"Courir au clair de lune avec un chien volé" - Callan Wink

"Certains diraient qu'être perdu est héréditaire, tout comme le fait d'avoir les yeux bleus, d'être alcoolique ou d'avoir tendance à voir le verre à moitié vide."

Pas facile de rendre compte de la lecture d’un recueil de nouvelles. D’exprimer la cohérence (ou son absence) de l’ensemble, d’en extraire le suc qui lie les textes, qu’il relève du ton, des thématiques abordées, ou du profil des personnages. 

Quelques jours à peine après avoir terminé le recueil de Callan Wink, me voilà bien embêtée. A part de dire que les nouvelles ont pour point commun un lieu -le Montana, quel scoop !-, je ne vois pas trop par quel fil l’aborder…

Et pourtant j’ai vraiment aimé cette lecture. Surtout celle de la dernière nouvelle qui m’a tellement touchée qu’elle a peut-être éclipsé un peu les autres, dont elle diffère d’ailleurs par plusieurs points. D’abord par son personnage principal, qui est féminin, quand les textes précédents mettent en scène des hommes. Par sa temporalité ensuite. Contrairement aux autres nouvelles qui se déroulent sur un laps de temps relativement court, l’auteur y déroule toute l’existence adulte de son héroïne, femme discrète dont il évoque le parcours, fait d’épreuves, d’occasions manquées ou de moments de bonheur, en faisant se succéder des étapes importantes de sa vie jusqu’au moment où septuagénaire, elle semble enfin avoir accédé à une sorte de paix avec elle-même. J’ai été profondément touchée par ce personnage humble, dont on a l’impression qu’elle laisse filer sa vie sans avoir de prises sur les directions qu’elle prend, pour réaliser que finalement, ce qui de prime abord ressemblait à une absence de décision se révèle être un choix, celui d’une solitude assumée, qui ne génère ni regret ni amertume.

Sinon ? Le Montana, donc… qui laisse, oui, apercevoir ses grands espaces parsemés de ranchs ou de fermes décrépites, qui nous offre l’occasion de quelques parties de pêche à la mouche, ou d’incursions en Réserve Crow..

Mais en survolant mes notes, ce n’est pas du tout ce que je réalise avoir gardé de ma lecture. Ce dont je suis restée imprégnée, c’est de tous ces héros sur lesquels Callan Wink pose un regard curieux mais sans jugement, avec une bienveillante attention qui lui permet de capter à l’occasion d’un instant de vie, qu’il soit décisif, fondateur ou a priori anodin, leurs détresses, leurs défaillances ou leurs victoires.

Il s’attarde notamment sur les liens, conjugaux ou familiaux, qui par leur force ou leur absence, consolident ou affaiblissent, permettent aussi parfois de se définir, allant dans certains cas jusqu’à déterminer des choix de vie. Rapports distendus entre père et fils, complicité exclusive entre un grand-père et un petit-fils, attachement indéfectible d’un jeune garçon pour une mère qui déraille, liaison adultère de deux amants qui se retrouvent chaque année à l’occasion de la reconstitution de la bataille de Little Horn…, sont évoqués avec simplicité mais profondeur, au fil de moments dramatiques ou d’épisodes cocasses. On retiendra parmi ces derniers le texte qui ouvre le recueil, décrivant la course nocturne par laquelle le jeune homme du titre tente, dans le plus simple appareil, d’échapper aux patibulaires individus qui aimeraient bien récupérer le chien qu’il leur a volé, et qui se faisant, ne fait que penser à celle dont il est depuis peu séparé, et devant laquelle il aimerait tant se remettre à genoux.

C’est toutefois un sentiment de mélancolie qui prédomine à la lecture de l’ensemble. Il y est souvent question de perte, de solitude, et de ces coups du sort qui vous abattent, parfois définitivement. Un recueil empreint d’humanité et de tristesse, en somme, parfois traversé de lueurs surgissant de recoins inattendus.


Une lecture en commun avec Miss Sunalee, Une ComèteKrol, Kathel, et une nouvelle participation au Mois de la Nouvelle, organisé par Marie-Claude et Electra.


Je complète par ailleurs une nouvelle colonne (catégorie "animal") du Petit Bac d'Enna.


Commentaires

  1. Comme tu es le troisième billet que je lis sur ce recueil de nouvelles, je me fais déjà une idée ! Il pourrait me plaire, en tout cas c'est un auteur qui a l'air de valoir le coup d'être testé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, et je pense qu'il pourrait te plaire, il a une plume sobre mais sensible, et une capacité à capter des tranches de vie qu'il sait rendre révélatrices du lien entre ses personnages, d'un contexte plus vaste que celui qui tient de cadre à son texte.

      Supprimer
  2. Je me suis intégrée (incrustée ?) à votre lecture commune, et j'ai trouvé ce recueil de nouvelles tout à fait à mon goût !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que tu nous rejoignes, c'est une excellente surprise, et puisque qu'en plus tu as, toi aussi, aimé... c'est gagnant sur tous les tableaux !

      Supprimer
  3. Tu le sais, moi aussi j'ai galéré pour écrire ma chronique et je ne suis pas vraiment satisfaite de ce que j'ai fait d'ailleurs. Mais bon, je suis ravie d'avoir pu partager cette lecture avec toutes ces blogueuses. Merci Ingannmic.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je ne suis pas satisfaite de mon billet, mais ce n'est pas grave, je crois qu'on donne quand même envie, non ? (enfin j'espère !).
      Il me tarde de découvrir ton avis sur le Lespoux (pour lequel je me sentie bien plus inspirée, je ne sais pas trop pourquoi..), maintenant.

      Supprimer
    2. OUI, vous savez donner envie! Ils sont parfaits, vos billets.

      Supprimer
  4. Comme toi, j'ai beaucoup aimé cette dernière nouvelle, lumineuse. (Et ce n'est pas simple d'écrire sur des recueils de nouvelles, mais tu t'en sors très bien - la mienne est restée fort courte du coup !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, lumineuse, c'est le terme juste pour décrire cette histoire de femme simple et tellement attachante. Et ce n'est pas plus mal de faire court, il ne faut pas trop en dévoiler pour laisser le plaisir de la découverte aux futurs lecteurs !

      Supprimer
  5. ravie de vous voir toutes aussi enthousiastes ! j'avais rencontré Callan à Nantes (la rencontre est sur mon blog) - et depuis j'ai lu son roman August que j'ai adoré (chronique sur le blog) j'ai adoré les mêmes nouvelles et en particulier la dernière également :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller lire le compte-rendu de cette rencontre, alors, ça m'intéresse. Et "August" est déjà noté, il n'y a plus qu'à attendre sa sortie en VF.

      Supprimer
  6. Vive la nouvelle américaine! Sensible forte intelligente ...c’est un art qu’ils maîtrisent, les anglo-saxons et ils osent tout ...même courir nu avec un chien volé !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce premier texte est savoureux, et à la fois triste... merci de ta participation à cette lecture commune, je suis ravie que tu en retires du positif malgré tes bémols.

      Supprimer
  7. J’ignore si mon billet est passé ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai activé la modération des commentaires, pour éviter de vous obliger à valider des images de feux rouges et de passages piétons.. du coup, je dois les valider pour qu'ils apparaissent sur le blog, mais rassure-toi, je reçois bien tes commentaires.

      Supprimer
  8. Je me souviens, j'avais lu une nouvelle ou deux (quel titre, quand même!) sans aller au bout...

    RépondreSupprimer
  9. La manière dont tu parles du recueil m à donne envie d'en savoir plus

    RépondreSupprimer
  10. Je lis peu de nouvelles mais le challenge m'invite à renouveler plus souvent ce genre de lectures.
    J'avoue qu'il est plus difficile de chroniquer ce genre de livre... Et ici tu t'en sors très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en lis moi-même qu'en mai, et je fais alors le plein ! Mais oui, pas évident de rédiger les billets conséquents.

      Supprimer
  11. Je suis ravie d'être à nouveau imprégner par l'aura de ces nouvelles, que j'avais adorées.
    Tu as raison, c'est très difficile de rendre compte de la lecture d’un recueil de nouvelles. Souvent insatisfaisant. Pourtant, tu as réussi avec brio à m'enthousiasmer. Si je ne l'avais déjà lu, je l'aurais commandé de ce pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chouette lecture, oui, et j'ai dans la même veine lu un recueil de David James Poissant (que j'ai peut-être même préféré).

      Supprimer
  12. Je suis très curieuse de découvrir cet auteur! Je commencerai par contre par son roman, August, découvert chez Electra.
    PS. Ton billet est très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me tarde de découvrir son roman, maintenant !
      PS Merci !

      Supprimer
  13. Vous avez toutes bien donné envie de découvrir ces nouvelles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles valent en effet le détour, Callan Wink a une belle plume.

      Supprimer
  14. Ah je suis dans l'équipe de Keisha. J'avais reçu ce recueil, je l'ai commencé à le lire, mais je n'y voyais rien de très original. Je crois que je suis agacée par notre propension à être fascinés par les mecs paumés du Montana (critique de parfaite mauvaise foi, il y a plein de très bons livres), mais je ne vois pas bien ce que je pourrais dire de ce recueil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tous cas ton commentaire m'a fait rire ! Moi non plus je ne savais pas trop quoi dire, mais j'ai apprécié...

      Supprimer
  15. trois avis en 2 ou 3 jours!!! cela commence vraiment à titiller ma curiosité :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A noter pour la prochaine édition de mai en nouvelles !

      Supprimer
  16. Quand j’avais écrit mon billet, très court car je ne savais trop quoi dire, j’avais néanmoins noté :
    « L’intérêt du bouquin réside dans son écriture et plus précisément, l’état dans lequel elle plonge le lecteur. (…)Un premier ouvrage très intéressant qui peut laisser espérer mieux encore dans le futur. »

    http://lebouquineur.hautetfort.com/archive/2017/09/18/callan-wink-courir-au-clair-de-lune-avec-un-chien-vole-5980849.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidemment, c'est un recueil a priori peu inspirant, malgré ses qualités ! Tu vas pouvoir vérifier ton pressentiment grâce à la sortie de son roman "August".

      Supprimer
  17. Je l'avais lu à sa sortie... Cela fait donc quelques années maintenant, mais si je suis incapable de ressortir une histoire, je sais, je me souviens, que ce recueil m'avait émerveillé. Une belle plongée dans la nature, dans le Montana, sous un clair de lune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton très beau billet en effet... comme toi j'ai aimé mais pas pour les mêmes raisons que toi, l'environnement, contrairement aux personnages, m'a laissé assez froide à vrai dire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !