"Le prieuré de Crest" - Sandrine Destombes

Remous drômois.

Jamais le sous-lieutenant Benoît n’aurait imaginé qu’un simple contrôle routier l’embarquerait dans une enquête digne d’une série télé…

Tout commence sur la D538, près de la petite cité drômoise de Crest, connue pour sa tour de guet et ses bords de rivière. Alors qu’elle est interceptée suite à un excès de vitesse par la gendarmerie, une femme commet un délit de fuite qui se termine en accident mortel pour la conductrice. Sa passagère Léa, une fillette de neuf ans et qui a étrangement insisté pendant le contrôle sur le fait qu’elle n’était pas sa mère, tombe quant à elle dans le coma.

L’incident est suivi de la découverte du cadavre d’un homme recherché pour le meurtre de sa femme, de sa belle-mère et de son chien, puis de l’enlèvement de Léa par un trio de femmes dont l’une se fait sauter à la bombe dans l’enceinte de l’hôpital.

Tout cela sur un rayon de 30 kilomètres et en l’espace de vingt-quatre heures, du jamais vu pour les gendarmes de Crest, qui voient bientôt arriver en renfort l’équipe d’experts du Capitaine Daloz, qui en plus de ce dernier se compose d’un spécialiste en psychologie et d’une chevronnée du numérique.

Fasciné par les méthodes de travail et les compétences de cette équipe restreinte mais très efficace, le sous-lieutenant Benoit fait preuve d’un enthousiasme et d’une admiration presque enfantins, ravi de pouvoir participer aux investigations et de trouver là l’occasion de peut-être réaliser son rêve : rejoindre le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale.

 J’ai lu "Le prieuré de Crest" dans l’optique d’un moment de détente, en quête d’une histoire captivante mais ne sollicitant pas trop mes neurones, et il a parfaitement rempli son office !

Le suspense y est distillé de manière progressive, alimenté de rebondissements et de découvertes qui ne font qu’épaissir le mystère, notamment autour de ce prieuré -un centre d’hébergement pour femmes en difficulté- dont la charismatique directrice semble cacher bien des choses.

Mais ce n’est pas tant la résolution de l’énigme qui fait l’intérêt du roman, que la manière d’y parvenir. Sandrine Destombes déroule son enquête à la manière d’un journal de bord, jour après jour, et en évoque toutes les perspectives : recherches matérielles, analyses psychologiques, interrogatoires, travail médico-légal, interactions avec les instances judiciaires… ce n’est pour autant jamais confus ni superficiel, et cela crée une impression permanente d’immersion aux côtés de ses héros par ailleurs fort sympathiques.

Efficace et prenant.

Commentaires

  1. Elle démarre fort cette histoire. Il y a tout ce qu'il faut pour passer un bon moment. Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, tous les ingrédients dont réunis pour en faire une lecture ludique, sans que cela ne tombe dans le simplisme..

      Supprimer
  2. Cela m'a l'air pas mal, si on prend le lecteur comme quelqu'un d'intelligent et qu'on ne lui assène pas de faux suspenses?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas du tout, tout est structuré et finit par trouver son explication...

      Supprimer
  3. Je suis exactement dans le même état d'esprit de lecture, sans trop de neurones .... Mais le polar que j'ai choisi a moins bien rempli son office ! Tant pis pour moi, je retiens ta suggestion pour une prochaine envie d'immersion efficace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne marche pas à tout les coups en effet, c'est le risque quand on s'aventure vers des romans que l'on pense "faciles" et distrayants malheureusement.

      Supprimer
  4. J'aime bien quand il y a une dimension sociale ou historique au polar...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'histoire ici, plutôt une dimension "idéologique" si je puis dire, mais je m'arrête là, je ne voudrais pas trop déflorer l'intrigue !

      Supprimer
  5. Sympa aussi si tu pars en vacances dans la Drôme (j'aime bien trouver des bouquins qui se déroulent plus ou moins sur mon lieu de vacances).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon conjoint qui l'a justement acheté lors de nos dernières vacances d'été, près de Crest ! On aime bien aussi "lire local"...

      Supprimer
  6. Je laisse ce roman aux amateurs du genre. Mais peut-être faudrait-il que je me mette aux polars...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est en effet pas forcément le titre que je conseillerais pour initier au polar... mais tout dépend de ce que tu recherches.

      Supprimer
  7. "une enquête digne d’une série télé".... heu.... hum! hum! Pas très tentant... non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'admets que cette introduction peut rebuter, bien qu'elle n'ait pas vocation à être péjorative, et bien que je ne regarde pas moi-même de série TV... je voulais juste dire que les événements bousculent la tranquillité de ce petit coin de France, qui se retrouve soudain sous les projecteurs..

      Supprimer
    2. Ouf ! c'est déjà mieux.... pour moi !

      Supprimer
    3. Ceci dit, je ne sais pas s'il te plairait.. j'ai bien aimé la dimension "près du terrain", très concrète, et le regard un peu naïf que porte le jeune sous-lieutenant sur tout ça..

      Supprimer
  8. Je lis peu de polars et je ne compte pas passer mes vacances près de Crest donc je vais laisser passer cette lecture.
    PS
    J’ai plusieurs fois essayer de m’abonner à ton blog sans y parvenir, du coup je ne mets des commentaires sur ton blog que lorsque tu viens sur Luocine car je retrouve ainsi ton adresse. Désolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et s'il permet de passer un très bon moment, ce n'est pas non plus un titre indispensable, donc tu fais bien !
      Concernant l'abonnement au blog, une amie m'a fait le même signalement, et j'ai un message sur blogger qui m'indique (si je comprends bien, parce que leurs communications ne sont jamais très claires pour les néophytes du digital comme moi...) que la fonctionnalité d'abonnement par mail disparaîtra en juillet, cela a sans doute un lien ? J'en parlerai à Keisha, elle est aussi sur blogger et maîtrise peut-être mieux que moi...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !