"Un été sans dormir" - Bram Dehouck

"Les pales découpaient l'air chaud en tranches. Elles n'avaient jamais tourné aussi vite. Comme devenues folles."

Depuis qu’on y a installé des éoliennes, rien ne va plus à Windhoek.

Obsédé par le bruit lancinant et permanent de leurs pales, Herman Bracke, le boucher de la bourgade, en perd le sommeil. D’insomnie en insomnie, il en perd aussi la tête, oubliant ses commandes, quand il ne s’endort pas carrément dans le célébrissime Pâté Bracke dont il est en pleine confection.

Une aubaine pour Magda, une aigrie persuadée d’avoir raté sa vie aux côtés de Walter, le facteur du village, doux rêveur sans ambition qui ne jure que par sa fidèle bicyclette. Ayant renoncé au bonheur, elle se consacre dorénavant à guetter le malheur des autres. Et elle flaire chez les Bracke l’imminence d’un drame qui la met en joie ! La soudaine étourderie d’Herman, ses regards hébétés, ses incompréhensibles marmonnements… c’est sûr, il s’est mis à boire ! Cela fera les pieds à cette pimbêche de Claire qui pète plus haut que son c… et en met plein la vue avec la garde-robe chic et l’Audi acquises, et ce serait bon qu’elle s’en souvienne, en vendant des saucisses et des biftecks !

Comment cette situation a priori anodine, prêtant davantage à rire qu'à s'inquiéter, va dégénérer dans d'inimaginables proportions ? C'est ce que Bram Dehouck, avec cette farce macabre, va nous expliquer...

On vivait pourtant bien tranquille à Windhoeck, certes à peine un village, avec sa rue autour de laquelle s’agglutinent une centaine de maisons et son bus par heure, mais pourvu du minimum vital : un boucher (du moins pour l’instant), une épicerie, une pharmacie, et même un vétérinaire. Pour Saskia, qui ayant échappé à la férule d’un grand-père maltraitant, vient d’emménager avec son jeune cocker dans l’un des rares logements sociaux que compte la commune, c’est presque le paradis. Il ne lui reste plus qu’à trouver un travail. Pas facile quand on se considère comme une sous-merde… et ce n’est pas le pharmacien qui va la contredire. Il en a vu à la télé, des comme elle, qui n’ont pas le sou et se permettent d’avoir un animal, puis passent leur temps à se plaindre. Il n’a aucun doute sur la manière dont elle boucle ses fins de mois ; il manquait plus que la débauche arrive à Windhoek, et vienne le menacer jusque devant sa porte… 

Ajoutez à ces quidams un vétérinaire agacé par l’ombre que les pales de ces satanées éoliennes font à son coquet jardin méridional et dont la magnifique épouse se livre à d’érotiques passe-temps, un adolescent prêt à tout pour séduire la belle du lycée, une vieille dame dont les maux exigent de complexes préparations pharmaceutiques…

Bram Dehouck est le maître d’un ballet drôle et féroce virant au jeu de massacre, dont la mise en scène repose sur une succession d’événements aux conséquences disproportionnées et incontrôlables et de quiproquos que les travers exacerbés de ses héros contribuent à transformer en tragédies.

Car derrière la farce, les images percutantes et l’enchaînement de situations cocasses qui font "d’Un été sans dormir" un texte réjouissant, émerge le portrait sans concession d’une petite communauté rurale, avec ses méchants et ses naïfs, ses paisibles et ses racistes, toute une palette de gens ordinaires que l’envie, la cruauté ou la malchance font soudain basculer dans le drame dont ils seront acteurs -volontaires ou non- ou victimes…

Une idée piochée chez Anne, et une première participation à l'édition 2021 du Mois Belge, dans la catégorie Noir corbeau.

Et une lecture qui me permet d'ajouter un titre à la catégorie "saison" du Petit Bac d'Enna.

Commentaires

  1. Je n'arrive jamais à regarder les séries belges (dramatiques) et j'ai du mal avec leur humour - un peu trop cru, ou dur pour moi ? J'ignore pourquoi.. Pourtant j'adore la Belgique pour y être allée, et j'y retournerai avec plaisir ! mais là je passe mon tour ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'aime beaucoup, au contraire, l'humour belge, sans doute justement parce qu'il est cru et dur, mais aussi pour ce sens illimité de la (et de l'auto) dérision..

      Supprimer
  2. Aaaah ça c'est un roman inoubliable, je suis contente que tu l'aies apprécié et ton billet m'en a remémoré tous les personnages si truculents. Un sacré jeu de dominos, que rien ne peut arrêter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai passé un excellent moment à cette lecture, avec ce plaisir un peu sadique à voir la situation dégénérer au-delà de tout ce que l'on aurait pu imaginer...

      Supprimer
  3. Une farce macabre? J'aime beaucoup l'idée bien que peu lectrice de ce genre de romans. Je suis plongée actuellement dans Le Diable tout le temps et j'ai ma dose de sanglant et de sombre aussi avec cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je comprends ! j'avais adoré Le diable tout le temps, lecture qui m'avait donné envie de me laver les mains en permanence (tu vois ce que je veux dire !!?). Un été sans dormir est quand même moins plombant, parce qu'on est dans la farce justement, et cela permet une certaine prise de distance.

      Supprimer
  4. Ah ces villages où tout le monde guette tout le monde .. ou tout se sait .. ça a l'air assez déjanté en même temps non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça l'est, et c'est ce qui fait en grande partie le plaisir de la lecture !

      Supprimer
  5. Tiens, pourquoi pas?
    (et depuis une semaine je suis aux boules quies la nuit, pas à cause d'éoliennes, mais de tours dans les vignes derrière chez moi, pour la bonne cause de la récolte viticole, mais imagine un hélicoptère faisant du sur place... )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens oui, j'appris cette semaine que les hélicos étaient parfois utilisés pour lutter contre le gel, dans les vignobles.. j'espère que ça a marché, je crois malheureusement que rares sont ceux qui sont parvenus à sauver leurs récoltes malgré ces dispositifs contraignants et coûteux.

      Supprimer
  6. Pourrait-il me plaire ? C'est possible... C'est à voir...

    RépondreSupprimer
  7. Ah mais oui, je l'avais noté chez Anne l'année dernière ! Du belge noir, pittoresque, burlesque et divertissant, ça me va très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est typiquement le genre de titre qui peut te plaire, en effet !

      Supprimer
  8. Je sens qu'il est pour moi, celui-ci ! J'ai une petite virée en librairie prévue à la fin de la semaine ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ah, je vois que je ne suis pas la seule influençable ! Mais tu as raison, il devrait te plaire !

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !