"La croisade des enfants" - Florina Ilis

"... l'innocence des enfants tient à la faiblesse de leurs membres non à leurs intentions".

Quel projet ambitieux que ce roman de Florina Ilis, dont la densité et l'originalité formelles rivalisent avec celles de son contenu...

L'écriture vous frappe d'emblée, vous accueillant un peu abruptement dans ce récit sans points -remplacés par des virgules-, qui fait se succéder sur un mode presque frénétique une multitude de points de vue dont on n'appréhende pas immédiatement les interactions.

Nous sommes sur le quai de la gare de Clutz, en Roumanie, où deux trains sont en partance. Désigné comme "le train des enfants", le premier doit acheminer les élèves privilégiés d'un collège privé au bord de la mer, lieu de leur colonie de fin d'année. Le second rejoindra Bucarest.

L'effervescence du départ instille au récit une sorte de bouillonnement qui ne le quittera pas. L'auteure commence à nous familiariser avec ses nombreux personnages. Octavian, dont la mère a oublié les lunettes de plongée ; Cazimir, en retard parce qu'il a attendu en vain son père qui devait l'amener dans sa BMV -pour épater tout de même les copains, il a revêtu sa tenue de David Beckham- ; Sonia, la jolie blonde qui pour la première fois part sans son lapin en peluche... les professeurs, les parents..
Dans le train pour Bucarest, patientent Pavel, journaliste qui enquête depuis plusieurs années sur la condition de l'enfant dans son pays (adoptions illégales, manipulation par les réseaux mafieux), une jeune médecin qui part rejoindre son époux en Amérique, ou encore une vieille femme venue à Clutz dans l'espoir d'y retrouver sa sœur jumelle...
Sur le quai, Calman et Le Manchot, enfants des rues, font les poches des passagers ou des proches venus les accompagner.
Dans son appartement où son impotence la reclut, une vieille sorcière tzigane interroge sans relâche son jeu de tarot pour tenter de localiser son petit-fils, pendant qu'une jeune adolescente atteinte du sida prend la route d'un monastère isolé dans les montagnes, guidée par une illumination d'inspiration divine...
C'est un genre d'intuition quelque peu différent, bien qu'aussi pressant, qui pousse Bazil, le grand-père de Cazimir, à laisser brutalement ses travaux agricoles en cours pour rejoindre la ville, convaincu que son petit-fils a besoin de lui.

Et ce n'est là qu'un petit échantillon de tous les protagonistes que Florina Ilis met en scène dans son intrigue incroyablement riche. Elle construit ainsi patiemment un puzzle ample et complexe, tout en instillant à son récit, par le changement permanent de perspectives, une énergie constante. 

L'événement qui cristallise toutes les pièces de ce puzzle est la révolte que les enfants du train, sous l'impulsion de Calman, clandestinement monté à bord, organisent, ayant enfermé leurs professeurs dans leur wagon, et obligé le conducteur à stopper le convoi en pleine campagne. Emportés par leur imagination fougueuse, nourrie d'une culture mondialisée et uniforme, et par une forme de naïveté les poussant à croire que tout est possible, involontairement aidés dans leur projet par un concours de circonstances, l'affaire prend des proportions démesurées, impliquant les forces de l'ordre, les médias et les autorités. L'auteure décrit avec minutie, heure après heure, le déroulement de cette crise, complexifiant ses personnages, décortiquant leurs questionnements et leurs contradictions, évoquant notamment avec acuité la capacité des enfants à passer sans transition de l'innocence à la violence et à la perversion.

Abordant par ailleurs de multiples autres thématiques, sociales, culturelles ou politiques, elle brosse un tableau exhaustif de la Roumanie d'aujourd'hui, évoquant aussi ses traditions, ses mythes et ses superstitions, l'accroissement des inégalités entre ses nouveaux riches et un peuple qui a une piètre estime de lui-même. Sous un régime post-révolutionnaire soi-disant démocratique, gouverné par une classe politique ignorant tout de la profonde vie sociale, le pays est gangrené par la corruption et la mainmise sur les économies locales de gangs mafieux ou tziganes, qui se livrent à divers trafics, dont les enfants des rues sont souvent les premières victimes. Car le sujet de la condition de l'enfant est au cœur du récit, avec l'exemple de ces gamins des rues ou vivant en institution, subissant sévices et traumatismes, réduits à la mendicité et à la délinquance, forcés de mûrir avant l'âge par une société agressive.

La notion de scission générationnelle est très forte également, nourrie d'une incompréhension mutuelle entre de jeunes adultes acquis à la modernité et à l'occidentalisation de leur société et des aînés parfois nostalgiques d'une ère soviétique au directivisme rassurant, comme entre les enfants du train et leurs parents ou leurs professeurs fermés à leurs territoires, se focalisant essentiellement sur ce qui les séparent.

Le synopsis de "La croisade des enfants" lui donne des allures de fable que la précision quasi chirurgicale du texte rend très réaliste, bien que certains événements manquent de crédibilité, parti pris sans doute volontaire de l'auteure, qui nous livre ici une épopée tragi-comique, jouant sur un subtil mélange entre situations absurdes et gravité du contexte, maniant l'ironie et l'humour pour mieux souligner la dimension finalement atterrante de son propos.

Une lecture pas toujours facile, mais qui vaut, pour sa richesse et son originalité, le détour... 

J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec Passage à l'Est et Patrice : leurs avis ICI, pour Patrice et LA, pour Passage à l'Est.

Commentaires

  1. ah lecture commune, me me disais aussi deux fois ce livre le même matin !! c'est noté pour moi d'autant que c'est une littérature que j'aime depuis toujours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la coïncidence eût été curieuse, car ce n'est pas un titre récent, et on ne croise pas tant de titres roumains sur les blogs ! C'est en ce qui me concerne ma première lecture roumaine, mais grâce aux conseils de Passage à l'Est, j'en ai deux autres sur ma PAL. J'espère qu'il te plaira, mais il devrait...

      Supprimer
  2. Il est à la bibli, j'avais dû le noter quelque part. ^_^ les romans roumains sont souvent de ce genre, pour critiquer le régime (quel qu'il soit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une littérature engagée, alors.. ce n'est pas pour me déplaire. L'intérêt de ce titre réside aussi dans sa forme, et son scénario atypique..

      Supprimer
  3. Je vois que nous avons tous les trois tiré des conclusions à peu près similaires de cette lecture, sur le style, sur la capacité de l'auteure à rassembler autour de ce train tous ces personnages si divers, sur la critique qu'elle fait de la société. Comme toi j'ai trouvé que certains détails (ou absences d'informations) étaient moins crédibles ici ou là, mais c'est surtout "l'autre" croisade (celle des enfants qui viennent des quatre coins du pays) que j'ai trouvée un peu floue, comme s'il y avait le germe d'un autre livre mais qu'elle avait préféré ne pas exploiter jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, je l'avais d'ailleurs noté sur mon brouillon, mais je ne l'ai pas repris dans mon billet, parce qu'avec le recul, c'est un aspect qui s'est estompé, mais c'est vrai que j'ai eu un peu l'impression par moments qu'elle s'était laissée dépasser par la richesse de son intrigue, en lançant trop de pistes sans pouvoir toutes les exploiter comme elles l'auraient mérité..

      Supprimer
  4. c'est la deuxième critique enthousiaste que je lis en 2 jours sur ce roman! Comment résister? je note donc :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En deux jours ? Tiens, curieuse coïncidence (Cf. ci-dessus, ma réponse à Dominique) !!

      Supprimer
  5. Belle chronique. Je me souviens de la parution de ce roman, j'ai trop hésité, je l'ai laissé passer. Je crains un peu le style ( le sujet aussi ) mais tes mots me rendent encore plus curieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style nécessite en effet un petit temps d'adaptation, mais une fois passé, il n'est pas si difficile à lire, bien que sa densité demande d'y consacrer quelques heures.... Mais c'est à lire, vraiment.

      Supprimer
  6. Moi, c'est d'abord le style de ce roman qui m'intrigue. La multitude de points de vue, c'est ma tasse de thé. Pour l'avalanche de virgules, ça risque aussi d'être intéressant.
    Après, il y aura l'histoire...
    Bref, ce roman me fait très très envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lance-toi, il devrait te plaire... L'histoire est presque secondaire, on a surtout affaire, d'ailleurs, à une multitude de petites histoires, liées par un événement central.

      Supprimer
  7. C'est bien tentant à la lecture de ton billet. Un roman qui a l'air en effet riche et foisonnant. J'aurais un peu peur du style et de cette apparente effervescence mais j'ai assez peu de romans roumains sur mes étagères, et peu qui aient l'air aussi intéressants donc je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi qui aime les constructions particulières, tu devrais aimer..

      Supprimer
  8. Tu as très bien résumé l'histoire, les personnages ainsi que toutes les thémes qui sont développés par Florina Ilis. Un grand merci de m'avoir convaincu de vous accompagner sur cette lecture commune ; je n'aurais jamais le courage de m'y mettre seul, mais je dois avouer que ce livre a été aussi pour moi une très belle découverte ! Patrice (Et si on bouquinait ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que sans LC, j'aurais sans doute eu du mal moi aussi à me lancer dans ce pavé ! Vraiment, je ne le regrette pas, j'aime découvrir ce genre de textes, atypiques et exigeants..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !