"Retourner dans l'obscure vallée" - Santiago Gamboa

"Si au bout du chemin il n’y a rien, qu’est-ce qui peut éclairer le cœur d’un homme ?"

Voilà un roman qui dans un premier temps déroute, tant les multiples chemins qu'il emprunte semblent a priori divergents.

Le Consul attend, dans une chambre d'hôtel madrilène, la visite de Juana. Il n'a pas hésité une seconde lorsque cette dernière lui a laissé un message lui donnant rendez-vous dans la capitale espagnole. Seulement, cette vieille amie dont il n'avait pas eu de nouvelles depuis plusieurs années tarde à se manifester. En attendant, il arpente les rues de la ville, et suit à la télévision les manifestations ininterrompues de la violence d'un monde dont il tente de décrypter les maux : un commando se revendiquant de Boko Haram a pris d'otage l'ambassade d'Irlande à Madrid, les rives nord de la Méditerranée se jonchent des cadavres de ceux qui ne verront pas cet Eldorado qu'ils ont tenté d'atteindre au prix de leur vie...

Ce grand voyageur, également écrivain, finalise par ailleurs le projet d'une biographie de Rimbaud.

Manuela Beltran, par l'intermédiaire d'un journal qu'elle rédige à l'attention d'un certain docteur, évoque son enfance violentée, et le passé dont elle veut se libérer. Elle a élevé la poésie comme un rempart contre la brutalité du monde, un chemin par lequel elle expulse, avec une sensibilité intense et obscure, les traumatismes qui l'entravent.

"Retourner dans l'obscure vallée" nous fait également croiser la route de Tertuliano, prédicateur psychotique se prétendant le fils du pape Benoît, qui expose en une vibrante logorrhée l'idée d'une justice nourrie d'héroïsme guerrier et sa volonté de rendre au monde sa pureté ancestrale, ou encore celle d'un prêtre ayant fui la Colombie après avoir été impliqué dans les sanguinaires mouvements paramilitaires d'extrême-droite créés pour combattre les guérilleros de gauche.

Les routes de ces personnages vont se croiser, pour certaines se rejoindre, autour d'un sombre projet de vengeance.

Cet enchevêtrement de destins, placés sous l'égide du poète aux semelles de vent dont nous suivons par intermittences les révoltes, les inspirations et les fuites en avant, est porté avec une parfaite maîtrise. Le roman de Santiago Gamboa est à la fois limpide, complexe et profond.

Il plane sur l'ensemble l'omniprésence d'une violence inique, inhérente au monde, et qui pénètre avec plus ou moins de force, à un moment ou un autre, l'existence et l'intimité des personnages. Les inégalités et les antagonismes entre riches et pauvres, entre nord et sud, semblent avoir atteint un paroxysme, ou du moins deviennent plus concrets aux yeux des privilégiés, dont le paradis capitaliste subit la menaces des exclus que la misère et un dernier espoir jettent sur les routes... Mais n'est-ce pas là l'histoire éternelle de l'humanité, que d'être en mouvement, par curiosité de l'au-delà, ou parce que la survie en dépend, nomadisme dont Rimbaud est ici érigé en symbole ?

Au milieu de ce chaos, dans lequel se débattent tant bien que mal ses héros, "Retourner dans l'obscure vallée" se veut un hommage à la poésie, rempart contre la médiocrité et la violence, expression magnifiée et libératrice du désespoir.

A lire.

Commentaires

  1. Tu parles, quel auteur! Une fois dedans on ne lâche pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord, je ne connaissais pas Gamboa, mais je vais me rattraper !

      Supprimer
  2. Voilà qui donne envie (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un excellent roman, rythmé et intelligent, avec des personnages atypiques..

      Supprimer
  3. C'est un de mes auteurs chouchou ! Il va sans dire que ce livre est sur ma LAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand je suis allée récupérer le lien sur le blog de Sandrine, j'ai tu commentaire laissé suite à son billet sur ce titre, et du coup, je suis allée lire tes avis sur ceux les romans de Gamboa que tu as lus ! J'ai noté Les captifs du lys blanc et Le syndrome d'Ulysse..

      Supprimer
  4. belle critique qui donne très envie de lire ce roman, dont je ne connais pas l'auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le connaissais pas non plus avant cette lecture, mais j'ai bien l'intention de continuer à le découvrir,il est passionnant !

      Supprimer
  5. ET bien je ne l'ai pas encore lu ! mais son univers a l'air sombre et puissant ! Qu'est ce que le syndrome d'Ulysse ? Ce titre pique ma curiosité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de chercher sur internet : c'est, selon les psychiatres, "la dépression et l'infinie tristesse des migrants"...

      Supprimer
  6. Tu sais tenter ! J'adopte, je note et je surnote !

    RépondreSupprimer
  7. Tu en parles superbement bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère en tous cas t'avoir convaincue !

      Supprimer
  8. Je suis tentée - et pourtant, les thèmes ne m'attirent à priori pas. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au-delà des thèmes, les portraits des personnages, et la construction narrative rendent le roman original et passionnant. A lire, vraiment !

      Supprimer
  9. Première lecture de S.Gamboa pour moi aussi avec ce titre ( dévoré le mois dernier !), et comme toi, je n'en resterai pas à celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai lu ton billet... si une LC te tente, notamment autour du Syndrome d'Ulysse ou Des captifs du lys blanc...

      Supprimer
  10. Gamboa n'a de cesse de traiter de la violence de la société, toujours par des moyens littéraires originaux et le résultat est souvent très fort. Un auteur qu'on ne connaît pas encore assez en France, me semble-t-il...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas l'intention de m'arrêter là, et compte bien explorer l'oeuvre de cet auteur qui m'a vraiment touchée avec ce titre... Merci pour le conseil !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire