"Magic Time" - Doug Marlette

"Dans le Sud, l'être avait toujours transcendé le faire, la foi l'emportait sur la réalité".

Carter Ransom est journaliste à New York. Originaire du Mississippi, plus précisément de la ville de Troy, célèbre pour son industrie du bois, il retourne dans la demeure familiale pour prendre du repos suite à un surmenage professionnel et au besoin de faire le point sur sa relation avec Emily, sa dernière petite amie en date. Quadragénaire, Carter a du mal à se stabiliser, sans avoir consciemment réalisé que cette inconstance était liée au traumatisme de jeunesse occasionné par la perte de Sarah, son premier amour, décédée dans l'incendie d'une église perpétré par le Ku Klux Klan. 

Or, vingt cinq après, cette affaire est de nouveau sur le devant de la scène. L'un des accusés de l'époque accepte, en échange de sa libération, de témoigner contre le commanditaire du crime, que l'absence de preuve et de témoignage n'avait pas alors permis d'inculper.

La réouverture du dossier par une procureure coriace et déterminée à obtenir justice, nous replonge dans une Amérique que secoue le Mouvement pour les droits civiques, mais où la ségrégation est encore bien ancrée dans les esprits comme dans les comportements. Elle pousse par ailleurs Carter à affronter ses vieux démons, et à s'interroger sur le rôle exact alors joué par son père, qui en tant que juge, avait instruit le procès.

L'alternance entre passé et présent permet de mettre en évidence l'héritage de cette période sensible et agitée. Le procès sur cet épisode embarrassant de l'Histoire révèle la face obscure d'une certaine Amérique blanche, représentée aussi bien par des individus de classe modeste que par des notables bien en vue. A Troy, comme dans d'autres villes du sud, les victimes de la ségrégation et/ou leurs proches côtoient ainsi leurs anciens bourreaux -ces derniers n'ayant pas toujours été identifiés-. La communauté compose entre résilience et amnésie collective. Quand certains espèrent la rédemption, ou simplement l'oubli, d'autres réclament réparation... d'autres encore, absorbés par l'impératif mercantile de notre société contemporaine, sont totalement indifférents au devoir de mémoire. Ainsi, le Magic Time, ex-club de blues devenu dans les années soixante un lieu de réunion pour les militants des Droits civiques, est voué à disparaître, car situé sur les terrains que brigue un grand groupe chimique en passe de s'implanter à Troy.

L'une des grandes forces de ce récit est de montrer la complexité de ce contexte, et d'éviter l'écueil du manichéisme. En mettant en scène, dans les épisodes du passé, un jeune Carter naïf et privilégié, qui prend dans un premier temps le Klan pour une légende issue du folklore local, l'auteur nous fait comprendre que la ségrégation était considérée non seulement par la plupart des blancs mais aussi par de nombreux noirs, comme une des bases indiscutables de la société américaine. Sans l'amour qui le liait à Sarah, activiste, et à l'amitié quasi fraternelle l'unissant à Elijah, le fils de l'employée de maison de ses parents, Carter n'aurait peut-être jamais pris conscience de l'injustice et de la violence faite aux noirs, ni réalisé ses propres préjugés, liés à sa culture et à son éducation...

Il insiste aussi sur la difficulté à accepter notre ignorance de la face obscure de nos proches, et à assumer l'amour et le respect que l'on éprouve parfois pour des individus capables de la pire abjection.

Sa construction dynamique, la richesse de ses thématiques, rendent la lecture de "Magic Time" facile et passionnante. On est certes loin de la densité et de l'émotion que procure un texte tel que "Le temps où nous chantions", mais il n'en est pas moins un titre intéressant pour découvrir ce sombre pan de l'Histoire américaine.

Cette lecture s'inscrit dans le thème de ce jour du Mois Américain (les minorités) :



... et me permet par ailleurs de participer une ultime fois, pour cette année du moins, au Pavé de l'été de Brize :



Commentaires

  1. J'évite les pavés en ce moment ... Mais je retiens ce titre pour quand le temps des lectures au long court pourra revenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit très vite malgré ses nombreuses pages. Certains aspects de l'intrigue peuvent sembler un peu "faciles" (notamment la fin en "happy-end" et une histoire d'amour à mon avis dispensable qui vient se greffer sur le reste) mais l'ensemble est passionnant...

      Supprimer
  2. Lu et chroniqué à sa sortie, ce livre fait partie de ceux qui m'ont le plus plu sur le sujet, je l'avais trouvé intelligent, très bien mené et d'un réalisme efficace un très bon roman

    RépondreSupprimer
  3. Tiens je ne connaissais pas. Il a l'air très bien, sur un sujet pas facile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est très bien, à la fois agréable à lire et traitant de son sujet avec justesse et nuance..

      Supprimer
  4. Pareil, lu et chroniqué il y a un bout, cela m'avait impressionnée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve même sa démarche assez courageuse. Même s'il pointe l'inexcusable horreur des actes du Klan, ou de la ségrégation en général, il démontre que concrètement, il est souvent difficile de réduire un individu à certains de ses actes, et qu'un même être peut abriter en lui à la fois l'abjection et l'admirable...

      Supprimer
  5. Lu et aimé également, ce sujet m'intéresse beaucoup. C'est malheureusement le seul roman de l'auteur qui a succombé à un accident de voiture peu de temps après sa parution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'ai appris à la lecture du billet d'Electra sur ce titre. C'est en effet dommage...

      Supprimer
  6. je l'avais adoré et malheureusement l'auteur est décédé brutalement juste après.... mais oui, un très bon livre si on veut en apprendre plus sur cette période cruciale qui mine de rien, continue de jouer sur l'époque actuelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'écris en réponse à Kathel, c'est toi qui m'a appris cette disparition précoce. On peut se consoler en se disant qu'il a au moins eu le temps de nous livrer un excellent titre..

      Supprimer
  7. Le thème est très intéressant, il faudrait que je m'en souvienne pour le pavé de l'année prochaine ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonne idée, je fais moi aussi mes "courses" d'une année sur l'autre lors du déroulement de ce genre d'activités !

      Supprimer
  8. idem pour moi: pas trop envie de lire un pavé car j'ai déjà une liste importante en cours pour cette rentrée! je note pour plus tard :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends (dis celle qui a plusieurs centaines de titres en attente sur ses étagères...) !

      Supprimer
  9. Je me souviens qu'on en a parlé pas mal à sa parution, sur les blogs entre autres, et je l'avais noté à l'époque. C'est le genre de thèmes qui me parlent. Merci d'en reparler car je l'avais presque oublié depuis ! Tous ces titres qu'on note...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas... ? Moi je ne l'avais pas noté, j’étais passée complètement à côté, et je l'ai lu par hasard = mes collègues m'ont offert des "box livres" pour mon anniversaire, et il faisait partie des envois... une chouette découverte !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !