"Le démon de l’île solitaire" - Edogawa Ranpo

"Même pour un démon, son habileté n’était-elle pas extraordinaire ?"

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Edogawa Ranpo. Mes précédentes rencontres avec cet auteur considéré comme l'un des fondateurs de la littérature policière japonaise m'avaient laissé le souvenir d'atmosphères étranges et troubles, et "Le démon de l’île solitaire" ne déroge pas à la règle.

Le narrateur, Minoura, ferre d'emblée notre attention : il va nous relater les événements effroyables qui ont provoqué, en l'espace d'une nuit, le blanchiment de ses cheveux...

Il était alors un jeune homme sans histoire, "un blanc-bec", comme il se définit lui-même, fort surpris de la réciprocité de l'attirance qu'il éprouvait pour Hatsuyo, sa belle et discrète collègue. Leur relation, pudique et sincère, fut brutalement interrompue par l'assassinat de la jeune femme, poignardée en plein cœur alors qu'elle dormait dans son lit, la petite maison qu'elle partageait avec sa mère étant restée hermétiquement fermée, et ne laissant mystérieusement apparaître aucune trace d'effraction. Miyamagi, le très perspicace ami que Minoura, dévasté par ce drame et assoiffé de vengeance, chargea d'enquêter, trouva lui aussi la mort dans des circonstances inexplicables.
Michio Moroto, l'un de ses ex colocataires, qu'il soupçonna dans un premier temps d'être mêlé à ces meurtres, lui apporta alors une aide inattendue pour remonter la piste du ou des coupables. Quelles étaient les motivations de ce chercheur brillant, homosexuel depuis toujours très attiré par Minoura, qui s'était posé en un rival inattendu de ce dernier en demandant Hatsuyo en mariage quelques semaines avant sa mort ?

Individu ordinaire embarqué dans une succession d'événements incroyables et terrifiants, le narrateur, en livrant avec sincérité les émotions qu'ils suscitèrent en lui et en interpellant le lecteur à intervalles réguliers, instaure avec ce dernier une proximité qui rend le récit d'autant plus prégnant. Et en même temps, la dimension cruelle et insolite de l'énigme qu'a à résoudre le duo de détectives en herbe, la perversité et les étranges infirmités des personnages qu'ils rencontrent au cours de leur enquête, la connotation troublante, enfin, de la relation qui les unit, évoquent un conte macabre et fantastique, empreint d'une sensualité provoquant un certain malaise...

"Le démon de l’île solitaire" est ainsi un texte singulier, mêlant habilement les genres, à la fois roman d'aventure -les héros se retrouvant sur une île mystérieuse à la recherche d'un trésor- et polar louvoyant vers l'horreur et le surnaturel. Edogawa Ranpo, en le citant, se place d'ailleurs sous l'égide d'Edgar Allan Poe, dont il s'inspire avec talent...



D'autres titres pour découvrir Edogawa Ranpo :

Commentaires

  1. Un roman très particulier, n'est-ce pas, et l'impression de malaise qu'il laisse perdure... mais je ne regrette pas la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses autres titres te plairaient sans doute.

      Supprimer
  2. Tu m'intrigues. Je vais voir si il est à la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il y sera, c'est un roman à découvrir, pour son ambiance atypique et complexe..

      Supprimer
  3. J'avais déjà repéré cet auteur sur le site de Lire et merveilles où elle parlait de l'île panoramique sous l'influence de Poe. Ca me donne toujours envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais loupé le billet de Lire et merveilles que je viens, du coup, d'aller consulter. Cette "île panorama" est en effet bien alléchante, aussi ! Je note !

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas (oups ! je l'ai raté chez Kathel), mais ça pourrait bien me plaire, d'après ce que tu en dis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un auteur à découvrir, notamment pour ces atmosphères étranges, et aussi pour le côté un peu désuet de certains de ses titres, qui ajoute à leur charme.. et la plupart de ses romans sont très courts (ça peut reposer entre deux pavés !)

      Supprimer
  5. je n'ai encore jamais lu de polar japonais donc je note!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quant à moi le seul auteur de polar japonais que je connaisse... j'espère qu'il te plaira !

      Supprimer
  6. Un polar japonais... Ca me laisse perplexe. Je lis peu de polar mais je suis curieuse. Faut voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'on dit qu'Edogawa Ranpo est le "père" de la littérature japonaise policière, mais je ne connais pas ses "enfants". Le polar n'est pas forcément le genre auquel on pense quant on évoque la littérature japonaise... mais c'est un auteur à découvrir.

      Supprimer
  7. un polar japonais ... Tu ne seras pas étonnée que je passe malgré ta note qui donne envie, mais je crains que mon envie de tenter ne soit encore qu'une déconvenue de plus ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part le fait que le roman se passe au Japon, rien ne laisserait deviner qu'il s'agit d'un titre écrit par un auteur du pays du Soleil levant... j'ai pensé, au cours de ma lecture, beaucoup à Poe, mais aussi à Leblanc ou Conan Doyle. Mais je ne voudrais pas être à l'origine d'une déception...

      Supprimer
    2. Même La proie et l'ombre, j'avais laissé tomber ... Je crains de faire un blocage, je crains tellement la déception que je la cherche !

      Supprimer
    3. J'avoue n'avoir gardé aucun souvenir de La proie et l'ombre (La bête aveugle m'a marquée davantage, en raison de son ambiance très glauque) ! Mais tu as sans doute raison de ne pas insister, ce n'est pas comme si tu n'avais rien d'autre à lire !

      Supprimer
  8. Ohlala il faut absolument que je lise cet auteur ! Ça fait longtemps que je me le dis. Par lequel commencer par contre ? C'est ça aussi qui n'aide pas à sauter le pas !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que celui-ci peut constituer un bon début... il se lit facilement, et est moins glauque qu'un titre comme La bête aveugle, par exemple..

      Supprimer
  9. Une seule lecture de l'auteur, tout à fait convaincante, autant que ton billet qui m'invite à poursuivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton billet sur "L'île panorama" m'avait échappé, mais j'ai pu me rattraper grâce au commentaire de Maggie ! J'ai du coup noté ce titre... et bonne continuation !

      Supprimer
  10. Celui-là, je l’ai lu et aimé (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas... tu l'as lu avant le blog (j'ai cherché ton éventuel billet, sans succès..) ?

      Supprimer
    2. J'ai lu il y a environ six mois, mais j'en ai pas parlé, c’est que des fois j’ai la flemme... (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire