"Home" - Toni Morrison

Mosaïque. 

Frank Money lui-même reconnait l'ironie de porter un tel patronyme lorsqu'on est noir et -donc- pauvre, dans l'Amérique des années 50.
Le manque d'argent n'est cependant pas la pire des plaies ayant jalonné l'existence pourtant relativement courte du jeune homme. Il est en effet revenu extrêmement perturbé de la guerre de Corée, où il a perdu ses deux amis d'enfance, et la culpabilité de n'avoir pu les sauver le ronge. Pour tenter d'oublier, ne serait-ce qu'un instant, les horreurs vécues au front, il boit... ses relations avec sa petite amie en pâtissent ; cette dernière a également de plus en plus de mal à supporter de voir Frank passer de longues journées dans un état d'hébétude totale.
De mauvaises nouvelles concernant sa sœur le poussent à se sortir de cette oisiveté malsaine. Ycidra, sa cadette, est en danger, d'après le message que lui a fait parvenir une inconnue. S'il ne se dépêche pas de venir la secourir, elle mourra.
Franck prend la route aussitôt, pour aller chercher sa sœur, la sauver, et la ramener à Lotus, Géorgie, leur ville natale.

Son périple est l'occasion pour le lecteur de remonter l'histoire, à une époque pas si lointaine où les noirs n'étaient pas autorisés à voyager dans les mêmes wagons que les blancs, à fréquenter les mêmes restaurants... Les lecteurs habituels de l'auteure ne seront pas surpris : "Home" est construit comme un patchwork, de fragments dont la succession peut, dans un premier temps, dérouter, mais qui finissent par constituer un ensemble riche et cohérent.

A partir du destin de Franck, tristement banal dans une Amérique où les noirs sont préférés comme chair à canon que comme citoyens à part entière, elle brosse ainsi de multiples portraits d'hommes et de femmes qui, chacun à leur façon, combattent ou endurent l'injustice et l'exclusion.
Sans heurt, le passé se mêle au présent, les bribes de destins des différents personnages se lient, se croisent, pour former un récit d'une belle ampleur romanesque malgré sa brièveté, dans lequel Toni Morrison s'exprime à la fois avec force et pudeur, et un art consommé de la suggestion.

>> D'autres titres pour découvrir Toni Morrison :

Commentaires

  1. Juste une grande et géniale "mosaïque" dans un petit roman tout court qui se lit en apnée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et, c'est vrai que je ne l'évoque pas dans mon billet, mais la fin est... très forte !

      Supprimer
  2. Un livre encore d'actualité qui rappel l'importance de la lutte contre la racisme. La lecture du roman un don de Morrison avait été une vraie révélation. Un style très particulier et complément envoutant!
    Léa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu Un don, mais c'est vrai que Morrison a un style qui lui est propre, et une façon de construire ses récits particulière.

      Supprimer
  3. Bonsoir Ingannmic, j'ai été éblouie par le style narratif de ce roman. Cette concision m'a ravie. C'est le premier roman de Toni Morrison que je lisais. Une révélation. http://dasola.canalblog.com/archives/2012/08/27/24966827.html Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola,
      As-tu lu d'autres titres de cette auteure, depuis ?

      Supprimer
  4. Ce qui m'a "amusée" dans ce livre, c'est que Toni Morrison nous montre que la ségrégation n'avait pas uniquement lieu dans le Sud. Facile de montrer les autres du doigt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, même si elle est plus "subtile" dans certaines régions, elle y est tout aussi présente (et tout aussi condamnable)..

      Supprimer
  5. je lirai dès que possible ce roman de cette écrivaine exceptionnelle

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire