"A ce point de folie" - Franzobel

"En chaque homme niche une bête, un deuxième moi, sans égards, brutal et libéré de toute règle".

Je me suis d'abord demandé dans quoi je m'étais engagée... j'évite généralement les services de presse et autres propositions éditoriales (je ne suis d'ailleurs quasiment jamais sollicitée), par paresse et par principe (celui de rester entièrement maître du choix de ses lectures), mais la suggestion de Babelio, après une rapide recherche sur internet concernant l'auteur, m'a pour une fois tentée.
Et j'étais curieuse, oui, d'en savoir plus sur ce fameux radeau immortalisé par Géricault, et dont l'auteur s'est inspiré pour écrire son récit.

Le colis m'attendait à mon retour de vacances et en bonne élève, je m'y suis immédiatement attaquée... et au bout de quelques pages, rebutée par son ton, j'ai douté de parvenir au bout de ce roman. Comment vous dire... je trouvais que le récit manquait de naturel, et donc de crédibilité, en raison du positionnement qu'adopte l'auteur, consistant à se placer en narrateur des faits, qu'il commente en faisant appel à des références contemporaines qui me paraissaient déplacées dans ce contexte du début du XVIIIème siècle. Ainsi, tel personnage y est comparé à Schwarzenegger, tel autre à Lino Ventura, "L'été indien" de Joe Dassin évoqué pour décrire les conditions météorologiques... Par ailleurs, ces premières pages pâtissent d'une dimension démonstrative qui amoindrissent encore leur véracité. Les héros sont dépeints de manière caricaturale, l'auteur les affublant de caractéristiques qu'il répète à l'envi... pour résumer, j'avais le sentiment de voir le romancier et ses ficelles à travers l'intrigue et les protagonistes, qui en perdaient tout intérêt. Un peu comme si je suivais une visite guidée avec un accompagnateur que je n'arrivais pas à prendre au sérieux...

Et puis... je ne sais pas à quel moment la bascule a opéré, mais j'ai réalisé ne plus pouvoir lâcher ce satané ouvrage ! Est-ce au moment où j'ai réalisé que les "défauts" énumérés ci-dessus étaient en réalité un parti pris assumé de l'auteur, une volonté de sa part de créer une sorte de texte hybride, en instillant un humour décalé à un propos sérieux, et "vrai" ? Est-ce quand je me suis finalement dit que oui, ça fonctionnait, et que cela ne m'empêchait pas de me passionner pour cette sordide histoire ?

Après ma lecture, j'ai consulté sur internet les détails de cet épisode, et j'ai constaté que Franzobel avait été fidèle aux faits. Son apport, en tant qu'écrivain, est de donner corps à ses protagonistes -puisque finalement, en les dotant de sa vision d'homme d'aujourd'hui, il nous les rend plus proches-, mais aussi d'instiller avec habileté une tension croissante à son récit... certes, les événements s'y prêtent, mais dépeindre l'horreur ne suffit pas : son interprétation de la manière dont les individus les vivent, leur basculement dans la folie et dans la barbarie, le reniement de ce qui faisait d'eux des êtres civilisés, est exprimé avec force et justesse.


Et pour le coup, on ne s'interroge guère alors sur la crédibilité de la mesquinerie, la lâcheté, la brutalité qu'il met en exergue. Car ce drame à l'occasion duquel se rejouent les antagonismes politiques et les injustices sociales marquant la France de cette Seconde Restauration, révèle surtout la propension de l'individu à occulter toute solidarité, tout respect d'autrui et de soi-même, dès lors qu'il s'agit de sauver sa peau.

Sur la Méduse, repris de justice et mercenaires composant le petit équipage côtoient le futur gouverneur de Port-Louis (l'expédition a pour but de reprendre ce comptoir aux anglais) et sa magnifique fille, les passagers comptant par ailleurs, entre autres, un missionnaire pas si catholique, une poignée de scientifiques, un juif paranoïaque -peut-être à raison-, un perroquet prénommé William Shakespeare, un capitaine incompétent et sous la coupe d'un escroc dont la mauvaise foi n'a d'égal que l'optimisme, quelques officiers droits dans leurs bottes... Et l'auteur anime cette picaresque galerie de personnages qui prend parfois des allures de Cour des Miracles en forçant volontairement le trait sur la paillardise des uns, la cruauté des autres, à renfort d'images et d'anecdotes souvent terribles qu'il parvient pourtant à rendre truculentes. Il en résulte un récit très vivant, avec, à travers cette capacité qu'a Franzobel à s'approprier ce fait divers historique pour lui imprimer la singularité de son ton outrancier, un je ne sais quoi d'irrévérencieux, et de profondément réjouissant.

Commentaires

  1. Tu as bien fait de persévérer alors car c'était mal parti et au final, tu sembles franchement réjouie par cette lecture. Me voilà intriguée ! Le thème de ce livre est en plus plutôt original.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et il est très bien en fait. Je me dis avec le recul que ma première impression venait peut-être du fait que ma lecture précédente ayant été complètement différente, il m'a fallu un temps d'adaptation pour "coller" au ton et au récit... mais ce mélange de violence et d'humour est très intéressant, ça fait presque penser à une BD par moments..

      Supprimer
  2. Moi j’ai accroché immédiatement, toi plus tard, mais au final nous sommes d’accord, c’est un bon roman… et c’est l’essentiel !

    RépondreSupprimer
  3. C'est le fameux roman dont tu me parlais récemment?
    J'avoue qu'il me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est celui-là ! Du coup, je suis retournée suite à ma lecture sur internet pour en savoir un peu plus sur l'auteur, et j'ai trouvé cette phrase qui résume bien ce que l'on ressent à cette lecture : "Son style est comique, expérimental et controversé ; ses textes polarisent, provoquent, touchent".
      Je pense que je lirai d'autres de ses titres car c'est un auteur très prolifique, et méconnu.

      Supprimer
  4. Si le sujet m'intéresse, je crains que le traitement me gêne, même si je ne serai pas pris au dépourvu maintenant que je suis averti)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voudrais pas non plus que le préambule de ce billet empêche la découverte de ce roman finalement réussi !

      Supprimer
  5. Je ne suis pas certaine que j'arriverais à dépasser ces premières pages!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est aussi une question d'état d'esprit. Comme je l'écris ci-dessus, ce titre était en tel décalage avec le roman que j'ai lu avant que j'ai été un peu prise à froid... le fait d'être prévenue limite aussi le risque d'être déçue. Mais bon, il faut aussi accrocher à ce style un peu hybride, à la fois épique et gouailleur...

      Supprimer
    2. Je viens de lire un article du monde, puis un extrait du roman. Je me suis souvenu de ton billet et mon commentaire n'est plus d'actualité! Je veux le lire!!!

      Supprimer
    3. Ah, il a fallu qu'on s'y mette à plusieurs pour te convaincre !! J'espère qu'il te plaira, je suis en tout cas curieuse de lire ton avis sur ce titre que l'on n'a pas trop vu sur les blogs, et dont je garde, avec maintenant un peu de recul, une très bonne impression !

      Supprimer
  6. A emprunter peut-être ? Mais bon, si je comprends bien, il faut persister un peu avant d'accrocher... ou pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bouquineur a aimé de suite, comme d'autres lecteurs dont j'ai vu les avis sur Babelio...
      je pense que si on est prévenu, et que l'on aime les styles un peu originaux, il est possible d'accrocher d'emblée. L'emprunter à la bibliothèque est la solution idéale !

      Supprimer
  7. Marrant comme ce livre (et son auteur) ont réussi à te "retourner" pour finir par te séduire totalement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'aurais pas du tout parié, au départ, que je finirai par adhérer à ce style assez particulier... comme quoi, il faut parfois persévérer !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire