et en heure les maigres salaires pourtant dus. 

Il émane de "Circus parade" l'énergie vitale de ceux qui, confrontés à la brutalité et à l'iniquité du monde, ainsi qu'à la certitude que la mort peut survenir à tout moment, sont aussi prompts au rire qu'à la bagarre. A l'image de cet univers sans pitié et de la société non moins cruelle -il y est encore banal de lyncher un noir- qui l'entoure, le récit est cru, violent, et en même temps très émouvant.

"Notre monde était brutal, immoral, suffisant et conformiste. Nous avions un mépris sans borne pour tous ceux qui ne péchaient pas de la même manière que nous".


Commentaires

  1. Ce livre, il me semble, me plairait... (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
  2. Il y a parfois trop de petites anecdotes sans grand intérêt mais dans l'ensemble le témoignage est aussi instructif qu'édifiant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces anecdotes ne m'ont personnellement pas gênée, elles contribuent par moments à donner l'impression de lire une chronique, un témoignage qui aurait été écrit au fil des jours, alors que l'auteur raconte son histoire avec un recul de 20 ans.

      Supprimer
  3. il me plairait je pense... Mais il faut d'abord que je fasse de la place dans ma PAL :-)

    RépondreSupprimer
  4. J'avais bien aimé "Vagabonds de la vie"... alors pourquoi pas celui-ci ?http://lebouquineur.hautetfort.com/archive/2016/07/24/jim-tully-vagabonds-de-la-vie-5829576.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'inverse, et après avoir lu ton article à ce sujet, je me dis que je lirais bien ces "Vagabonds", maintenant !

      Supprimer
    2. Echange de bons procédés...!

      Supprimer
    3. Oui, c'est l'un des intérêts des blogs !

      Supprimer
  5. Et l'intérêt d'arriver sur une discussion à la fin .... C'est qu'on note les deux titres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui s'appelle "arriver à propos"...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire