"Océan mer" - Alessandro Baricco

Quand un chat de biblio rencontre un autre chat de biblio (avec Zaph).

-Tiens, salut Zaph. J'étais justement en train de penser à toi : je viens de terminer un roman d'Alessandro Baricco, "Océan mer", et je me faisais la réflexion que c'est un livre qui te plairait sûrement.

- Bonjour Ingannmic. Non mais attends ! C'est dingue, ça ! Moi aussi je viens de terminer ce roman, et tu ne devineras jamais : je me disais justement que je devrais te le prêter ! Alors, tu as aimé, je suppose ?

-Beaucoup, c'est même un coup de cœur ! J'avais lu, il y a assez longtemps, "Châteaux de la colère", du même auteur, que j'avais aimé aussi, mais j'avais oublié à quel point Baricco a une écriture enchanteresse, à la fois drôle et poétique.

-Oui, poétique, drôle et légère, un vrai plaisir. Et dis-moi, qu'as-tu pensé de l'histoire ? J'aurais beaucoup de difficulté à la résumer, elle part un peu dans tous les sens. Ou plutôt, il y a plusieurs histoires qui se rejoignent. Et elles se rejoignent précisément en cet endroit curieux au bord de la mer : la pension Almayer.

-Je l'ai d'ailleurs trouvé très chouette, cette pension, pas toi ? D'abord, par sa situation, "posée sur la corniche ultime du monde", ainsi qu'elle est décrite sur la 4ème de couverture, et puis, par les rencontres qui s'y déroulent, surtout. On a l'impression que les plus grands éclopés de la vie s'y retrouvent, chacun étant susceptible de guérir les maux de l'un des autres pensionnaires, ou d'être l'écho de ses aspirations. C'est une très belle idée.

-Oui, la pension est intéressante, ça c'est sûr, bien qu'elle ne soit pas vraiment décrite, maintenant que j'y repense. Elle a surtout fonction de réunir tous ces personnages. Et qui plus est, de les réunir près de la mer ; c'est surtout ça qui m'intrigue. Le roman s'appelle quand même "Océan mer", et s'il y a bien une histoire de naufrage, je crois que la mer est surtout un genre de symbole de quelque chose. Ce pourrait être l'amour (ou pour certains, son contraire, la haine), car il me semble que si tous les personnages ont en effet à guérir de quelque chose, c'est chaque fois une "maladie" en rapport avec l'amour. Enfin, c'est ce qu'il me semble ; qu'en penses-tu ?

-J'ai plutôt eu l'impression, en ce qui me concerne, que tous ces pensionnaires avait en commun un manque, mais pas forcément d'amour, et que le destin les avait réunis là pour les aider à le combler, ou à vivre avec. Et effectivement, le rôle de la mer est primordial, à la fois comme un personnage à part entière, et comme un catalyseur qui révèle le pire ou le meilleur des hommes, qui les apaise ou les rend fous. Par son immensité et son invincibilité, elle les met face à des questions aussi bien intimes qu'existentielles. Ce qui m'a plu, aussi, et qui me conforte dans cette impression, c'est que le récit semble hors du temps et de l'espace. Certes, Baricco cite parfois des lieux concrets (le Sénégal, la France), mais il parle aussi d'un royaume qui semble imaginaire. De même, certains passages évoquent une atmosphère presque moyenâgeuse, quand d'autres semblent vraiment contemporains.

-Ah oui, c'est très juste, ça. D'ailleurs, au début de ma lecture, il m'a semblé que les personnages appartenaient à des époques différentes. Il y a comme une atmosphère de contes, dans ce livre. Les personnages vivent des choses étranges (et sont plus étranges les uns que les autres), mais ne s'en étonnent à aucun moment. En même temps, ils semblent malgré tout assez réels, je veux dire qu'on peut s'identifier à eux, enfin, je trouve.

-C'est d'ailleurs pour moi l'une des plus grandes qualités de ce livre : A.Baricco parvient à nous emmener très loin dans l'imaginaire et la fantaisie, tout en parvenant à conserver à son récit une certaine authenticité, voire une certaine crédibilité. J'ai du mal à l'exprimer ! En tout cas, c'est un roman que je conseillerai sans modération...

- Eh bien moi aussi je le conseille. D'ailleurs, je voulais justement te le conseiller ! Au fait, que dirais-tu de résumer notre petite discussion sur le blog des Chats ?

- Très bonne idée, cela m'évitera de rédiger une critique !

Commentaires

  1. Mon préféré. Il faut lire City aussi!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu à sa sortie, j'ai adoré, tres poétique. Me fait un peu penser à du Boris Vian.A lire également ''Soie'' et ''Châteaux de la colère'' du même auteur. Par contre je n'ai pas aprécié ''City''

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire