"Une saison à Venise" - Włodzimierz Odojewski

"L'imagination peut apporter le salut, même dans les pires instants..."

C’est comme un moment suspendu, le temps d’arrêt avant le déferlement de la catastrophe, le calme avant la tempête plombé d’expectative angoissée…

Pologne, 1939. Marek a dix ans, et se réjouit d’aller enfin pour les grandes vacances à Venise, lieu de villégiature familiale depuis au moins deux générations, et dont il a tant entendu parler…

Mais la menace de la guerre bouleverse ces projets, remplacés par un séjour à la campagne chez la tante Weronika, où vont et viennent d’autres tantes, la cousine Karola, que Marek se réjouit de retrouver, et d’autres enfants eux aussi en vacances chez les familles voisines.

Le garçon oublie vite sa déception, passe de la découverte des sentiments contradictoires qu’éveillent en lui la présence des filles à la curiosité vaguement inquiète mais finalement fugace que suscitent les conciliabules et la mine préoccupée des adultes. L’absence de sa mère, partie « aider » il ne sait qui à quoi, le perturbe davantage, par sa dimension inhabituelle.

Un événement lui aussi surprenant, mais à l’inverse jubilatoire, disloque pour un moment la tension ambiante. Marek trouve une source dans le sous-sol de la maison, qui bientôt est inondé au point de pouvoir y naviguer sur des gondoles improvisées. Car voilà l’occasion de se rendre, finalement, à Venise, recréée à renforts de lampions, de quelques meubles flottants et d’un piano que l’on installe sur une plateforme que l’eau rend quelque peu bancale !

Salvatrice inconstance de l’esprit humain, qui trouve dans le retour à l’émerveillement propre à l’enfance les ressources pour surmonter l’angoisse, oublier ne serait-ce qu’un instant la tragédie qui s’approche… Marek lui, du haut de ses dix ans, s’adonne à la joie que procure le pouvoir de l’imagination. Mais en même temps, le rappel d’une scène d’horreur (celle d’un bombardement dévastateur auquel il a assisté en se rendant en ville), brutale et précise, donnant corps à la menace qui jusqu’alors restait vague, le hante, peuple ses nuits de cauchemars.

Au-delà d’un moment charnière au niveau historique, c’est donc aussi celui du point de bascule entre l’innocence de l’enfance et l’apprentissage de la violence.

C’est bref mais très habile, peut-être trop bref d’ailleurs, car bien qu’ayant trouvé la lecture plaisante, il me reste l’impression de ne pas avoir vraiment eu le temps de m’y installer…

Une idée piochée chez Athalie, qui me permet de participer une seconde fois (mais pas la dernière) au Mois de l’Est et d’ajouter un titre à la colonne "Météo" du Petit Bac 2021 !


Commentaires

  1. Ah dommage que ça soit bref, l'histoire a l'air vraiment particulière, intéressante... À voir donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme il est court, cela ne coûte guère de le lire, et j'ai tout de même passé un bon moment... j'aurais juste aimé qu'il dure plus longtemps !

      Supprimer
  2. Cela donne quand même envie, tu sais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Masi oui, comme l'écris ci-dessus, il faut pas se laisser dissuader par mon (léger) bémol.

      Supprimer
  3. j'avais adoré ce texte très court, certes, mais il m'avait touché par sa tonalité singulière, un moment suspendu, comme tu le dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé moi aussi son ton particulier, cette évocation presque "en passant" de la menace qui plane. Malgré mon reproche sur sa brièveté, je vais fouiner voir si je ne trouve pas d'autres titres de cet auteur..

      Supprimer
  4. Le titre m'a accrochée, ce décalage par ce pouvoir de l'imagination, cette " salvatrice inconstance de l'esprit humain ", mais ton bémol quant à la brièveté, et la profondeur, me font craindre la frustration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'a pas gêné Athalie.. à toi de voir (mais je ne regrette pas ma lecture, malgré mon bémol).

      Supprimer
  5. Un roman qui a l'air intéressant, même s'il est trop court.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il l'est, l'ambiance est bien installée, subtile mais prégnante, et le choix de ce moment "avant la catastrophe" est risqué mais bine traité (cela m'a fait penser à "Badenheim 1939" d'Appelfeld, qui se déroule sur du plus long terme, mais qui capte aussi l'approche de la guerre).

      Supprimer
  6. Je suis contente de tomber sur ce livre ici, car ça fait des années qu'il est sur ma liste! Peut-être ses autres livres sont-ils un peu plus longs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je vais creuser, cette lecture m'a donnée envie de mieux connaître Włodzimierz Odojewski.

      Supprimer
  7. Pour moi, le lien vers le blog d'Athalie ne fonctionne pas?

    RépondreSupprimer
  8. Trop court dis-tu à la fin et pourtant tout ce que tu en avais dit avant me faisait attraper mon crayon pour noter ce titre immédiatement... D'ailleurs, je le note.

    RépondreSupprimer
  9. Un roman où on est à la fois en Pologne et à Venise, comme cela fait envie ! Je note (je note je note je note, mais je ne fournis pas !).

    RépondreSupprimer
  10. je le note pour l'an prochain le sujet m'intéresse+++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je fais, comme toi, mes "courses" d'une édition du mois de l'est à l'autre (sachant que j'acquiers en général plus de titres que je peux en lire...).

      Supprimer
  11. je ne pense pas accrocher mais je vais pouvoir participer au challenge car j'ai lu un roman hongrois ce week-end, par contre il faut que je trouve le temps de rédiger ma chronique !

    RépondreSupprimer
  12. J'aime beaucoup l'idée de ce texte et l'extrait en début de billet. Et ça ne me dérange pas du tout que ce soit un roman si court. Les plus courtes sont les meilleures, haha !

    RépondreSupprimer
  13. Un auteur que je voulais découvrir depuis longtemps ! Merci pour cette jolie chronique :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est probable que je le relise, malgré mon reproche sur la brièveté de ce texte (qui est finalement le signe que j'aurais aimé que la lecture dure plus longtemps...).

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !