"Jours barbares" - William Finnegan

Overdose d'iode...

Il fut un temps où je ne m'autorisais pas à laisser en plan un livre entamé, me refusant le droit de faire primer le plaisir sur le respect que j'imaginais dû à l'écrivain... je voyais par ailleurs la capitulation comme un échec, la preuve de mon manque de persévérance...

Mais comme l'a très justement exprimé A girl from earth récemment, nos PAL à croissance exponentielle et la profusion de sollicitations qui nous font noter pléthore de titres plus alléchants les uns que les autres, représentent, ajoutées à la prise de conscience que sans plaisir, la lecture n'a pas de sens, de bonnes raisons de renier ce principe...

Vous l'aurez compris, ceci est un avis d'abandon...

Un abandon que j'ai pourtant retardé, de chapitres en chapitres, persuadée que viendrait un moment où je serais enfin captée... Las ! Parvenue à plus de la moitié de l'ouvrage, par ailleurs relativement volumineux (presque six-cent pages), j'ai dû m'avouer vaincue par un exaspérant ennui...

Si j'ai attendu si longtemps avant de jeter l'éponge, c'est parce que je n'avais lu, à propos de "Jours barbares", que des éloges plus incitatifs les uns que les autres... et qui surtout précisaient qu'en dépit de son sous-titre "Une vie de surf", l'intérêt de ce roman allait bien au-delà de la pratique de ce sport avec lequel je ne me sens aucune affinité. Il y était question de "récit initiatique", de "lecture ouvrant sur le monde", "susceptible de toucher le plus grand nombre"... eh bien, je ne dois pas être du plus grand nombre... Bon, pour être honnête, en recherchant à nouveau des billets à son sujet après ma lecture inaboutie, j'y ai aussi trouvé certains passages qui m'auraient probablement dissuadée si je les avais lus avant, tels que : "si on ne s'attache pas à tous ces passages techniques de descriptions de spots qui forment la houle du livre", ou : "Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains car même si le surf vous tente, j'avoue qu'une grande partie de chaque chapitre peut perdre et lasser le lecteur avec tous les termes (glossaire en fin de livre) et descriptions de vagues", ou bien encore : "malheureusement, l'auteur finira par me noyer, car même s'il n'est pas nécessaire d'être un passionné de ce sport, il faut quand même être motivé".

Cette dernière citation me convient parfaitement ! Après un début relativement prometteur, décrivant l'enfance du héros entre la Californie et Hawaï, son tour du monde à la recherche des plus beaux spots a peu à peu érodé mon intérêt, y compris pour les thèmes autres que cette recherche est prétexte à aborder. J'ai eu mon content de "lines up", de "shortboards", de "rides" et de "shortbreaks"... salut William !

>> Miss Sunalee et Alaska, entre autres, ont aimé...

Commentaires

  1. Haha, j'aime bien l'expression "avis d'abandon". Bon, il y en a très peu en ce qui me concerne parce qu'à la base, ce sont tout de même des lectures qu'on choisit de lire et qu'on a envie de découvrir pour x raisons, et lâcher l'affaire au bout de 100 pages, ça paraît un peu vite expédié, mais quand ce sont de sacrés pavés et qu'on a fait la moitié du chemin sans une once de plaisir, je pense qu'on peut affirmer que ces livres ne sont pas pour nous.^^
    Je trouve ça rageant (et aussi rassurant) quand, après-coup, on tombe sur des avis (ou on les relit mieux) qui souligne certains aspects du livre qui, clairement, n'ont aucune chance de nous gagner à leur cause malgré tout le bien qu'on peut en dire par ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez rare que j'abandonne moi aussi, parce qu'à force d'orienter mes choix en fonction des blogs que je considère comme des valeurs sûres, je suis tout de même rarement déçue. J'ai aussi dû abandonner, dernièrement, cette fois assez vite (au bout de 20/30 pages), des romans auxquels je ne comprenais rien, trop obscurs pour moi ...

      Supprimer
  2. Et bien tu me rassures ! Malgré les avis enthousiastes je n'étais toujours pas motivée, sceptique, parce que le sujet essentiel semblait quand même le surf. Comme toi, je ne me sens pas d'affinité avec ce sujet, surtout sur la longueur. Et puis, comme toi, il y a Pal et tant de sollicitations. Tu vas été tenace tout de même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais vraiment envie de l'aimer.. mais rien à faire ! Et je n'en parle pas dans mon billet, mais j'ai même trouvé le style (ou la traduction ?...) parfois maladroit.

      Supprimer
  3. Le sujet ne m'attire pas. Moi aussi, j'abandonne facilement les livres depuis 5 ou 6 ans, mais c'est plutôt rare quand je m'achète un livre qui me tombe des mains alors que je l'ai choisi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que depuis que je me suis forcée à finir L'élégance du hérisson, je n'hésite plus à jeter l'éponge ! Mais c'est rare aussi pour moi, heureusement !

      Supprimer
  4. Je pense que c'est un grand livre mais qui submerge comme un rouleau submerge les surfeurs un peu tendres. Il m'a submergé mais j'ai tenu bon et j'en ai tiré un certain bénéfice. Mais que c'est coriace. J'ai publié un billet dans ce sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis personnellement noyée... et ça me rassure, tout de même, que tu l'aies trouvé coriace !

      Supprimer
  5. A priori, c'est vrai le thème "le surf" ne me tente pas mais les livres sur la pêche ne me séduisent pas plus et pourtant j'en ai lu certains qui dépassent le thème pour parler de l'humain et sont donc excellents.
    J'aurais pu avoir pas mal "d'avis d'abandon" ces derniers mois, ( je ne les ai pas toujours publiés) ce qui est affligeant car je pense comme toi, laisser un livre entamé me semble un échec.. mais je me rends compte que c'est lié à une saturation. D'où la question : peut-on avoir une indigestion de lecture ? Dans mon cas, il semble que oui ! Alors je continue à lire (sinon la vie serait bien terne) mais j'accepte d'abandonner ma lecture si elle ne me plaît pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute la meilleure solution... j'espère que tu vas vite tomber sur un coup de cœur qui te réconciliera avec la lecture ! Je vois ce que tu veux dire quand tu parles d'indigestion, cela m'est déjà arrivé, peut-être est-il bon aussi de faire des pauses, parfois.

      Supprimer
    2. Oui heureusement, je trouve des livres qui me plaisent et même beaucoup et je ne parle pas dans mon blog de ceux que j'abandonne.

      Supprimer
    3. Je ne parle de mon côté que de ceux que j'abandonne une fois la route bien entamée !

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Il te plairait peut-être... le mieux est sans doute de le "tester" en l'empruntant en bibliothèque !

      Supprimer
  7. Je l'avais aussi repéré. Mais là, tu mets un point à mes hésitations. J'ai une peur bleue de l'eau et je craignais les longueurs. Je fais bien de le rayer de ma liste!

    J'ai tendance à jeter l'éponge rapidement lorsque ça ne colle pas avec un livre. Parfois pour y revenir à un moment plus opportun, parfois non. Il y a tant et tant de livres à lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu crains les longueurs, je te dissuade en effet d'en tenter la lecture... cela m'arrive aussi de revenir vers un livre abandonné après un premier essai, parfois avec succès (l'exemple qui me vient spontanément à l'esprit est celui du Voyage au bout de la nuit, que j'ai dû reprendre quinze ans après une tentative sans doute trop précoce avortée dès les premières pages, et que j'ai finalement adoré !). Tout dépend des raisons de l'abandon, je sais que je ne reviendrai pas vers celui-là, par exemple !

      Supprimer
  8. J'ai adoré ce livre, mais je savais très bien que c'était très personnel et que beaucoup de lecteurs n'accrocheraient pas du tout, le trouvant trop long, trop descriptif, trop technique. Pour moi, la magie a opéré, et cette magie a quelque chose de très bizarre et d'aléatoire.... Pour moi, ce livre risque bien d'être au sommet de mon top de l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou, j'ai l'impression que soit on adhère et cela devient un coup de cœur, soit on est réfractaire, et la lecture vire à l'enfer !! Bon, "l'enfer", j'exagère un peu, quand même ...

      Supprimer
  9. J'ai pas mal tourné autour cet été (j'étais sur un spot de surf et c'est une culture dont je suis familière), mais j'ai eu peur de finir par m'y ennuyer, dans ce récit (trop de surf pour moi) et, à te lire, il me semble bien que ça aurait été le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais un peu aussi le monde du surf, ayant vécu au Pays Basque plusieurs années et habitant maintenant pas très loin de Lacanau. Ceci dit je ne pratique personnellement pas (je trouve ce sport absolument terrifiant), et puis à part quelques notions, je ne suis pas vraiment une spécialiste... et si je'en crois les avis lus ici et là, beaucoup ont aimé sans avoir aucune affinité avec le surf... je crois qu'au final, ce n'est pas tant la thématique qui m'a perdue, mais la manière redondante de l'aborder..

      Supprimer
  10. J'abandonne rarement un livre, comme toi, les avis de "blogs sûrs" me permettent d'éviter les trop grands flops ! Par exemple avec ce titre ! ( à vrai dire, je n'avais lu que le sous titre en librairie, même pas retourné le bouquin ...) même sous une forme romanesque le surf, c'est très très loin de moi ! Et les bandeaux rouges avec plein de tampons dessus, je fuis aussi, on dirait des clignotants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, ce qui m'a d'abord convaincue, c'est une interview de l'auteur à la radio, je l'avais trouvé passionnant. Mais je trouve qu'on nous a un peu menti, sur ce coup-là : pour moi, c'est essentiellement un livre sur le surf !

      Supprimer
  11. Mon fils presque quarantenaire, surfeur, n'arrivait pas à se le procurer rapidement en Martinique, je lui ai donc envoyé de métropole dès sa parution ... pour m'entendre dire finalement qu'il était très déçu, il mettait en cause en particulier la traduction, donc?
    Brigitte, de Poitiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Brigitte, et bienvenue ici,

      Une mauvaise traduction pourrait en effet expliquer certains passages un peu "maladroits", qui m'ont fait "tiquer" pendant ma lecture. Mais mon ennui, lui, était lié au fond.. c'est le cas de le dire !!

      Bonne soirée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire