"La position du tireur couché" - Jean-Patrick Manchette

Une friandise au goût fugitif...

Voilà un roman qui se lit en deux temps trois mouvements, à peine avez-vous eu le temps de remettre en place tous les fils de l'intrigue que la dernière page est tournée, et qu'elle se tourne qui plus est sur une fin surprenante de banalité, rompant avec les multiples rebondissements d'une intrigue échevelée...

Martin Terrier, dit Christian, est tueur à gages. Il a à ce titre été chargé de diverses "missions" à travers le globe, pour le compte d'une organisation représentée par un mystérieux M. Cox.

De retour de son dernier engagement, à Londres, il décide de raccrocher. Ce n'est guère du goût de ses employeurs, qui tentent de le faire changer d'avis avec une absence d'insistance suspecte. Ce n'est pas non plus du goût de sa petite amie du moment, à laquelle il annonce son départ de Paris en même temps que la fin de leur liaison, et qui se venge en saccageant son appartement et en kidnappant son chat.

En route vers sa petite ville natale du Sud-Ouest, il réalise qu'il est suivi... et lui qui n'aspirait plus qu'à une existence tranquille en compagnie de celle dont il fut amoureux du temps de sa jeunesse, et qu'il part retrouver conformément à la promesse qu'il lui a faite dix ans auparavant, se retrouve pourchassé par des brutes sanguinaires, accompagné d'une ex qui, loin de l'attendre, est devenue l'épouse amère, alcoolique et incontrôlable, d'un de ses amis d'enfance.

"La position du tireur couché", c'est du noir qui ne se prend pas au sérieux, un récit où l'action prime sur la psychologie de personnages brossés à grands coups de pinceaux, affublés de bizarreries et de caractéristiques caricaturales qui les rendent marquants. Composé d'une succession trépidante de brefs épisodes riches en péripéties, le roman bénéficie d'un rythme soutenu, la crédibilité de l'ensemble important peu.

La lecture en est facile, plaisante, car tous ces éléments font que le texte est souvent drôle, mais je l'aurais probablement oublié d'ici quelques mois...

Commentaires

  1. Bonjour Ingannmic, c'est grâce à l'adaptation en BD par Tardi que j'ai découvert ce roman. Je confirme que cela s'oublie vite comme Le petit bleu de la côte ouest. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas... mais permettre au lecteur de passer un bon moment, ce n'est déjà pas si mal...

      Supprimer
  2. Je crois n'avoir jamais lu cet auteur, et ce n'est pas ton billet qui va me faire changer d'avis... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce titre est en effet, à mon avis en tous cas, dispensable, notamment si comme moi tu apprécies, en matière de polar, la noirceur et la densité... je ne sais pas si le reste de l'oeuvre de Jean-Patrick Manchette est à l'image de ce roman.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire