"Back-up" - Paul Colize

"Dès les premiers accords, un fourmillement a parcouru mon corps. J'ai ressenti une irrésistible envie de me lever, de bouger, de gesticuler, de remuer mon cul et tout ce qu'il y avait moyen de remuer. Je ne comprenais pas pourquoi ces quelques notes provoquaient un tel effet.
C'était ça le rock'n'roll."

2010. Un homme, sans doute un sans-logis, est admis à l'hôpital de Bruxelles après avoir été renversé par une voiture sous laquelle il se serait jeté. Atteint du Locked In Syndrom (conscient mais prisonnier de son corps immobile, et incapable de s'exprimer), il est ensuite placé dans une institution spécialisée où un pétulant et très compétent kinésithérapeute s'acharne à communiquer avec cet individu étrange, que personne n'est parvenu à identifier...

Années 60...
... les quatre membres d'un groupe de rock amateur anglais trouvent la mort à quelques jours d'intervalle, parfois à plusieurs milliers de kilomètres les uns des autres, dans des circonstances déterminées comme étant accidentelles ou suicidaires. A la demande des familles sceptiques, un journaliste mène l'enquête.
... un adolescent belge vit les débuts du rock, découvre la batterie, et s'y investit avec une rage et une passion proportionnelles au mal-être que lui procure le reste de sa vie, qui bascule le jour où il décide de déserter l'armée où il est censé accomplir son service militaire. Condamné à une fuite permanente, il parcourt l'Europe, s'adonnant aux excès de la génération sexe, drogue et rock'n'roll.

J'ai été happée dès les premières pages de ce roman, et incapable de le lâcher par la suite. Pourtant, Paul Colize construit son intrigue lentement, déroulant pas à pas ses différentes perspectives, nous laissant longtemps dans le flou le plus total quant à ce qui les lie. C'est donc la curiosité qui nous attache au récit, celle de comprendre où nous mènent les chemins divergents que nous fait emprunter l'auteur, mais pas seulement. "Back-up" est également passionnant par son contexte, qui nous fait traverser la frénésie de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix, portées par le souffle libertaire et désespéré d'une jeunesse en rébellion contre la violence et l'absurdité du monde binaire qu'a instauré la guerre froide de leurs aînés, et inextricablement liée à la profuse créativité musicale qui l'accompagne. L'intensité qu'exprime cette partie du récit constitue avec l'immobilité de l'homme cloué sur son lit médicalisé un parallèle déroutant... 

En se dévoilant, le mystère, par sa dimension machiavélique, vous glace en même temps qu'il révèle toute l'habileté narrative de Paul Colize, dont l'écriture nerveuse achève de vous enchaîner à ce troublant et atterrant récit.

Commentaires

  1. Oui, un très bon souvenir de lecture, et encore un auteur qu'il faudrait que je lise à nouveau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai personnellement pas fini avec lui non plus ! J'ai d'ailleurs un autre de ses titres dans ma PAL (Concerto pour quatre mains, je crois).

      Supprimer
  2. Une lecture assez incroyable, dont je garde un très bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas, c'est un roman prenant et touchant à la fois, et très intriguant, surtout !

      Supprimer
  3. Je retrouve mon plaisir de lecture en lisant ton billet ! Le contexte, la curiosité. Mon favori de Paul Colize ( suivi de près par Un long moment de silence, même brio narratif )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je note de suite Un long moment de silence, dans ce cas !

      Supprimer
  4. Tu en dis peu mais suffisamment pour me tenter alors que je lis très très peu de polars...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie, j'espère que tu le liras, il est vraiment excellent, et la dimension "polar" importe peu, finalement.

      Supprimer
  5. Un abandon pour moi. Il prend trop son temps, ça m'avait agacé plus qu'autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah mince alors, c'est justement ce qui m'a plu (entre autres), cette manière de dérouler tout doucement l'intrigue, de nous faire mariner...

      Supprimer
  6. je ne connais ni le titre ni l'auteur, mais c'est très tentant, je le mote

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une découverte pour moi aussi, et un succès !

      Supprimer
  7. Le côté reflet d'époque semble pas mal du tout. C'est bien exploité?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, parce que le contexte se mêle naturellement à l'évolution du personnage, et qu'il est en même temps très important, mais je ne t'en dirai pas plus, pour ne pas déflorer le plaisir de la découverte si tu le lis...

      Supprimer
  8. Il est prenant, hein ? En te lisant, j'ai revécu ce moment de lecture assez intense et je t'ai envié d'avoir pu le vivre tout récemment. J'ai adoré aussi Un long moment de silence mais ça reste en deuxième position par rapport à Back Up. Et j'aimerais bien lire Concerto pour quatre mains aussi donc si une LC te dit... Pas tout de suite bien sûr, mais pourquoi pas lors du mois belge ? Ce qui laisse de la marge. Peut-être trop ? Haha !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très prenant, merci encore ! Et pas de souci pour la LC, j'ai de quoi attendre... c'est quand le mois belge, au printemps si je me souviens bien ?

      Supprimer
    2. Oui c'est ça, en avril si je me souviens bien.
      Tiens, j'ai commencé le Tavares que tu as lu et je me régale ! Enfin c'est spécial, il me fait penser à Juan José Saer par moment.

      Supprimer
    3. Ah, il me tarde de lire ton avis ! Et donc, je me réserve la lecture du Colize pour le printemps 2019 !

      Supprimer
  9. Ah je l'ai noté il y a longtemps et finalement jamais lu ! Tu me donnes envie de m'y plonger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu ne seras pas déçue, mais je ne pense pas, c'est un roman intriguant, je l'ai dévoré !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire