"Marguerite n’aime pas ses fesses" - Erwan Larher

"Tout le monde est capitaliste, non ? C'est comme le McDo : même ceux qui critiquent y mangent."

Deux titres à la suite dont l’humour m’a conquise, voilà qui se fête ! Après "Le discours" de Fabrice Caro, place à un humour plus détaché, plus débridé aussi…

Et pourtant, maintenant que j’y pense, Marguerite a plusieurs points communs avec Adrien… elle n’est pas de ces femmes rayonnantes, conquérantes, épanouies, dont on vante les réussites et le charme dans les magazines. Elle n’a ni l’assurance et la joie de vivre de ses amies, ni l’exubérance mythomane de sa mère. A vrai dire, il n’y a pas que ses fesses qu’elle n’aime pas, Marguerite. D’une manière générale, elle se trouve sans valeur et sans éclat. Elle n’a aucune densité, aucun mystère… Elle n’a même pas de libido (le sexe la dégoûte), et même ses transgressions sont modestes… Et ce n’est pas le regard des autres qui va l’aider à se revaloriser… Ses copines considèrent avec condescendance sa naïveté, sa pudeur et son absence d’amour-propre. Sa mère Billie, aussi extravagante et dévergondée que sa fille est timide et prude, se demande comment elle a pu engendrer une telle descendance, et son compagnon Jonas se montre méprisant et à l’occasion brutal. Le lecteur lui-même aurait bien envie de la secouer, Marguerite, qui se soumet face au sentiment de supériorité de ce pitoyable et détestable compagnon, pauvre type pontifiant, qui affiche de grandes valeurs humanistes mais se révèle parasite, pervers et menteur… qui accepte sans jamais discuter sa chiche rémunération toutes les exigences de la maison d’éditions qui exploite ses talents sans les reconnaître… 

Et pourtant, un jour, contre toute attente, Marguerite est repérée… et pas par n’importe qui, mais par l’ex-Président de la République Aymeric Delaroche de Montjoie qui, la croisant dans les couloirs des Editions Paulin, décrète que ce sera elle, et personne d’autre, qui écrira le dernier volet de ses mémoires.

Un ex-Président fictif, mais qu’Erwan Lahrer dote de caractéristiques évoquant plusieurs chefs d'état français... Son personnage devient ainsi le symbole des dérives et du cynisme de l’ensemble d’une classe politique corrompue, porteuse de valeurs dévoyées, et davantage motivée par l’assouvissement de ses désirs personnels et de ses pulsions sexuelles que par une quelconque ambition collective.

Les entretiens préalables à la rédaction des mémoires d’Aymeric sont pour la prude et crédule Marguerite une véritable entreprise de dessillement. Au fil de leurs échanges, une relation trouble, voire un peu perverse, se noue entre la jeune femme en quête d’une figure paternelle et le vieillard sénescent que la vue de Marguerite, à qui quelqu’un enfin s’intéresse, fait parfois renaître à la concupiscence… En même temps, le vieux sénile s’épanche, exprimant des regrets en lâchant, au gré des gaffes que lui font commettre la sénilité, des informations confidentielles et obscures.

C’est enlevé, drôle, et énergique, Erwan Lahrer mêlant à la dimension ludique de son récit une intrigue policière à l’origine de l’introduction d’un autre héros aux caractéristiques bien marquées. Flic cynique et facho, et accessoirement amant de la mère de Marguerite, Jacek enquête officieusement sur la trentaine de morts suspectes d’hommes liés au pouvoir politique, corrompus ou présumés tels, passés entre les mailles du filet de la justice.  

Un roman ludique, mais pas simpliste pour autant, l’auteur brossant, à travers cette fable féroce et contemporaine, le portrait d’une génération désœuvrée et individualiste, sans idéologie, à l’image d’une société gouvernée par des individus sans réelle conscience politique. 


Un autre titre pour découvrir Erwan Larher : Le livre que je ne voulais pas écrire.

Cette lecture me permet par ailleurs d'entamer ma participation au Petit Bac 2021 d'Enna, dans la catégorie "prénom".



Commentaires

  1. Là tu as un beau retard sur moi, j'ai lu tous ses livres!!! Et j'attends le suivant (2021?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une experte, alors !! J'ai passé un bon moment avec ce titre, mais "Le livre que je ne voulais pas écrire" m'avait laissée perplexe.. je ne suis pas sûre de relire cet auteur, ou en tous cas, il n'est pas prioritaire dans ma liste des "à poursuivre".

      Supprimer
  2. Un livre drôle, de temps en temps, c'est bienvenue, surtout en ce moment. Je comprends que le sourire n'empêche pas la réflexion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela fait du bien, et je suis surtout ravie quand je tombe sur un titre "drôle" dont l'humour me séduit. J'en lis assez peu, et la déception est régulièrement au rendez-vous (il faut dire que faire rire est un art difficile, et que nous ne sommes pas tous sensibles au même humour).

      Supprimer
  3. Je n'en ai lu qu'un de l'auteur "Autogenèse" qui m'avait plu, mais je n'ai pas eu l'occasion de le relire. Marguerite pourrait être bien pour m'y remettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il permet de passer un moment très plaisant, cela ne se refuse pas !

      Supprimer
  4. Et bien moi je n’aime pas le Macdo et je n’y vais jamais... :-) (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
  5. Comme Keisha, j'ai lu tous ses livres... ah non pardon, il m'en manque un je crois... j'aime son écriture et son humour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je suis passée à côté du fait que vous êtes fans toutes les 2... du coup je suis allée voir ton index, je ne savais pas qu'il avait déjà tous ces titres à son actif ! Bon, à force de vous entendre en dire du bien, je me laisserai peut-être convaincre de revenir vers ce cher Erwan !

      Supprimer
  6. Je pense que c'est celui-là que j'aurais dû acheter avant Le livre que je ne voulais pas... car ce dernier s'enfonce de plus en plus dans ma PAL et je suis de moins en moins pressée de le lire.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les 2 sont complètement différents, voire opposés. Bien qu'il soit délicat de les comparer, j'ai préféré celui-là, mais comme le dit Marilyne, cette lecture était parfaite en cette grise période !

      Supprimer
  7. j'avoue, je n'en ai lu aucun...Mais un peu de détente en ce moment ce serait sympathique je le note :-)

    RépondreSupprimer
  8. Tu m'as bien amusée avec ce livre ! Un peu d'humour ne fait pas de mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, surtout par les temps qui courent ! Une lecture très plaisante, avec une intrigue un peu échevelée et un style très alerte.

      Supprimer
  9. Ça me semble très tentant, ce titre. Le discours ne m'avait pas convaincu. Comme une impression qu'il beurrait un peu trop épais à mon goût. Je préfère ses bd.

    Aussi, j'ai bien envie de tâter l'humour de Larher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais nous nous croisons, je viens à l'instant de laisser un commentaire chez toi ! Le Lahrer est plus "léger" que le Caro, et donc plus drôle au final. Et je comprends ce que tu dis sur le fait que Caro en rajoute des couches, dans son "Discours", mais je crois que c'est ce qui m'a plu, en fait...

      Supprimer
  10. J'avoue, je n'ai jamais lu cet auteur et je ne suis pas sûre qu'il soit pour moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que deux de ses titres, par ailleurs très différents : "Le livre que je ne voulais pas écrire", sur son expérience de l'attentat du Bataclan, et de la reconstruction qui a suivi (il a été gravement blessé) ne m'avait pas vraiment emballée.
      Mais j'ai vraiment apprécié cette "Marguerite", ça se lit tout seul, et c'est vraiment plaisant. Un bon moment de distraction, oui.

      Supprimer
  11. Je l'avais bien aimé ce titre, pas si drôlatique que cela, comme tu le soulignes ... Marguerite a quelque chose d'un OVNI fort sympathique qui se fait rouler dans la farine du cynisme. Mais, comme toi, je n'avais été convaincue par Le livre que je voulais pas écrire, ce qui me retient d'être curieuse d'autres titres. Je vais quand même retenir Autogénèse qui est mentionné par Aifelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'ailleurs toi qui m'a convaincue de le lire, je crois, malgré la relative déception occasionnée par "Le livre...". C'est vrai qu'ils sont très différents, et une bonne tranche d'humour est toujours bienvenue !

      Supprimer
  12. Ce n'est pas mon préféré de cet auteur... Je l'avais découvert avec "L'abandon du mâle en milieu hostile", qui est resté mon vrai coup de coeur d'Erwan Lahrer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais même pas qu'il avait écrit tous ces titres. mais je note cet "Abandon..." dont Krol dit aussi beaucoup de bien. Merci !

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !