"L'héritage d'Esther" - Sándor Márai

Le retour de l'amant prodigue.

Ce sont des retrouvailles sans doute un peu tendues qui attendent Esther en ce dimanche : elle attend la venue de Lajos, qu'il lui a annoncée par courrier, après vingt ans d'absence.

On comprend d'emblée, Esther étant la narratrice, que son histoire avec Lajos fut douloureuse. Ce dernier est présenté comme un menteur, prodigue en promesses jamais tenues. Mais il a aussi laissé le souvenir d'un être charismatique, d'un aventurier beau parleur et fort séduisant. Ces vingt dernières années, il a mené une vie de bohème avec ses deux enfants, qu'il a eus avec Vilma, la sœur d'Esther décédée depuis longtemps, et qu'il avait épousée pour d'obscures raisons.

Esther n'est pas seule, elle est entourée de Nounou, sa vieille gouvernante, et de ceux qu'elle convie chaque dimanche à sa table, notamment son frère Laci et leur ami Gábor, qui ont bien connu Lajos. Ce dernier débarque avec ses enfants désormais adultes, accompagné d'une femme vulgaire, intrusive, et de son fils, un blond falot.

Le repas débute dans une certaine nervosité, chacun s'efforçant de maintenir une distance neutre afin de juguler le trouble et le ressentiment suscités par le retour de Lajos, qui semble n'avoir pas changé, se comportant avec cette assurance ironique et joyeuse qui leur redevient vite familière... Personne n'est dupe des motivations, forcément vénales, qui l'ont décidé à revenir dans cette maison où il avait laissé en plan Esther et leur histoire d'amour, redevable envers chacun d'eux d'une dette quelconque. Personne n'est dupe, mais chacun se laisse malgré tout, presque à son insu, de nouveau séduire par la verve charmeuse de Lajos. Seul Endre, ami de la famille qu'il a convoqué à titre officiel en sa qualité de notaire, ne s'est jamais laissé prendre à ses manigances.

Esther elle-même, la raisonnable, qui se sent calme et bienveillante, plus mûre que cet homme qu'elle ne craint plus, est pourtant sous son emprise, ce dont elle est consciente comme d'une fatalité contre laquelle elle ne songe même pas à se battre, et qui la fait capituler en toute connaissance de cause. Quel lien de sujétion, quel sentiment mystérieux l'attachent à Lajos ? Bien qu'âgée de seulement quarante-cinq ans, elle se sait déjà vieille. C'est une tranquillité frugale, une existence morne, lisse et sans danger qu'est une nouvelle fois venu bousculer cet homme qui rejette les conventions, et dont il émane une énergique aura de liberté. 

En très peu de mots, Sándor Márai restitue toutes les subtilités de ce face-à-face à la tension sous-jacente, les sentiments qu'il éveille chez Esther étant exprimés avec justesse et sobriété. Le lecteur est pris dans la toile de cette dépendance amoureuse et paradoxalement lucide qui habite l'héroïne, et suit avec fascination l'entreprise de persuasion à laquelle se livre Lajos, manipulateur à la fois habile et sincère. 


Un autre titre pour découvrir Sándor Márai : "Les braises"

Cette lecture me permet par ailleurs de participer au Mois de l'Europe de l'Est, organisé par Goran, Patrice et Éva.

Commentaires

  1. Sandor Marai est un écrivain qui me passionne. Je crois en avoir lu neuf livres dont Les Braises que j'ai aussi vu au théâtre. Je n'ai pas encore lu celui-ci mais tu en donnes envie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vais aller voir ça sur ton blog, je n'en ai surement pas fini avec cet auteur... et oui, celui-là est à lire !

      Supprimer
  2. J'adore cet écrivain, mais j'ai lu beaucoup moins de ses romans que eeguab. Seulement cinq et le titre que tu critiques aujourd'hui n'en fait pas partie alors je le note, surtout que cela semble très très bien… Merci encore pour ta participation. (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela tombe bien que j'aie lu ce titre, alors... m'en conseilles-tu un autre en particulier ?

      Supprimer
    2. Les révoltés (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

      Supprimer
    3. Merci ! J'ai aussi noté La nuit du bucher et La conversation de Bolzano, qui n'ont pas l'air mal du tout...

      Supprimer
  3. C'est par ce titre que j'avais commencé la découverte de cet auteur ! J'avais été complètement prise dans le charme très subtil et tendu de cette mystérieuse sujétion ... Les braises aussi, j'avais apprécié. Un peu déçue par deux autres titres, je n'y suis revenue depuis. A voir pour une prochaine lecture commune ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois d'ailleurs l'avoir noté chez toi (non, j'en suis même sûre, je l'ai noté en même temps que Les braises). Toujours partante pour une LC. Est-ce qu'il y a un titre qui te tente ? Je vais aller fouiner du côté de chez Eeguab et Goran...

      Supprimer
    2. La nuit du bucher ? La conversation de Bolzano ? Les révoltés ?

      Supprimer
    3. La nuit du bûcher me dirait bien en choix un, en deux la conversation de Bolzano ... Les révoltés a l'air plus difficile à trouver en poche (et vu comment je ne suis pas douée pour les commandes, je me méfie !)

      Supprimer
    4. Ça me va, La nuit du bûcher est déjà sur ma PAL, je l'ai trouvé d'occasion en bouquinerie !
      Pour quand veux-tu fixer la LC ? Ça m'arrangerait soit la 2e quinzaine d'avril ou en juin.

      Supprimer
    5. Mince, je n'avais pas vu que je pouvais continuer à répondre, j'allais t'envoyer un mail ... La nuit du bûcher, ce sera parfait. Avril est parfait pour moi aussi.

      Supprimer
  4. J'avais tellement adoré Les Braises lu il y a belle lurette que je ne sais pas pourquoi je n'ai toujours rien lu d'autres de l'auteur, alors que, bien évidemment, c'était en projet. PAL, LAL, le temps qui manque et qui passe vite... Mais tu me donnes envie de revenir à cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux, et si cela rentre dans ton planning de lecture, tu peux te joindre à Athalie et moi. Et sinon, L'héritage d'Esther est court et, tu l'auras compris, très bon !

      Supprimer
  5. j'ai bien aimé "Libération" et j'en ai d'autres dans ma PAL ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Libération me tente bien aussi. Si La nuit du bûcher fait partie des titres de ta PAL, je te fais la même proposition qu'à A_girl_from_earth, en t'invitant à nous rejoindre, Athalie et moi, pour une LC autour de ce titre...

      Supprimer
  6. Merci de me rappeler ce roman qui est sur ma liste de futures lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, j'espère qu'il te plaira autant qu'à moi. As-tu déjà lu cet auteur ?

      Supprimer
  7. J'ai l'impression d'être la seule réfractaire à cet auteur... j'ai tenté de lire de ses romans à deux reprises, sans réussir à m'y intéresser. Ce décorticage psychologique ne doit pas me convenir. Par contre, je tenterais bien de voir une adaptation théâtrale, à l'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trouvé l'auteur dans ton index, donc j'imagine que tu n'as pas chroniqué ces titres auxquels tu n'as pas accroché...

      Supprimer
  8. Je viens de lire ton billet sur "Les braises", je pense qu'il me conviendrait davantage que celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux ont pas mal de points communs, ils mettent en scène un affrontement entre deux protagonistes qui se retrouvent après plusieurs années sans se voir, ayant des comptes à régler... Las braises est peut-être un peu plus dense.. tu l'as compris, j'ai personnellement aimé les 2 !

      Supprimer
  9. J'ai lu "L'héritage d'Esther" ; l'analyse psychologique est effectivement complexe et approfondie. Malgré tout je ne parviens pas à comprendre ce personnage de femme qui se dit libérée mais qui accepte tout! La contradiction me dépasse. J'ai aimé "Un chien de caractère" critique envers la bourgeoisie mais plein d'humour .
    Je vois que tu suis le challenge de la littérature de l'Europe de l'est. Moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est comme si elle acceptait de se laisser avoir, en toute connaissance de cause... mais est-ce si curieux ? Cette contradiction entre le cœur et la raison, n'est après tout pas inédite !
      Je note Un chien de caractère, je ne savais pas Marai si prolifique, mais tant mieux, cela augure d'autres bons moments de lecture.
      Et j'ai vu en effet que tu participais au "Mois de l'Est". C'était une bonne occasion pour moi de sortir quelques titres de ma PAL : j'ai encore deux parutions à venir en rapport avec cette activité (un Perutz et un Krasnahorkai).

      Supprimer
  10. Je le note tout de suite sur ma liste. J'avais découvert Sandor Marai via son livre "Les braises". Je retrouve ici un face à face dans une ambiance qui attire tout de suite mon attention. Merci pour la participation au challenge et au plaisir de lire la chronique sur Krasnahorkai et bien sûr Perutz (que j'avais lu avec plaisir - je suis curieux de découvrir le titre que tu vas choisir - dans tous les cas, ce sera une belle découverte pour ceux qui suivent le challenge !) Merci. Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as aimé Les braises, ce titre te plaira probablement. Et merci à toi, Eva et Goran pour cette activité qui va me permettre d'enrichir encore ma PAL en littératures est-européennes..

      Supprimer
  11. J'ai beaucoup aimé "L'héritage d'Esther" ! Il faut absolument que je relise du Sandor Marai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cela t'intéresse, Athalie et moi avons prévu une LC de La nuit du bûcher pour le 21 avril. C'est l'occasion !

      Supprimer
    2. Je suis tentée, mais je ne sais pas si j'aurai le temps. Je vous tiens au courant !

      Supprimer
    3. J'espère que tu trouveras un créneau dans ton emploi du temps livresque !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire