"Le prêtre fou et les trente-sept vierges de Santa Rosa" - Telmo Herrera

Délire équatorien.

C’est à une folle épopée que nous convie Telmo Herrera. Nous y suivons Torres Guevara, qui en réalité n’est pas plus fou qu’il n’est prêtre (ou vice-versa), ex-séminariste qui une vingtaine d’années auparavant abandonna son doctorat en philosophie et en théologie pour prêcher les commandements du marxisme. Traqué par la police politique, il est depuis en fuite, exilé dans le village de Pinto où il fait office de curé.

Bien qu’à cent trente-sept kilomètres seulement de la capitale, Pinto est quasi inaccessible. Aucune route ne mène à la bourgade par ailleurs dépourvue d’électricité. Survolé par une pluie qui n’y tombe jamais, envahi par le chiendent et secoué de fréquents tremblements de terre qui peu à peu le rayent de la carte, c’est un village solitaire, archaïque, où alternent nuits étouffantes et journées glaciales. Tous ses jeunes sont partis, il y a longtemps déjà, pour l’Europe, les Etats-Unis, ou l’Australie, répondant à l’appel de l’argent et du modernisme. En attente du retour promis mais qui jamais n’advient, les villageois sont comme restés hors du temps, épargnés par la vieillesse, mais dédaignés par la vie, figés dans un éternel et mortifère espoir qui semble avoir privé même les arbres de leur vigueur. Seules figures remarquables parmi cette masse inerte et anonyme : La Niña, fille du sacristain et unique représentante de la jeune génération à n’avoir pas fui le village, prodigue ses faveurs au curé avec une libéralité décomplexée, et celui que ses concitoyens ont surnommé Le Poète cache sous ses airs de simple d’esprit la clé de secrets présidant à la destinée du village.

L’arrivée d’un vieil homme très mal en point, en quête d’un pont mystérieux et oublié, associé à un obscur rituel suicidaire, va faire basculer le destin de Pinto, et donner au parcours de notre pseudo-curé fugitif un nouvel élan.   

Une succession d’événements aventureux le mène à Santa Rosa, village déserté par les hommes, et comptant parmi sa population exclusivement féminine trente-sept vierges en manque d’un partenaire pour assouvir leurs vigoureuses pulsions. L’arrivée du docteur, que sa soutane désigne de fait pour remplacer le curé du village lui aussi parti, suscite convoitises et tensions…

Quelle belle surprise que la découverte de ce roman atypique, qui mêle les genres en une parfaite osmose. Récit d’aventures aux accents érotiques, le sexe s’y associe à des rites parfois pervers et cruels, le surnaturel s’insinue dans une réalité souvent brutale et sordide. C’est à la fois débridé et maîtrisé, poétique et empreint de sauvagerie. Les tribulations du héros sont contées avec une drôlerie sous laquelle point une tristesse amère à l’idée de ses amours perdues et de la mère qu’il n’a jamais connue, ou à l’occasion d’une allusion au sort fait aux indigènes de cette Amérique du sud que l’invasive religion catholique puis la valse des dictateurs a plombé d’une intolérante rigueur et d’une sempiternelle violence. Électrons libres ou individus carrément déments, les étranges personnages de ce réjouissant roman s’appliquent à renier tout dogme établi, ne reconnaissant ni dieu ni maître, se laissant porter par une intuition dont ils assument naturellement la dimension primitive.


Commentaires

  1. Oh! Oh! Ca m'a l'air bien sympathique ce machin-là ! Je le note...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, très sympathique ! Une découverte faite complètement par hasard, en quête d'un titre équatorien disponible en librairie, et un vrai régal, je me suis bien amusée.

      Supprimer
  2. Quel pays? Cela pourrait être bien
    Actuellement je suis dans un roman mexicain, il semble que ça se passe (enfin!) bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Equateur, et oui, c'est très distrayant, riche en rebondissements, une découverte inattendue !

      Supprimer
  3. Je recopie le commentaire du Bouquineur. Bien barré, je note !

    RépondreSupprimer
  4. Le voilà donc ce roman sur le prêtre fou... Et ça semble carrément géniale, tu nous proposes une sacrée découverte... (Goran : http://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour l'instant mon coup de cœur de ce mois latino...

      Supprimer
  5. Celui-là, je le note. Ambiance atypique, personnages farfelus, tout m'attire vers ce bouquin, mais voilà que je lis sur l'éditeur "Indigo - Côté femmes". Je me serais donc trompé de côté ? C'est comme pour les toilettes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la maison publie essentiellement des textes écrits par des femmes, mais aussi traitant des rapports entre les sexes, sans doute que ce titre entre dans cette 2e catégorie... à lire en tous cas, c'est l'assurance de passer un moment réjouissant !

      Supprimer
  6. Ouah ouh ! belle découverte, dis donc ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture qui m'a fait du bien, où tout semble exhaussé : la violence, le sexe, mais de manière très cocasse..

      Supprimer
  7. Un sacré roman on dirait ! je vais voir si je le trouve à la bib il est très tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dû le commander, j'ai peur qu'il se fasse très rare en bibliothèque..

      Supprimer
  8. Je ne me fais pas une idée très nette de ce roman, mais tout ce que tu en dis me fait penser qu'il n'est pas pour moi. Plus à cause du côté surnaturel que le reste d'ailleurs ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le surnaturel n'est pas prépondérant, mais malgré tout omniprésent, comme un élément naturel du contexte. Cela contribue à donner au récit son atmosphère à la fois burlesque et étrange..

      Supprimer
  9. Un titre qui interpelle... En plus, je crois que je n'ai jamais lu ni de délires ni de romans équatoriens. Je suis bien curieux de le découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une première pour moi, et je ne le regrette pas...

      Supprimer
  10. c'est amusant car ta description fait tellement penser à un roman de ce continent !
    sinon, côté Equatorien j'ai lu un ou deux romans, mais plus des thrillers ..
    bon apparemment, ton mois se passe bien de ce côté-là de l'océan (ici il faits super froid !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est très "latino" comme ambiance... et je m'en vais de ce pas voir sur ton blog si je trouve trace de ces thrillers équatoriens, tu m'intéresses !

      Supprimer
  11. Ouh mais c'est que ça pourrait bien me plaire ça ! Et je crois que je n'ai pas encore lu de roman équatorien donc ce serait l'occasion !

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que ton mois se passe bien. Fructueux en découvertes, en toué cas!
    Sur celui-ci, tu me perds complètement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre qu'il te convienne, en effet.. Et oui, le mois se passe bien, avec des découvertes souvent intéressantes même quand il ne s'agit pas de coups de cœur..

      Supprimer
  13. Très très latino, visiblement ! Et pourquoi pas ... Le personnage de Torrès semble assez bien débridé pour me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, il devrait te conquérir ! Curé anticlérical, philosophe à ses heures, en quête d'une chasteté avec laquelle il s'arrange avec une réjouissante mauvaise foi, solide comme un roc et pourtant pétri de traumatismes... rien que la figure centrale du roman vaut le détour !

      Supprimer
  14. Le portait du personnage principal à l'air savoureux. A lire, donc, peut-être pas pour cette fois car va commencer la littérature des pays de l'Est ! On ne sait plus où donner de la tête. En tout cas , merci pour ce mois qui m'a fait faire de belles découvertes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce faux prêtre est un sacré personnage ! Cette lecture est une de mes plus belles découvertes de ce mois latino. Sans doute, au vu de son succès, renouvellerons-nous l'expérience l'année prochaine, de quoi lire les titres qui auront été notés à l'occasion de cette 1ère édition.

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !