Autour du handicap

"Médaillons"- Zofia Nałkowska

"Médaillons" parait en 1946, au moment de la découverte du génocide perpétré par les nazis. Zofia Nałkowska travaille alors au sein de la Commission d’enquête sur les crimes allemands en Pologne. Dans le cadre de cette mission, elle assiste à l’interrogatoire de témoins, aux procès de victimes, et est parfois amenée à enquêter in situ. 

L’ouvrage est la compilation de huit textes, huit expériences représentant une des facettes de la réalité quasi inconcevable qui est révélée, celle de l’énormité et de la brièveté des opérations de mise à mort dont la Pologne fut le théâtre.

Les chapitres se succèdent sans transition, livrant la parole des victimes : déportés, partisans, habitants de ghetto. Beaucoup ont perdu des proches, ou gardé, au-delà du traumatisme, des séquelles physiques. Une femme est devenue borgne à cause d’une balle perdue, une autre a sacrifié ses dents pour pouvoir manger. Leurs témoignages évoquent la faim, le froid, les pendaisons, les fusillades, et la volonté de survivre, pour raconter, pour que le monde sache.

Ils nous emmènent dans des lieux macabres, camps rigoureusement organisés pour l’extermination de masse selon un processus réfléchi ou enclaves confidentielles cachées parmi les bois et les collines, où la barbarie se pratiquait à l’aide de dispositifs simples et économiques mais aussi de méthodes plus personnelles, dignes d’amateurs, correspondant aux prédilections personnelles des auteurs des crimes. On retiendra entre autres cet institut universitaire qui a abrité une usine secrète de savon fabriqué à partir de graisse humaine, ou ce château dans la cour duquel stationnaient des camions à gaz.

Mais on y entend aussi les témoins de l’événement, ceux qui de l’autre côté du mur du ghetto de Varsovie, ont entendu les déflagrations, les cris et les pleurs, ont vu les maisons brûler ; ceux qui n’ont pas osé secourir cette femme qui, après avoir sauté d’un convoi en marche, a été condamnée par ses blessures à attendre, le long de la voie ferrée, que la mort ou les allemands surviennent.

Souvent, la parole de ces "spectateurs", qui n’ont pas aidé par crainte des représailles et ont par leur passivité et leur silence participé à l’assentiment tacite et collectif, exprime un antisémitisme ordinaire et décomplexé, auquel se mêle un vague malaise face à l’horreur et à l’ampleur de ce qui est révélé. Ils expliquent avoir supporté l'idée de cette terrible réalité car elle ne leur parvenait que par fragments, et non complètement ou en une seule fois, et que sa dimension inconcevable même permettait de la tenir à distance.

Ce qui fait de "Médaillons" un ouvrage remarquable, c’est le moment où il a été écrit. Les témoignages recueillis par la commission le sont quasiment "à chaud", sans le recul et l’analyse que permettront les années et la connaissance croissante de la barbarie nazie. Le lecteur d’aujourd’hui s’étonnera ainsi parfois de certaines "vérités" caricaturales ou tronquées, notamment celle qui dresse le portrait type de bourreaux nazis recrutés parmi lie de la société (délinquants, meurtriers, voleurs). Mais il trouvera surtout très intéressante la spontanéité que ce moment confère aux récits, que Zofia Nałkowska rend parfaitement par une écriture sèche et par le fait que ses textes nous sont livrés de manière brute, sans aucune précision quant à leur contexte ou à leur genèse. 

Elle oscille toutefois, par moments, entre document et fiction, faisant de son recueil une œuvre hybride, principalement constituée de la transcription fidèle des propos des témoins, mais aussi de courts essais ou de faits à partir desquels l’auteure extrapole en inventant des dialogues, en imaginant pensées et réflexions.

A lire.

Et c'est ma première participation à l'édition 2022 du Mois de l'Europe de l'Est, organisé par Eva & Patrice.


Petit Bac 2022, catégorie OBJET

Commentaires

  1. Quelle découverte ! Je n'avais jamais entendu parler de ce livre qui m'a l'air tout à fait passionnant, même si les détails que tu donnes font froid dans le dos. Je trouve aussi très intéressante l'analyse que tu donnes quant aux "spectateurs". Je le note. Un grand merci pour cette très belle participation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et devine où j'ai pioché cette idée ?! Chez Passage à l'est! bien sûr.. qui devrait le lire bientôt, si elle arrive à le recevoir...
      Un recueil vraiment très intéressant, bien que parfois déstabilisant car l'absence de contexte ou d'explications peut rendre certains textes d'emblée confus. La post -ou la pré?, je ne sais plus...-face explique, elle, très bien le contexte, et apporte un éclairage bienvenu et d'autant plus instructif sur la genèse de l'ouvrage et sur ce qui fait sa singularité.

      Supprimer
  2. Je ne connais pas du tout ce livre moi non plus. Très dur certainement, mais des témoignages précieux et indispensables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui les rend singuliers, c'est que l'auteure nous les livre de manière parfois très brute. Cela donne l'impression d'entendre ces témoin s'exprimer là, devant nous..

      Supprimer
  3. Je sens qu'on va découvrir des livres, ce mois ci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'espère bien ! J'ai deux autres titres en réserve (je n'ai plus qu'à rédiger les billets) dans la catégorie non-fiction également très intéressants, sur des thématiques différentes..

      Supprimer
  4. Ce que tu dis des spectateurs, de leur vision partielle et partiale , me rappelle certains passage de Shoah de Lanzman, film que tu connais sûrement. Passivité, silence, incompréhension .... Il est si facile d'être pris dans l'immédiatement de l'histoire ! Je ne sais pas si je lirais Médaillons, même le côté hybride me tente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nooon, je n'ai pas vu Shoah, immense lacune à combler... quant à ces "Médaillons", leur intérêt n'est pas littéraire, comme tu l'auras compris, mais c'est à lire, oui..

      Supprimer
  5. Ouah ouh ! Quelle belle découverte ! Rien que pour ça, les challenges ont un bel intérêt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'une part ils nous poussent à lire des titres auxquels nous n'aurions même pas pensé, et d'autre part permettent de les faire découvrir aux autres lecteurs..

      Supprimer
  6. J'y viens, lentement, mais sûrement, et à nouveau désolée de t'avoir fait faux bond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, je suis moi-même désolée de n'avoir pas pu t'attendre... et tu n'es pas responsable des délais postaux !! Je suis en tous cas très impatiente de lire ton avis.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !