"Nirliit" - Juliana Léveillé-Trudel

Âpre plaidoyer.

"Nirliit"est un cri. Un cri d'impuissance, de frustration, de détresse. Un cri d'amour aussi... surtout un cri d'amour.

Ce cri est poussé par la narratrice, une québécoise de Montréal qui chaque été se rend à Salluit, ultime bourgade sur la route qui monte vers le Nord -seuls certains migrateurs poussent au-delà- pour s'y occuper des enfants de la communauté Inuit qui peuple le village. Un village qui n'a rien de bucolique, et ce non pas tant en raison du froid qui rend les lieux hostiles et la vie impitoyable la majeure partie de l'année, que du marasme économique et social qui plombe le quotidien de ses habitants.

Créant un sentiment d'urgence désespérée en s'adressant avec une intensité incantatoire à son amie Eva, dont on apprend d'emblée que le corps gît au fond de l'eau glaciale d'un fjord, elle dresse le sordide et triste tableau de ces laissés-pour-compte pour lesquels elle éprouve un irrémédiable attachement.

C'est pourtant un bel endroit que ce lieu du bout du monde où la rivière Hudson se jette dans l’océan... à condition d'occulter l'autre rivière, celle que constituent les déchets de la décharge municipale. D'oublier la banalité des violences conjugales, la récurrence des désordres publics, des actes de vandalisme et des fusillades. D'ignorer le niveau effarant qu'atteignent les taux de criminalité ou d'alcoolisme, le nombre de viols ou de suicides. De fermer les yeux sur ces enfants livrés à eux-mêmes, élevés aux chips et au Pepsi, que la drogue et les tragédies font vieillir prématurément.

Qu'est-il arrivé à ce peuple pour qu'il en arrive à cette impasse, et à se conformer à l'image méprisante et indigne qu'ont de lui ces "autres", comme il les désigne, ces gens du sud qui vilipendent sa paresse et sa propension à l'assistanat, à la délinquance et à l'ébriété ?

Dépossédé de ses territoires, de son mode de vie, de ses coutumes, il est condamné à survivre de la charité hypocrite et arrogante d'un état qui a depuis longtemps oublié ces autochtones des terres reculées, destination de quelques missionnaires blancs porteurs de la bonne bonne parole -"ayez une vie saine, soyez écolos, contrôlez vos naissances, et stérilisez vos chiens"- sans réaliser le monde qui les sépare, d'aventuriers marginaux qui font des enfants à de jeunes femmes naïves avant de repartir, ou d'ouvriers en mission sur les chantiers, qui abusent de filles parfois même pas pubères dont ils achèvent de tuer l'enfance. Alors, il imite certains comportements du monde moderne et occidental dont on l'exclue, s'adonne à la consommation de superflu, de tape à l’œil -quad, motoneiges, bateaux...- bercé par l'illusion de posséder un semblant de richesse, pour oublier ce qu'il a perdu, coincé entre le délitement de son héritage et la vacuité d'un présent de misère médiocre et sans perspective d'avenir.

C'est sans doute pour tout cela que chaque fulgurance d'espoir, chaque acte de courage pour s'extirper de ce cloaque, chaque manifestation de douceur, acquiert ici un caractère douloureusement et fragilement lumineux. Atteinte d'un amour désespéré pour ces démunis qu'elle voudrait sauver, mais consciente de ne colmater que quelques brèches qui pour la plupart se rouvriront après son départ, la narratrice est sans complaisance envers elle-même qui, à l'instar des autres blancs, les abandonne avant l'arrivée de chaque hiver, ne faisant de sa mission qu'une parenthèse, une aventure de sa vie privilégiée. 

Sa harangue lucide, vibrante et éperdue est suivie dans une seconde partie du récit de la relation compliquée unissant Elijah, fils d'Eva, à Maata, exprimée dans une langue moins intense, qui après l'étourdissante et éprouvante sarabande d'images et de personnages de ce qui précède, réintègre le lecteur dans une sorte de mélancolique apaisement.

C'est à la fois très beau et très fort, un gros de cœur !

Les avis de Jérôme, Marie-Claude, Aifelle et de Kathel.

Commentaires

  1. Pas tout à fait un coup de coeur pour moi, mais je lui trouve de belles qualités...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu en effet pas mal de billets évoquant la différence entre les deux parties comme un bémol à l'enthousiasme par ailleurs suscité par la lecture. J'ai personnellement aimé même cette manière de faire un peu retomber la tension et l'âpreté en fin de récit.

      Supprimer
  2. Coup de coeur aussi pour moi. J'ai acheté "le Matricule des Anges" ce mois-ci, avec une interview de l'auteure. Intéressante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une auteure à suivre, assurément. J'ai ajouté un lien vers ton billet, qui m'avait échappé..

      Supprimer
  3. Je l'ai lu à sa parution, en 2015, et j'en garde encore un excellent (et marquant) souvenir. J'en parlais là:
    http://www.hopsouslacouette.com/2015/10/nirliit.html
    Je suis ravie que le premier roman de Juliana Léveillé-Trudel trouve son public en France. C'est bien mérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme pour Aifelle, j'ai ajouté un lien vers ton billet et sa jolie photo, très représentative de l'atmosphère du roman...

      Supprimer
  4. je ne l'ai pas lu, mais ta critique me donne très envie de tenter :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, oui, il faut tenter ! C'est excellent ! Au passage, rien à voir, mais je viens de recevoir Les hommes n'appartiennent pas au ciel, de Camarneiro, que j'avais noté chez toi. Comme je n'arrivais pas à le trouver en librairie, je l'ai commandé. Il me tarde de le lire, mais je vais devoir patienter un peu, mon programme de lectures est déjà prévu jusqu'à janvier.

      Supprimer
  5. J'avais déjà fort envie de lire ce roman, mais tu enfonces le clou au point que je n'ai plus d'excuse pour ne pas le faire :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, plus d'excuse, et je suis sûre qu'il te plaira, l'écriture est magnifique.

      Supprimer
  6. Tout me fait envie là ! Et c'est un coup de cœur pour toi, je n'ai plus qu'à prendre le chemin de ma librairie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira... j'ai vraiment été emballée par l'écriture, très éloquente.

      Supprimer
  7. Oui, repéré et noté, ça a l'air d'un livre fort. Bon, il ne me reste plus qu'à mettre la main dessus et trouver un moment pour le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est fort, puissant, et empreint d'une poésie désespérée...

      Supprimer
  8. Mon commentaire a disparu ! Je disais que j'ai lu les billets d'Aifellr et de Kathel et que tu confirmes l'idée que j'ai du roman, il faut le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument ! Et j'ai de plus appris grâce à Marie-Claude, qui a laissé un commentaire ci-dessus, qu'il s'agissait d'un premier roman ! C'est très prometteur...

      Supprimer
  9. Gros coup de coeur pour moi aussi, totalement inattendu en plus, ce qui le rend encore plus beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Moi je m'attendais tout de même à aimer, vu les avis lus entre autres chez toi, mais sans doute pas à ce point..

      Supprimer
  10. Bon, trop de coups de coeur pour que je passe à côté. Je le note et surnote.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il serait en effet dommage de s'en priver, et je pense vraiment qu'il te plaira..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !