"Le voleur et les chiens" - Naguib Mahfouz

"... il arrive qu'une source de lumière s'encrasse de la façon la plus répugnante".

Le voleur, c'est Saïd Mahrane, qui au début du roman sort de prison, où il vient de passer quatre ans.

Les chiens, ce sont ceux qui l'ont trahi, entre autres Alliche, l'ex lieutenant qui a permis son arrestation en le dénonçant, et sa femme Nabawiyya, qui vit dorénavant avec son délateur. Mais la trahison la plus douloureuse est celle de Raouf Elouane, qui fut son mentor, en lui inculquant cette vision du monde consistant à considérer le vol, lorsqu'il est perpétré par les plus pauvres, comme une justice nécessaire pour ces laissés-pour-compte d'une société à deux vitesses. Or, dorénavant journaliste reconnu, consensuel, Raouf est passé de l'autre côté de la barrière, bourgeois raisonnable et confit dans l'assurance de sa supériorité, reniant avec mépris ses anciens idéaux. Ce vil opportunisme, puis le rejet de sa petite fille, qui ne reconnait pas cet inconnu qui l'aborde avec un peu de brusquerie, plongent Saïd dans une fureur désespérée.

Obsédé par son désir de vengeance, il se lance dans une sombre expédition au cours de laquelle rien ne se passe comme prévu, et tue un innocent. Réfugié chez Nour, une prostituée qui n'a jamais cessé de l'aimer -malgré l'indifférence vaguement condescendante manifestée par Saïd à son égard-, recherché par la polie, il s'obstine néanmoins à vouloir réaliser ses desseins punitifs.

"Le voleur et les chiens" est un récit efficace, dont le rythme enlevé s'accorde parfaitement à la précipitation avec laquelle le héros semble s'acheminer vers sa perte. Misant sur l'impact d'un réalisme dégraissé de toute digression ou de toute fioriture stylistique inutiles, Naguib Mafhouz fait ici le choix de porter son propos en laissant le plus souvent parler les faits, et en restant focalisé sur le personnage de Saïd, dont nous pénétrons, par intermittences, le dérèglement intime. Il confère ainsi à son roman une dimension sociale, en pointant les limites d'un système inique qui place les victimes de ses inégalités dans un engrenage entretenu par des mesures répressives enfermant dans l'exclusion, tout en s'attachant à dépeindre les mécanismes individuels qui en résultent. La soif de vengeance qui anime son héros, l'obnubile, parce qu'il n'imagine pas d'autre voie possible, occulte toute possibilité de rédemption, d'apaisement, de résilience. Ni Nour et l'amour qu'elle lui porte, ni le guide spirituel de son père défunt auprès duquel il cherche un réconfort moral, qui tente de lui faire comprendre la vanité de ses actes et la futilité des actions individuelles, ne parviennent à l'en détourner. 


>> J'ai lu ce titre dans le cadre de l'activité Lire le monde, organisée par Sandrine. D'autres billets sur Naguib Mahfouz sur la page Facebook du groupe

... Entre autres :

Kathel a lu Son excellence
Le bouquineur a lu L'amour au pied des pyramides
Bluegrey a lu Les noces du palais

Commentaires

  1. Dans le roman que j'ai lu, le héros est aussi l'objet d'une obsession, différente toutefois... Ce n'est pas mon préféré mais j'ai aimé retrouver l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai lu ton billet, nous avons eu affaire à des obnubilés toutes les deux ! C'était ma première expérience avec cet auteur, j'ai apprécié, sans que ce soit vraiment un coup de cœur, peut-être parce que comme toi, j'ai eu du mal à m'attacher au personnage. J'ai noté un des titres que tu recommandes, et surtout le recueil de nouvelles présenté par Le bouquineur, qui semble excellent !

      Supprimer
  2. Auteur jamais lu mais vu ce que tu en dis, il pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si ce titre est celui qui convient le mieux pour le découvrir, étant novice, mais c'est un roman plaisant, à la lecture duquel on ne s'ennuie pas une seconde, bien que le sujet en soit finalement assez sombre.

      Supprimer
  3. Naguib Mahfouz est un auteur prolifique qui apparemment a exploré des styles bien divers... Ta lecture semble bien éloigné de la mienne. Mais je suis heureuse d'avoir découvert cet auteur grâce à cette lecture commune et je ne compte pas en rester là avec lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi de même ! Sans doute avec le recueil lu par La Bouquineur, qui semble justement donner une idée de la diversité de l'auteur..

      Supprimer
  4. Je garde un souvenir mitigé d'une lecture d'un roman de Mafhouz qui remonte. Les fils de la Médina. Je crois que ça ne m'avait pas suffi à me faire une idée claire du style de l'auteur ni s'il me plaisait vraiment. Peut-être avec ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'ai justement noté Les fils de la Médina sur les conseils de Kathel. Comme l'écrit BlueGrey ci-dessus, il me semble que c'est un auteur qui a beaucoup écrit, et que son oeuvre est très variée. Il faut donc trouver le ou les titres qui te conviennent... pourquoi pas celui-là, en effet ? Il est court et se lit facilement (mais tu l'auras compris, ce n'est pas non plus un coup de cœur...)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire