Autour du handicap

"Incident à Twenty-mile" - Trevanian

"(…) c’est vrai que dans cette vie, ce qui compte, c’est pas la saucisse, c’est son grésillement".

1898. Twenty-mile, Wyoming, est une de ces villes éphémères que la ruée vers l’argent a laissées derrière elle. Surgie du jour au lendemain en bordure de la voie de chemin de fer reliant la ville-champignon de Destiny au "Filon Surprise" -une mine perchée dans les hauteurs des Rocheuses- elle doit son nom au fait d’être "à 20 miles d’un endroit situé à 20 miles de là", ce qui en dit long sur son prestige. Le gérant de la mine s’est arrangé pour que les mineurs y descendent et s’y arrêtent le week-end pour leur cuite hebdomadaire et y trouver des filles, préférant éviter qu’ils aillent à Destiny où ils risqueraient de trouver un travail moins harassant. A l’instar de ses semblables érigées pour les besoins de la conquête de l’ouest, elle décline déjà, témoin moribond de la dévastation du milieu naturel au profit de la croissance économique. Les acteurs de cette conquête eux-mêmes -prospecteurs, aventuriers, colons- sont des "fins de race". Il faut dorénavant être marchand, banquier, courtier, vendeur. 

"L’ouest c’est fini, on a tout bouffé.".

Ainsi Twenty-mile, "communauté de finis et de jamais commencés, de ratés, d’incasables", ne compte plus que quinze âmes occupant cinq bâtisses disséminées le long de son unique rue, qui représentent en même temps les points névralgiques de la bourgade, puisqu’on a là le "Grand Magasin de Kane", quincaillerie tenue par le discret Kane et sa fille la jolie Ruth Lilian ; le salon de coiffure où le Professeur Murphy peut aussi vous tailler la barbe ; l’Hôtel des voyageurs de Delanny, en réalité hôtel de passe où officient une minuscule chinoise, une noire défigurée et une vieille aguerrie, ce au grand dam de la famille Bjorkvist, propriétaire du seul "véritable" hôtel de la ville, clan remarquable par l’ampleur de son avarice, de sa bêtise et de sa méchanceté. Cette éclectique galerie est complétée de B. J. Stone, lecteur insatiable professant des idées bien arrêtées sur la politique, et exprimant une inextinguible haine de l’impérialisme, qui vit en compagnie de Coots, son serviteur noir. Quoiqu’à observer ces deux-là, difficile de savoir qui est le serviteur de qui…

L’arrivée de nouvelles têtes dans ce microcosme va faire de Twenty-mile le théâtre d’événements dignes du plus sanglant et du plus épique des westerns.

Matthew y débarque d’abord. Malin, menteur comme un arracheur de dents mais aussi attendrissant et travailleur, il tisse sa place, s’insère dans les bonnes grâces des habitants en se rendant indispensable et en suscitant la pitié par son statut d’orphelin. Un beau personnage qu’anime là Trevanian, à la fois naïf et torturé, gentil et rusé, bref bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord.

C’est l’arrivée de trois autres quidams fort moins sympathiques qui fait dégénérer la situation. Lieder, malfrat roué, d’une violence froide et sans limites, "distillat de pur mal à deux cents degrés", s’est échappé de la prison de Laramie en compagnie de deux brutes décérébrées. Le hasard les ayant mené à Twenty-mile, ils fomentent un plan pour s’emparer de la recette de la mine, soumettant l’ensemble des citoyens à leur cruelle férule.

Ce roman est un REGAL ! La mécanique dramatique se met en place avec une tension croissante qui tient certes le lecteur en haleine, mais son principal intérêt est ailleurs. Il est dans l’habileté avec laquelle l’auteur, en quelques coups de plumes, fait de chacun de ses héros, même les secondaires, des personnages marquants et singuliers, mais aussi dans sa capacité à les complexifier au fil de l’intrigue, et à tisser un réseau d’interactions les liant les uns aux autres de manière parfois surprenante. Et il est, surtout, dans sa tonalité et son écriture : "Incident à Twenty-mile" est aussi sanglant que drôle, aussi profond que distrayant, et on se délecte sans lassitude de la verve qu’y instille sa langue crue et gouailleuse, cette "parlure de l’Ouest" riche d’expressions détonantes ("ma mère en pisserait du barbelé" !). Une vision sombre et acérée du rêve américain, de ses limites et des prémisses de sa chute, transfigurée par la farce, que la postface rend d’autant plus savoureuse (mais je vous laisse découvrir pourquoi). Brillant.


Un autre titre pour découvrir Trevanian : "La sanction".

Petit Bac 2022, catégorie CHIFFRE ou PONCTUATION.

Commentaires

  1. Je n'ai pas lu celui-là mais l'auteur est une bonne référence, alors....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il serait dans tous les cas dommage de passer à côté de ce titre, quel qu'en soit l'auteur. Il est excellent, et je suis sûre qu'il te plaira !

      Supprimer
  2. J'en ai abandonné un de l'auteur, je ne sais plus lequel. Il faudrait que je refasse une tentative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai personnellement lu que deux de ses titres, qui sont très différents, celui-ci ayant nettement ma préférence. Je ne sais pas lequel tu as tenté, mais par exemple Athalie, qui a fait de cet "Incident..." un coup de cœur, a été bien moins emballée par "L'été de Katya" et "Shibumi" par exemple.

      Supprimer
  3. Je tourne autour de cet auteur depuis un bout de temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux donc que que t'inciter à te lancer avec celui-là..

      Supprimer
  4. Je fais partie des rares lecteurs et lectrices à ne pas avoir du tout accroché à Shibumi, aussi suis-je un peu circonspecte vis-à-vis de cet auteur... à retenter toutefois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'autant plus que comme je l'écris ci-dessus, Athalie n'a pas non plus été vraiment conquise par "Shibumi"..

      Supprimer
  5. Jamais lu et j'ai dû le noter des tas, des tas de fois... Bon un régal, je le rererenote !
    nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut vraiment le détour, il est à la fois drôle et terrifiant, et la galerie de personnages est particulièrement réussie.

      Supprimer
  6. J'avais tout aimé dans ce western, les personnages (surtout Matthews, si ambivalent ... ) et Stone et Coots, ce "couple" atypique. La tension est orchestrée au cordeau, j'en avais des gouttes de sueur au front ... J'ai La sanction sur mes étagères, j'attends un peu parce qu'il ne me reste que deux titres de cet auteur à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem, j'ai aimé sans retenue, complètement prise par l'intrigue, divertie par l'écriture et oui, complètement accro aux personnages (ceux que tu cites, mais aussi certains secondaires,que l'auteur "révèle" au détour de scènes inoubliables.. Je pense notamment à Delanny ou à Frenchie). Bref, excellent !
      Tu verras, "La sanction" est très différent, j'avais aimé, mais je l'ai lu il y a longtemps, et je n'en ai gardé aucun souvenir.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Sa bibliographie, que je connais mal, ne semble pas être intégralement du même niveau que cet "Incident..." (voir les réponses aux commentaires ci-dessus !) mais ce titre-là est très bon, oui, et même plus !

      Supprimer
  8. tiens tiens je ne l'avais pas noté chez Athalie donc je le pioche chez toi je vais de ce pas regarder ce qu'elle en dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu son enthousiasme, aussi fort que le mien, je ne peux que t'imaginer convaincue !

      Supprimer
  9. c'est alléchant, d'autant plus que ça fait un moment que je n'ai plus lu un Gallmeister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet l'occasion rêvée car la certitude de passer un excellent moment !

      Supprimer
  10. Je veux lire Shibumi de cet auteur... J'ai l'impression que tu as particulièrement ce roman aussi, c'est noté :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à noter absolument ! Et je serais curieuse de ton avis sur Shibumi...

      Supprimer
  11. J'avais adoré Shibumi de cet auteur et Incident à Twenty-Mile était le prochain sur ma liste. Je suis ravie de voir que je ne serai sans doute pas déçue.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je crois même que tu vas adorer ! Et je m'en vais de ce pas lire ton avis sur Shibumi..

      Supprimer
  12. J'adore la première citation ! Et toujours pas lu Trevanian mais je vais le faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, et tout est à l'avenant, un festival d'aphorismes succulents mais pas que : du suspense, des personnages remarquables, bref comme je l'écris dans mon billet, un régal ! Franchement, si tu dois découvrir Trevanian, c'est le titre idéal..

      Supprimer
  13. Un auteur que j'adore et un titre que je ne connaissais pas... Je note, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque jalouse à l'idée de l'avoir déjà lu !

      Supprimer
  14. Je ne connaissais pas du tout, merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !