Nous avons reçu cette semaine une très triste nouvelle, qui m’a à la fois profondément chagrinée et perturbée.

Notre ami Goran, du blog Des livres et des films, nous a quittés.

Nous ne nous sommes jamais rencontrés.

Je ne connaissais pas son âge, j’ignore s’il était blond ou brun, grand ou petit, noir ou blanc, s’il déjeunait le matin de thé ou de café, s’il avait des enfants, un ou une conjointe. Je ne sais pas où il habitait, s’il aimait les animaux, s’il était végétarien, s’il croyait en Dieu, s’il faisait du sport...

Je réalise à l’inverse que lui connaissait l’âge et le sexe de mes enfants, me savait vivant en couple, dans quelle ville, et que j’avais depuis peu déménagé. Il connaissait le nom de mon chat, et ma préférence pour les activités en plein air. Parce que même à distance, et même sans autre lien que ces échanges autour de la littérature que permettaient nos blogs respectifs, c’est quelqu’un que j’ai toujours senti attentif aux autres, à l’écoute sans jamais être indiscret ni intrusif, curieux non seulement de culture mais aussi des individus. Ses chroniques comme ses messages révélaient aussi un homme à l’intelligence percutante, doté d’un humour à fleur de plume.

Derrière la perte de cette « amitié virtuelle » qui laisse un sentiment de peine troublant, entre vide et frustration, il y a la disparition d’un homme de chair et d’os, qui j’en suis persuadée était quelqu’un de bien et qui -parce que se connaître et s’apprécier, c’est aussi se rejoindre sur une passion commune, et penser à un autre que l’on n’a pourtant jamais vu-, va beaucoup nous manquer.

Il m’avait indiqué avoir programmé ses billets jusqu’en juin, aussi, nous garderons pendant quelque temps l’illusion de sa présence, mais ne vous étonnez pas de son absence de réponse à vos éventuels commentaires.

Et comme je sais, en revanche, qu'il aimait la littérature classique japonaise et l'art de la dérision, je termine avec ces mots de la poétesse Chiyoni (XVIIIème siècle) :

J’ai vu la lune aussi 
et maintenant, monde,
mes salutations respectueuses …

Adieu l’ami, et merci.

Commentaires

  1. Je suis peinée comme toi car j'ai suivi son blog pas toujours en continu mais très régulièrement, c'est pour moi le quatrième blogueur qui quitte le web de façon impromptue et triste et je m'associe à ton billet pour dire ma compassion pour son entourage et mes remerciements pour sa participation à tous nos échanges

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si les liens entre blogueurs ne sont souvent que distanciels (un terme dans l'air du temps...), il se crée des affinités et une forme d'attachement..

      Supprimer
  2. Triste nouvelle effectivement... J'aimais le suivre de temps en temps sur son blog, à certains moments plus que d'autres, question de temps aussi où je me suis peu à peu effacé des blogs. Oui, je ne connaissais pas grand chose de lui, si ce n'est sa passion pour la littérature, et plus particulièrement, celle de l'Europe de l'Est, un coin où je n'allais pratiquement jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aimait aussi beaucoup la littérature japonaise, entre autres, c'était quelqu'un de sainement curieux, toujours partant pour tenter de nouvelles expériences (je pense notamment à la LC de Russo, qu'il a détesté, pour notre grand bonheur car son billet nous a bien fait rire...), qui n'a pas hésité par exemple une seconde à m'accompagner pour le mois latino lorsque je le lui ai proposé...

      Supprimer
  3. Une triste nouvelle qui me touche. J’ai apprécié son blog et ses commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il va nous manquer, il faisait partie de ces voix singulières et bien reconnaissables qui enrichissent la blogosphère...

      Supprimer
  4. C'est une nouvelle très triste. Merci à toi pour ce bel hommage que Goran mérite. Je ne fréquentais pas son blog mais je fréquente des blogs de blogueuses (dont toi) qui étaient liées à lui et je pense aussi à vous toutes aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  5. C'est très triste. Je vois que tu le connaissais un peu ou plutôt qu'il te connaissait. C'est vraiment une nouvelle brutale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous échangions de temps en temps par mail, à l'occasion d'activités littéraires, et c'était aussi l'occasion de prendre des nouvelles, notamment depuis le confinement. Mais c'était quelqu'un (du moins c'est l'impression qu'il m'a donné) d'assez secret, qui en disait peu sur sa vie, alors que j'ai tendance à être plutôt bavarde. Il m'a toujours prêté une oreille bienveillante...

      Supprimer
  6. Quelle triste nouvelle, et quelle perte pour nous et nos échanges autour de ses choix et de son style, tous deux inimitables. Il va me falloir un peu de temps pour m'accoutumer à l'idée de sa disparition. Merci beaucoup de nous avoir transmis l'information.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as raison de souligner la singularité de sa voix, qui se démarquait dans la blogosphère.

      Supprimer
  7. C'est effectivement une bien triste nouvelle et tu lui rends un bel hommage. Merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De pouvoir continuer à lire ses billets pendant quelque temps va être à la fois perturbant et comme un clin d'œil à sa mémoire..

      Supprimer
  8. Quelle tristesse même si je ne le suivais pas mais il déposait de temps à autre un commentaire sur mon blog😞

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bien mauvaise nouvelle, oui. Je pense aussi à ses proches, ce doit être très difficile.

      Supprimer
  9. Mais quelle triste nouvelle ... ça me fait beaucoup de peine ...:(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une disparition brutale et une triste nouvelle.

      Supprimer
  10. Très bel hommage ! Je ne l'ai connu qu'à travers votre binôme dans le mois latino ou la LC Russo mais je peux concevoir ton choc. Notre communauté n'est pas si grande et les liens qui se tissent sont plus forts qu'on ne l'imagine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était aussi très actif sur le Mois de l'Europe de l'est, qu'il co-animait depuis des années avec Patrice et Eva. C'est étrange mais oui, malgré l'absence de rencontre physique, sa disparition suscite un vide, et beaucoup de peine.

      Supprimer
  11. C'est un blog que je ne suivais pas, mais je voyais souvent ses commentaires sur ton blog et quelques autres. C'est triste. Ça m'est arrivé plusieurs fois et c'est là que je me suis rendue compte que les liens virtuels étaient également importants et qu'une personne que l'on a jamais vue laisse quand même un vide réel. Je pense à eux régulièrement à l'occasion d'une balade ou d'une lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et il y a ces blogueuses/blogueurs disparus du jour au lendemain sans laisser de trace, alors qu'ils avaient tout un tas de projets en cours, et dont on n'a jamais su ce qu'ils étaient devenus..

      Supprimer
  12. Oh non! connais son blog depuis finalement un certain temps, j'apprécie le ton, et les quelques billets qui vont venir laisseront un goût amer. Chapeau l'artiste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimais aussi beaucoup son ton parfois irrévérencieux, ses coups de griffe toujours drôles...

      Supprimer
  13. Je suis tellement triste de lire ça... Goran, le co-organisateur du Mois de l'Europe de l'Est et aussi ton binôme pour l'Amérique Latine, dont les billets étaient remplis d'humour... Le dernier billet que j'ai commenté chez lui concernait un film dont le héros s'appelait aussi Goran, ce qui m'a appris que c'était vraiment son prénom.
    Je pense à lui et à ses proches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il était actif sur la blogosphère, et toujours partant pour participer à de nouvelles aventures.

      Supprimer
  14. Je me souviens de sa participation au mois latino et de son commentaire de remerciement .j’ai croisé ses commentaires aussi par ailleurs.
    Quelle tristesse! Je m’en veux de n’avoir jamais rien lu sur son blog et la meilleure façon de lui rendre hommage sera de m’y rendre.
    Journée au goût amer. Condoléances à sa famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi t'en vouloir ? On ne peut pas fréquenter tous le blogs, et puis le sien est toujours en ligne, tu peux faire une séance de rattrapage ! J'espère que tu y trouveras ton bonheur, c'est une vraie mine d'or, Goran était un lecteur à la fois exigeant et éclectique.

      Supprimer
  15. ooooh ! Je n'ai découvert son blog que récemment, je pense que c'est lui qui est venu commenter en premier chez moi.... je suis triste d'apprendre ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes tous peinés, comme indiqué ci-dessus, des liens parfois assez forts se créent, même à distance...

      Supprimer
  16. C'est une bien triste nouvelle. Merci à toi pour ce bel hommage que tu lui rends. Toute ma compassion va à sa famille et ceux qui l'ont connu de près comme de loin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton message, nous pensons en effet beaucoup à ses proches...

      Supprimer
  17. Je découvre ton message. Sans voix. Et je rédige ce commentaire toute tremblante. Nous avions repris une correspondance et c'était quelqu'un que j'avais appris à connaître avec curiosité et plaisir. J'adorais sa prévenance et son humour et nous devions échanger deux livres dont un qui est posé là juste à côté de moi et que je m'apprêtais à lui poster. Je suis sous le choc. Cela me rend vraiment très triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prévenant et drôle, oui, cela lui correspond tout à fait. Et je suis désolée que tu aies appris la nouvelle de cette manière.

      Supprimer
  18. Je suivais son blog et appréciais ses billets. C'est effectivement troublant comme sentiment : un "deuil" virtuel ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez perturbant, l'imagination mouline, je pense beaucoup à lui, sans pouvoir mettre d'image sur sa personne...

      Supprimer
  19. Je ne suivais pas particulièrement son blog mais je sais qu'il était assez actif, notamment avec votre mois de l'Amérique latine. Triste nouvelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était surtout l'un des organisateurs du mois de l'Europe de l'Est, qu'il animait en mars depuis plusieurs années avec Eva et Patrice.
      Le mois latino, c'était une première. C'est lui qui m'avait plus ou moins suggéré de me lancer, et il a gentiment accepté de m'accompagner lorsque je me suis finalement décidée (et il est à l'origine du logo de l'activité, il était très fortiche pour en créer !)..

      Supprimer
  20. Quelle tristesse, c'est terrible. Je viens de lire la nouvelle, avec beaucoup de peine. Un vide que laisse Goran, une véritable personnalité pourtant discrète, des choix et un ton qui nous manqueront beaucoup. Merci à toi pour ce billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une grande perte, oui, il apportait vraiment un ton singulier, et les échanges avec lui étaient toujours enrichissants et agréables.

      Supprimer
  21. Je ne savais pas. Je suivais son blog irrégulièrement et je suis vraiment triste de cette nouvelle que j'apprends en passant ici. Je comprends ce que vous dites sur ce "deuil virtuel"... Je reste un peu sans voix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile en effet d'exprimer ce vide que laisse une personne que l'on a l'impression d'avoir connue sans l'avoir jamais vue..

      Supprimer
  22. Tu expliques très bien ce que je ressens, le sentiment d'absence que peut laisser la disparition de quelqu'un qu'on ne connait pas mais avec qui l'on a eu ces échanges virtuels et pourtant si riches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet une forme de "connaissance" aussi, au même titre que pourrait l'être une relation épistolaire... et puis nous sommes tous liés par cette passion commune de la lecture et de l'échange autour de ce que nous lisons, ce n'est pas rien.

      Supprimer
  23. J'imagine ta peine, ça me bouleverse également. Je n'aurai donc jamais de réponse à mon commentaire sur Saramago... Quel choc ! Bon courage à toi !

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour
    J'avais dû passer quelques rares fois sur le blog de Goran, je ne suis pas certain d'y avoir laissé un commentaire...
    Mine de rien, notre "toile" virtuelle crée donc des liens qui se terminent "IRL" puisqu'on arrive à avoir connaissance de ce genre de triste nouvelle.
    Chez dasola, nous n'avons pu avoir d'informations que sur deux blogueurs qui ne sont plus (Alex-6 et Claude Le Nocher). Peut-être qu'un certain nombre de celles et ceux dont les blogs sont "en pause" depuis des années ou ont été supprimés sont-ils aussi malheureusement décédés, nous ne le saurons sans doute jamais.
    Les écrits restent...
    (s) ta d loi du cine, squatter" chez dasola

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais appris pour Claude Le Nocher, oui, et comme toi, j'ai assisté à quelques "disparitions" suspectes. Je me souviens notamment de Pickwick, qui du jour au lendemain n'a plus donné de nouvelles, alors qu'elle avait plein de projets en cours. Pendant des mois, les visiteurs de son blog ont laissé des commentaires en la suppliant au moins de faire un signe...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !